01 janvier 2014

L’abrutissement posttraumacuite

Alors que l’autre jour, je traitais de la gueule de bois, il est temps de se pencher sur un phénomène parallèle : l’abrutissement complet qui suit certaines soirées un peu sérieuses, ces jours où l’on est incapable de bouger, voire de rédiger le moindre billet de blog.

Tiens ! Moi-même, c’est la lecture de ce billet qui me pousse derrière ce clavier alors que ça n’a rien à voir. Comprenne qui peut… J’étais sur mon lit après avoir éclusé un niveau de Candy Crash sur l’iPad, incapable de comprendre comment passer au suivant.

C’est un très bon exemple : moi. Il y avait hier un truc qu’on appelle le réveillon. Avec Patrice, on était chez le vieux Joël avec Dédé, Catherine et la belle mère. La soirée c’est déroulé à merveille. Ca fut un excellent réveillon. Nous avons picolé raisonnablement. J’entends par là qu’on aurait pu faire plus fort mais il nous fallait bien rentrer à Bicêtre et donc être capable de prendre un bus de nuit ou un métro sans avoir l’air défoncé.

A un moment, au cours de ces soirées, on se dit « il faut rentrer ». Hier, ce matin, devrais-je dire, ça s’est passé à cinq heures. Je me suis dit que le meilleur de la soirée était dernière nous. Il était plus sage de partir car, en restant, on aurait picolé un peu plus et le drame serait arrivé : on aurait fini par s’engueuler sur le choix de la musique ou tout autre sujet de ce type. Surtout qu’avec Jojo et Dédé, c’est vite arrivée. Catherine avait ramené sa mère et nous n’étions plus que cinq. J’ai dit à Patrice que je comptais y aller et je savais qu’il allait vouloir rentrer avec moi, à peu près pour les mêmes raisons sachant, que, en plus, il reprend le travail à 20 heures, ce soir. Il travaille de nuit, donc, pour lui, les horaires n’étaient pas décalés, contrairement à moi.

Nous sortons donc puis errons sur la Nationale 7 à la recherche d’un bus. Le prochain était annoncé pour 5h29. A 5h32, il n’était pas là. Nous n’avions aucune raison de penser que les horaires affichés étaient les bons ce qui est d’ailleurs complètement con et nous avons fini par marcher jusqu’au métro. Il était environ 5h45 ce qui fait que nous avons probablement pris le deuxième. Nous arrivons donc à Bicêtre à 6 heures. Dieu soit loué, les bistros n’étaient pas encore ouverts…

C’est le premier piège à éviter : ne pas aller au bistro à l’ouverture.  En effet, vous sortez d’une nuit. Je n’étais pas spécialement fatigué et j’étais vaguement dégrisé après ce trajet. Il est  tentant d’aller discuter avec les patrons de bistro, de prendre un café et de lancer la journée. Rien de tel pour se retrouver à boire de la bière à 6h30. C’est mauvais. Cela étant, c’est l’aboutissement normal d’une cuite. Qui ne connaît pas ça ? D’ailleurs, les bistros matinaux m’ont toujours fasciné pour ça : croiser ceux qui se lèvent et ceux qui se couchent. Du temps de Jean, la Comète ouvrait à 5h30 et j’y allais quand je partais en déplacement professionnel…

Me voilà donc à 6 heures à la maison. Je me couche. Et me réveille vers midi ou une heure. Je ne sais plus trop, je suis resté glander dans mon lit un petit peu… L’introduction de mon billet de peux entrer dans le corps de ce billet traitant un mal que nous allons appeler :

L’abrutissement posttraumacuite.

Après avoir lu les mails et les SMS (au fait, merci à tous pour vos souhaits de bonne année : je ne vais pas répondre individuellement aux commentaires de blogs : merci et bonne année), je me décide à vaquer légèrement et je commence à lire les blogs et les informations. A un moment, il faut faire le point sur son propre état.

Tout d’abord, j’étais fatigué, mais avec ce que l’on appelle parfois une bonne fatigue. Elle est due au manque de sommeil mais comme je sors de 10 jours de vacances, tout va bien. Je serai rapidement rétabli.

Ensuite, force est de constater que j’ai encore une légère ébriété. C’est un calcul faux que font souvent les pochetrons : croire qu’ils sont encore légèrement saouls alors qu’ils le sont franchement mais, n’étant plus dans une ambiance de cuite, l’heure n’est plus à la fête, on veut nier cette cuite. D’ailleurs, il était 13 heures quand je me suis dit : « tiens, il faudrait que j’y aille maintenant pour ne pas louper l’apéritif avec les copains… » Mon bilan de santé fait par moi-même m’a immédiatement fait renoncer à toute goute d’alcool pour la journée.

Etant encore légèrement saoul, je n’avais aucune gueule de bois. J’étais en pleine forme jusqu’au moment où je ne tenais plus : il fallait que j’aille pisser. J’ai commencé à vomir parce qu’en plus de boire, nous avons largement trop bouffé. Il n’y a rien de plus déprimant que de vraiment vomir le matin. Les ivrognes savent ce que c’est que de vomir du liquide mais ce matin, je vomissais réellement mon repas. Quand vous vomissez du liquide, vous vous dites que ça contribue à vous refaire une santé : on écluse le trop plein. Vomir solide, par contre, vous plonge dans un état d’hébétude idiot : que m’arrive-t-il ?

Cela étant, c’était une bonne chose de faite. Tant qu’à me vider, je décide de passer à l’autre côté et tout se passe bien. Il était donc temps de prendre une douche et de sortir pour errer dans les rues de la commune. C’est à ce moment que tout se déclenche. La deuxième introduction de mon billet de peux entrer dans le corps de ce billet traitant un mal que nous allons appeler :

L’abrutissement posttraumacuite.

Je recadre le contexte, légèrement saoul, malade de la veille mais en bonne voie de rétablissement, avec une saine fatigue qui donne envie de bouger. Je chie. Là, les affaires sérieuses commencent. Il faut faire des trucs obligatoires. La première est de se torcher le cul, la deuxième de répondre aux SMS, la troisième de se foutre à poil, la quatrième de se brosser les dents, la cinquième de prendre une douche, la sixième de s’habiller, y compris avec des chaussettes ce qui est très fatigant.

Se torcher le cul étant obligatoire (ou presque mais n’entrons pas dans des détails sordides), vous le faites avec plaisir et avec du papier. Répondre aux SMS est facile. La suite est impossible. Pour sortir, j’avais mis une belle chemise. Je me suis couché avec, la flemme de me déshabiller en rentrant, de mettre un pyjama et tout ça.

Je n’ai pas eu le courage d’enlever les boutons pour prendre ma douche.

J’ai donc renoncé à sortir ce midi parce que j’avais cette flemme, cette bonne flemme, cette juste flemme. Pour être plus précis, j’ai même envisagé de sortir sans prendre de douche, sans me changer… Mais j’ai renoncé. Ne pas sombrer dans la facilité. Je me suis donc mis à mon PC pour quelques parties de Candy Crush que j’ai terminées dans mon lit avec l’iPad. A 14h30, j’ai fait le constat : il me serait impossible de sortir avant 18 ou 19 heures.

Et il n’y a qu’à 15h30 que j’ai eu l’idée de ce billet de blog, presque en réponse au billet que cité par celui que j’ai mis en lien ci-dessus. Tenir un blog n’est pas faire de la littérature mais avoir un espace personnel pour raconter des choses tout à fait intimes mais dont personne n’a rien à cirer.

Je connais la suite : vers 17 heures, je serai en forme. Tout l’alcool aura été éliminé. Je vais donc me décider à bouger après avoir mangé un peu. Vers 18 heures, je vais sortir et me mettre à boire des litres de Perrier à l’Aéro puis au PMU tout en attendant d’être suffisamment fatigué pour être sûr de faire une nuit de sommeil normale, du genre de 23 heures à 7 heures…

L’abrutissement posttraumacuite.

Vous l’aurez compris : c’est cet état que vous ressentez quand vous n’avez pas assez dormi après avoir bu un peu mais pas au point d’être véritablement saoul et que rien ne vous oblige à bouger, ce qui n’est pas le cas, par exemple, si vous êtes en famille : le respect des autres vous impose de déjeuner avec eux, donc à prendre une douche…

Bonne année à tous !

4 commentaires:

  1. "Se torcher le cul étant obligatoire vous le faites avec plaisir et avec du papier"
    Bravo pour le zeugma (et une pensée pour Pierre Desproges, inventeur du double zeugma)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai assisté avec consternation au débordement de tous tes orifices et te souhaite un début d'année maintenant plus paisible. :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !