18 janvier 2014

Des ploucs au comptoir en Centre Bretagne ?

Histoire 1 :

Hier soir, ou ce matin, vers minuit, quoi, j'étais pas au comptoir et j'entends une femme crier. Je sors. Une dizaine de jeunes étaient sur la terrasse en train de fumer et je vois un type qui erre sur le parking. On sentait qu'il essayait d'éviter quelque chose. Une femme continue à crier. Elle finit par lui lancer quelque chose comme si elle voulait l'abattre (elle n'était pas visible d'où j'étais). On a vu après que c'était son sac à main.

Elle s'est approché et a commencé à donner des coups violents dans toutes les voitures, qui appartenaient aux clients. Finalement, elle a fini par « casser » le rétroviseur d'une voiture mal garée (enfin, pas mal, mais en dehors des places prévues à cet effet, sans toutefois gêner la circulation... le parking étant privé, le propriétaire ne risquait rien).

Je décide l'aller chercher le patron pour qu'il repère l'heureux propriétaire en question mais il avait déjà été appelé par d'autres.

Je vais recadrer le décor :
  • j'ai près de 50 ans,
  • le patron en a plus de 30 voire 35,
  • les clients ont entre 18 et 22 ans. J'étais client du bistro avant leur naissance, voire avant celle du patron (non...).

Je fais donc office de vieux sage ce qui m'amuse beaucoup.

Je précise que personne n'était saoul. Moi, j'ai un bon prétexte : j'ai une vague douleur à la cheville. Je boîte. Comme il y a plus d'un kilomètre à faire pour rentrer, je préfère éviter de boiter avec 2 grammes... Eux, sont inexcusables... sauf que la plupart ont des voitures. C'est un comble. Il n'y a plus de jeunesse.

Le mec finit par ramasser le sac à main de la dame et a dit « viens on se casse » car il a senti que les jeunes clients voulaient venger le rétroviseur de leur pote. J'ai dit « ho, les gars, on se calme. » ce qui ne calme rien.

Le gars qui avait une voiture allemande puissante (une grosse Opel ou un truc comme ça). Bref, un truc d'abruti de la campagne qui dépense ses premières payes dans une bagnole de luxe acheté avec 200 000 km au compteur. Il part en trombe.

Le propriétaire de la voiture au rétroviseur cassé monte dedans et va pour poursuivre l'autre. Je gueule « fais pas le con, bordel ! ». Ca aurait été une connerie. Ca aurait donné quoi de le poursuivre ?

Je me rappelle avoir été poursuivi, une fois, à Vannes, en 1987, par un connard de la même espèce. Il faisait vrombir le moteur de sa grosse voiture à un feu, nous étions en parallèle mais la route passait à deux voies au bout de 50 mètres. J'avais une LN (une LNA 11E, pour être précis). C'était une voiture peu puissante mais très légère ce qui fait que j'arrivais à griller tous les abrutis avec des grosses voitures au démarrage. Le type vexé m'avait poursuivi dans des rues de la banlieue de Vannes jusqu'à l'arrivée au bureau. Je me gare. Il sors de sa voiture, je sors de la mienne. Il voit le bébé joufflu que j'étais à l'époque. Remonte dans sa voiture et se casse.

Revenons à notre parking. Le propriétaire du rétroviseur cassé était vraiment énervé mais l'autre était parti en mode Starsky et Huch. Ses copains le retenaient. « Laissez moi, je vais lui faire la peau » « Mais tu ne le rattrapera pas,... ».

Moi, l'iPhone à la main, je gueulais : « mais prenez la voiture de l'autre et la plaque en photo, courrez vers l'autre sortie du parking ». Un d'eux : « mais vas-y, toi ! Tu as un iPhone pour prendre la photo ». Encore un qui ne lit pas mon blog et ne sait pas que je rate les photos.

Finalement tout le monde se calme. Je vais vers la voiture et je remboîte le rétro qui n'était pas cassé.

Histoire 2

Même bistro mais aujourd'hui, vers 14h30. J'y vais prendre un café après ma sieste. J'en profite pour lire les mails tombés pendant icelle. Il y a beaucoup de manipulation à faire vu que la plupart sont des commentaires de blogs qu'il faut que je valide puis que j'aille répondre.

Un type à côté de moi me regardait faire. Un bon plouc de notre campagne. Il me dit « dis-donc tu as l'air de bien connaître ces machins » il sort un magnifique Smartphone Androïd tout neuf (un Galaxy machin, je suppose) et poursuit : « est-ce que tu pourrais me créer une adresse mail ? » Moi : « heu ben heu oui heu je suppose ».

Il me tend le machin :  « c'est pour télécharger des jeux gratuits, il faut une adresse mail. »

Vu que c'est un Androïd, je vais sur l'explorateur et je cherche Gmail. Je clique sur « créer un compte ». Je lui dis « quelle adresse tu veux ? ». Lui : « Starki » (il me l'écrit sur un papier qui traînait dans le coin). Je continue.
Mais je ne sais pas si j'avais fait une erreur de manipulation toujours est-il que le machin me demande « mon » nom et « mon » prénom. Je demande au gars : « Bon, c'est quoi ton nom et ton prénom ? » « Ben, c'est le téléphone de ma femme ». « On s'en fout ». Mon nom, c'est « ... » (je vous dirais pas, nananère. « OK mais ton prénom ? » « Ben c'est Starki ». « Ecoute, je ne te connais pas mais je ne ferai rien d'illégal, je veux ton vrai nom et ton vrai prénom ». « Ben c'est vraiment Starki (...) ».

Ah... Il y a bien un type né en 1984 dont les parents ont choisi Starki comme prénom. De nos jours, rien ne m'étonne, mais il y a trente ans... Je pensais que les Kevin commençaient tout juste à arriver.

Je finis par lui créer son compte (c'est comme ça que j'ai eu son année de naissance). Tout va bien. Suite à une fausse manip (je le jure), je lui crée un compte Google enregistré dans le téléphone (de sa femme).

Je lui rends son téléphone et note ses coordonnées sur un papier (avec son mot de passe et tout ça).

Il me dit « Comment on télécharge des jeux gratuits ? » « Je ne sais pas, j'ai un iPhone ». Il en sort un tout neuf de sa poche et me dit « ah mais moi aussi ». On croit rêver.

Je vais faire un billet sur mon blog politique : les blogueurs gauchistes veulent faire une relance par la demande mais les ouvriers ploucs dépensent leur pognon avec un iPhone et un Galaxy. Vive l'argent des impôts bien utilisé.

je regarde et je tombe sur un truc qui s'appelle « play store » parmi les applications. Je lui dis de cliquer. Il voit des trucs mais n'est pas content.

Il commence à chercher autre chose et je replonge dans mon iPhone. Au bout de quelques secondes je l'entends articuler « jeux gratuits ». Il avait trouvé l'option permettant la reconnaissance vocale.

Le machin ne comprend pas.

Il me demande alors : « comment on écrit jeu ? »

14 commentaires:

  1. Ah! Depuis le temps qu'on cherche ce vieux Star(s)ki! Chouette! Et Hutch? C'est celui qui s'est barré dans la caisse hier soir?

    (J'ai ri, merci)

    RépondreSupprimer
  2. Holà ! T'as de la graine de champion dans ton périmètre !

    RépondreSupprimer
  3. Du grand Nicolas. Merci.

    (Tu fais moins que ton âge sinon.... On vieillit)

    RépondreSupprimer
  4. Entre des excités qui tueraient pour un rétro et un mollasson qui n'a même pas du faire sa maternelle, mais qui a du se faire fourguer un des deux portables pour 1 euro avec abonnements forcés, c'était animé chez vous.

    Solanden

    RépondreSupprimer
  5. Tiens! Moi aussi, j'avais une LN (une LNA 11E, pour être précis). C'était ma première bagnole, c'était increvable... (soupirs).

    Sinon, je suis en train de lire le bouquin du géographe Christophe Guilluy, Fractures françaises, et ce genre d'histoires pourrait très bien servir d'illustration... Ça me rappelle l'époque où je vivais dans le Loir-et-Cher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois vous avouer que j'ai failli diffuser ce billet dans le blog politique pour massacrer les types de gauche qui pensent connaître les électeurs. Il me semble que j'avais lu un long article (dans le Monde, je crois) de ce type ou à propos de son bouquin. J'en avais fait un billet (politique). Globalement il disait qu'il y avait une grosse rupture entre les métropoles et le le reste de la France.

      Supprimer
    2. Ouais, c'est ça. Et c'est vraiment bien. D'ailleurs, ça me fait penser... J'espère qu'ils vont faire appel à de vrais géographes pour faire leur réforme territoriale...

      Supprimer
    3. Ils n'ont pas besoin, François Hollande est un pro (bon dieu, il a quand même gagné l'élection et annonce un truc vide soutenu par 60% - ce qui ne veut pas dire qu'il sera élu) et Mme Lebranchu est originaire de Loudéac (c'est une ancienne élève de ma mère) et connait très bien ces coins ruraux.

      Peu de responsable politique sont conscients de ce truc. Voyez les types du Front de Gauche qui sont persuadés que les ouvriers votent pour eux.

      Marine Le Pen a très bien compris, elle... Contrairement à son père, peut-être.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !