24 septembre 2010

Nous sommes tous des personnages de blog. Sauf à la Comète.

J’avais promis à Carine de l’oublier mais son commentaire m’a donné une idée billet juste après en me faisant penser aux personnages de mon blog.

C’est en fait de la faute à Marcel Le Fiacre qui m’a téléphoné, l’autre jour, pour m’engueuler parce que j’avais raconté, dans le blog qu’il avait pris une cuite. Il a entièrement tort, je n’ai pas raconté qu’il a pris une cuite parce que s’il fallait que je raconte toutes les cuites de mes potes, mes quatre blogs n’y suffiraient pas. Le thème d’une partie de mon billet était que je m’étais fait engueuler par la femme parce que Marcel avait pris une cuite.

Vous me suivez ?

Bon. En fait, tout ça est faux : Marcel ne m’a pas téléphoné, je l’ai croisé alors qu’il allait à la Comète, rejoindre son épouse. Le billet précédent était faux également, ce n’est pas moi que Miranda, l’épouse de Marcel a engueulé mais le vieux Jacques.

Ce qui est faux, aussi, est de dire que Marcel m’a engueulé parce que j’ai parlé de sa cuite sur le blog. Il n’a pas Internet et ne sait même pas ce que c’est sauf quand je dois lui prendre des billets d’avion pour aller en vacances avec sa grosse.

La stricte vérité, Mesdames Messieurs, est que Marcel m’a engueulé parce Jacques lui a dit que je lui ai dit que j’avais parlé de sa cuite dans le blog.

En fait, on s’en fout. Le seul truc marrant est que la femme d’un personnage du blog engueule les copains de son marri quand il prend une cuite parce qu’il est persuadé que c’est de leur faute.

Car c’est un personnage, Marcel. Le vieux Jacques aussi. La femme de Marcel aussi. Dans la vraie vie ! Dans le blog, aussi. Mais pas les mêmes.

Et les autres aussi. Tiens ! Tonnégrande ! Je le présente comme un noir, ivrogne, à grosse bite. Je suis un menteur ignoble : pour la bite, je n’ai pas vérifié et je ne connais personne qui a vu la bite de Tonnégrande. Je pourrais appeler sa grosse mais elle ne me connaît pas. « Allo, Madame Tonnégrande, est-il vrai que votre époux en a une grosse ? »

Je ne suis pas sûr que sa réponse soit objective. On s’en fout.

Tonnégrande est un personnage du blog. Djibril aussi. Il est un peu différent de Tonnégrande, c’est pourquoi je le présente comme noir, ivrogne, à grosse bite, avec des lunettes. Par contre, je n’ai pas le numéro de téléphone de son épouse alors que, contrairement à celle de Tonnégrande, je l’ai déjà vue. Même que le vieux Jacques avait demandé à Djibril si sa femme était enceinte ce que Djibril avait assez mal pris.

Le gros Loïc est un personnage aussi. Il n’est pas noir. Enfin, pas toujours. Pour la bite, je ne sais pas.

Toutes les anecdotes que je raconte ici ont un fond de vérité (par exemple, l’histoire de Jacques et de la femme de Djibril est parfaitement véridique, sauf que Djibril était trop saoul pour s’en souvenir, c’est moi qui est mouchardé le lendemain pour faire rager le vieux Jacques, ce qui est véridique) mais sont totalement fausses. Ou presque. Seuls trois lecteurs peuvent comprendre : Fiso, Tonnégrande et M. Le Maire.

Tiens ! Je vais vous raconter une anecdote. Véridique. Jim était un personnage de mon blog. Il l’est moins, vous allez comprendre pourquoi. Jim était le serveur de la Comète, il est arrivé à 23 ans, c’était un peu notre mascotte. Dans le blog, j’en avais une espèce de « tombeur de ces dames », retournant toutes les habitantes du quartier. Il était très fier de lui. Un jour, il s’est fâché avec sa légitime et a trouvé une fille qu’il pensait culbuter. Comme il était très fier d’être un personnage du blog. De temps en temps, il passait chez moi pour lire mes nouvelles conneries. La nouvelle copine avait un ordinateur. Il lui a montré le blog. Vous tapez « Jim Comète Bicêtre » dans Google, ça doit marcher. Mon dernier billet portait alors sur une de ses aventures sexuelles avec une caissière de chez Leclerc. La fille n’avait pas apprécié et l’avait foutu à la porte.

Tout est vrai dans le paragraphe précédent sauf la caissière de chez Leclerc (je ne sais plus de qui il s’agissait).

Je vous raconte ça, vous souriez bêtement alors que c’est vachement intime. Je parle quand même de la vie sexuelle d’un des anciens serveurs d’un vrai bistro. Mais dans le fond, vous vous en foutez totalement : vous ne connaissez pas Jim et vous ne savez pas qui est la gonzesse qui s’est rendu compte qu’elle était tombée sur un gugusse qui ne pensait qu’à se vider les couilles en son sein, si vous me permettez l’expression.

Avec le patron de la Comète, on avait bien rigolé de cette histoire mais Jim m’a interdit de dire des conneries sur son compte, mais on s’en fout, il aura compris que je parle ici de Jim, le personnage du blog et pas l’ancien serveur devenu copain.

Tiens ! Le patron de la Comète ! En voilà un personnage dont je parle souvent. Encore un personnage qui n’est pas le vrai patron. D’ailleurs, depuis que je suis là, j’en suis à quatre patrons, un patron associé, deux directeurs remplaçant le patron pour la fermeture et trois patronnes. Qui portent tous, dans le blog, le délicieux nom de « patron de la Comète ».

Mon seul pote sur qui je dis des conneries et qui vient les lire (et encore…) dans le blog est Tonnégrande. Mais il s’en fout : de toute manière, il sait si elles sont vraies ou fausses…

Ils sont tous des personnages.

Ah ! Qui est Carine ? Vous n’avez pas oublié, j’en parle d’elle en début de billet. C’est une des commentatrices, chez Didier Goux, avec qui je dialogue dans les bas fonds des commentaires à ce billet.

Elle n’a pas l’air de comprendre que je ne la considère que comme un personnage des commentaires du blog de Didier. Je résume. Je l’ai énervée, elle me dit qu’elle ne m’aime pas. Je lui réponds : « Comment pourrait-on aimer ou pas quelqu'un qui n'est qu'un personnage de blog ? » Elle me répond « Vous n'êtes personne non plus pour moi. »

J'avais envie de lui répondre : ben heureusement...

C’est alors que je me suis rendu compte qu’elle prenait toutes ces conneries au sérieux, qu’elle voyait en moi « une personne réelle » pas « le gauchiste client de bistro pote de Didier Goux ».

Je ne sais pas si elle se rend compte que je vais aller à la Comète (une heure de trajet), le temps de finir ce billet et de répondre aux derniers mails. Je vais rejoindre Tonnégrande et le Vieux Joël. Probablement Djibril. Peut-être Jacques et Marcel. Le tout derrière un comptoir, avec, derrière, le patron de la Comète. Ou la patronne de la Comète.

Ce n’est pas pour voir des personnages, mais pour rigoler avec des copains qui existent dans la vraie vie, qui ne passent pas leurs journées à commenter des blogs en s’engueulant avec des gens parce qu’on n’a personne à engueuler derrière un comptoir.

D’abord, la Comète, elle n’existe même pas. Ca s’appelle « A La Comète ».

Et en plus, le machin de géolocalisation de l’iPhone déconne : il indique qu’on est au 88 Avenue de Fontainebleau alors que c’est au 102.

Mais on s’en fout, la bière est fraiche et les conversations chaleureuses.

Marcel Le Fiacre y prend des cuites et tous les lecteurs de mon blog s'en foutent. Vous pouvez essayer de lui expliquer ?

9 commentaires:

  1. Fascinant, cette notion de personnage de blog qui culbute des caissières dodues et imaginaires

    RépondreSupprimer
  2. La vache ! Quel réalisme, pourtant.
    N'ai pu m'empêcher d'aller sur google maps pour voir à quoi ressemblait La comête qui, dit par tes mots, semble le centre de l'univers (bicêtrois), pas de bol, je suis tombé sur un bar dont la devanture était en travaux avec des types grimpés sur des échaffaudages, et puis un grand noir qui vomissait dans une poubelle, pas loin...
    Djibril ? Tonnégrande ? (j'avoue, je m'y perds un peu, mélangeant tout le monde (c'est ça, aussi, de suivre une soirée de bar en direct, on finit bourré pareil...))

    RépondreSupprimer
  3. DERNIERES NOUVELLES
    Revenant de La Loupe,le Vieux Jacques et Marcel s'arretent boire un coup au K B .Jacques gare la voiture dans le parking du Leclerc .En repartant Marcel ,après avoir regardé à gauche arrache son retroviseur droit en heurtant un pilier .
    Si le Vieux Jacques s'etait mieux garé ...

    RépondreSupprimer
  4. Ah toi aussi tu croises des gens qui prennent tout au sérieux. C'est grave, hein ?
    :-))

    [Bel univers que celui de la Comète, surtout éclairé par ta plume ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  5. Quand même, ce Nicolas, c't'un personnage !

    RépondreSupprimer
  6. Les journaux (intimes) - aujourd'hui on dit les blogs... - sont aussi des romans. Sinon, on n'écrirait pas.

    RépondreSupprimer
  7. euh... je suis un personnage ?

    Va falloir que j'invente des personnages aussi sur mon blog, ça a l'air bien !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !