26 novembre 2014

Le sèche-mains des toilettes du bureau

Il est temps d’aborder un des vrais sujets, de ceux qui sont particulièrement importants et qui ne sont jamais traités dans les blogs. J’ai nommé : les toilettes du bureau et les règles de savoir-vivre qui s’y pratiquent, notamment un détail pratique. 

Pourquoi ce sujet aujourd’hui ?  Parce que je suis en retard et que Sciences et Avenir dévoilait récemment que les essuie-mains à air pulsé propulsaient un tas de bactéries et de cochonneries non propice à un maintien en bonne santé. Vous me direz que cela n’a rien à voir puisque ces machins équipent généralement les stations-service mais pas les bureaux. Je retiens l’objection mais n’oublions pas qu’il y a des progressistes qui vont finir par rendre obligatoire ce genre de dispositif.

Figurez-vous qu’un de mes collègues est grand et un peu timide. Avant l’arrivée d’un autre type, il ne parlait quasiment jamais à personne. Ca fait deux fois que je le croise alors qu’il sortait des toilettes. J’ai horreur de ça. On ne peut pas savoir si ses mains sont propres ou pas. Si elles sont humides, c’est désagréable mais on ne peut pas être sûr qu’il s’agisse d’eau et qu’il s’est réellement lavé les mains.

De même, j’ai horreur de serrer la main à quelqu’un quand je sors des toilettes du bureau. On ne sait pas si l’autre ne va pas se dire : ah mais quel gros porc !

Quand le type sort des toilettes et vous tend la main, vous ne pouvez pas refuser de la serrer. La tentation est forte d’aller à son tour aux toilettes pour un lavage de main (au singulier, ce n’est pas la peine de vous laver les deux dans ce cas précis). Quand c’est vous qui sortez des toilettes et que quelqu’un veut vous serrer la main, ce qui est une pratique usuelle, il est délicat de refuser sauf si vous avez les mains mouillées auquel cas vous pouvez répondre : ah désolé, j’ai les mains mouillées, je te fais pas la bise mais le cœur y est. Car il faut, en plus, faire preuve d’un humour fin et délicat.

C’est ainsi que je ne m’essuie jamais les mains après les avoir lavées, au bureau.

En poussant le bouchon un peu plus loin, je me demande si je ne me passe pas les mains sous l’eau uniquement pour pouvoir refuser de serrer des mains.

Toujours est-il que tous les dispositifs pour se laver les mains pourraient être supprimés sauf, peut-être les machins qui distribuent du papier car c’est bien pratique quand on n’a plus de mouchoir.


Ce que je dis pour les bureaux est également variable pour les bistros mais avec d’autres proportions.

13 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui. Et le bouton du lavabo manipulé par des dizaines de types ayant pissé.

      Supprimer
  2. La solution magique: Utiliser des gants jetables, des roses pour les filles, des bleus pour les gars et des arc en ciel pour les autres

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, tu rappelles le jour où on a vu débarquer les services de l'hygiène dans un petit resto ouvrier.
    Ils ont voulu analyser les olives sur le comptoir (pour l'apéro).
    Ils ont trouvé dessus en moyenne 7 urines différentes.
    Pas mal, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais cette histoire avec différentes versions...

      Supprimer
    2. En ce qui me concerne, c'est du vécu.

      Supprimer
  4. Berk. J'ai l'impression d'avoir l'odeur avec la lecture du billet...

    RépondreSupprimer
  5. Captivant et un peu en retard: la journée mondiale des toilettes, c'était le 19 novembre dernier. Juste la veille de la sortie du beaujolais nouveau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ? Et je n'avais pas fait de billet ?

      (il y a un tas de billets au sujet des toilettes des bureaux à écrire, notamment au sujet des bruits, des gens qui restent très longtemps, des habitudes de certains). (par exemple, à propos des bruits, je ne parle pas de "ceux qui sentent", je ne veux pas rendre Suzanne malade).

      Supprimer
  6. Favorable au distributeur de papier individuel

    Un beau billet comme on aime les lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contre le papier individuel aussi... Je ne m'essuie les mains que dans du tissus (donc c'est souvent mon pantalon).

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !