20 novembre 2014

Mettons les bobos en prison pour le Beaujolais nouveau

J'ai déjà fait part de mon hostilité pour le resto entre la Comète et chez moi dans mon blog annexe. Il faut dire que le patron m'avait invité à boire un coup alors que je passais dans la rue et qu'il me l'avait fait payer, ce que j'avais trouvé très fort.

Ce soir, je rentre à la maison et je constate qu'il faisait de la publicité pour sa soirée Beaujolais de demain soir. C'est son droit. C'est mon droit, aussi, de lui rappeler que le Beaujolais nouveau est un truc populaire qui se boit dès le matin, voire le midi quand on est petit joueur (pour ma part, ça sera le soir, désolé) et pas un truc festif du soir, d'autant que le pinard en question est généralement dégueulasse et ne devrait qu'être un prétexte pour aller au bistro avec les copains.

Cette andouille vient de rendre cette tradition ringarde tout en la réservant aux bobos branchés. Il coule son propre job, c'est à pisser de rire.

Je vais lui expliquer ; tu fais le Beaujolais nouveau dès le midi et tu auras un tas de clients qui viendront des entreprises du quartier. Pas le soir avec des locdus qui auront la possibilité de prendre le métro et d'être dans le quartier latin en dix minutes.

9 commentaires:

  1. Quand on est loin très loin de la France ce genre de 'petits événements" nous semblent plus attrayant que lorsque que l'on vit dans l’hexagone.
    Sans doute verrai-je les choses autrement au prochain automne quand je serai revenue à Paris.
    Merci Nico pour ce billet !
    Biz d'Asie

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends tes arguments. Cela dit, l'un n'empêche pas l'autre: le cafetier peut très bien servir le beaujolais nouveau dès le matin à celles et ceux qui le souhaitent, et organiser une fête "officielle" en fin de journée afin de réunir les gens qui peuvent se lâcher après le boulot - ça fait mauvais genre, parfois, d'arriver au bureau avec un parfum fleuri dans la bouche.

    Par ailleurs, y a-t-il, en France, une heure avant laquelle il est interdit de servir de l'alcool? C'est le cas à Berne, à des fins de salubrité publique: pas avant 9 ou 10 heures, je crois.

    RépondreSupprimer
  3. Sans me vanter j'ai rien compris ! Sinon, on te réclame chez moi !

    RépondreSupprimer
  4. Daniel, Catherine,

    J'explique : le beaujolais est une fête populaire. Le traiter comme un truc branché est une hérésie. C'est un prétexte pour aller boire un coup avec les collègues...

    Les industriels du Beaujolais ont multiplié les opérations de marketing (c'était d'ailleurs le but initial de l'opération). De fait, ils l'ont transformé en machin bobo mais cela ne donne pas plus de qualité au pinard qui a pris mauvaise réputation. Le peuple a déserté le truc. Il n'y a plus de machins : le beaujolais nouveau est arrivé.

    Mon voisin, avec son bistro branché, est le seul de ceux que je fréquente à faire une opération speciale. Il porte un truc populaire dans son établissement bobo (ce qui n'est pas une insulte, je fais probablement partie des bobos : de gauche avec un iPhone et un iPad...) il fait une erreur : il va vendre du mauvais vin... Mais au cours d'une seule soirée tout en amplifiant sa rumeur de bistro bobo.

    C'est ce qui est arrivé à la Comète en 2008. Cela attire une clientèle mais la mode est très courte. L'établissement ferme au bout de 18 mois. Il s'est coupé de la clientèle populaire. Ça permet de gagner ponctuellement de l'oseille mais ça tue le quotidien. Imaginons qu'il souvent fermer un jour, les clients vont dans un autre. Ils découvrent que c'est aussi bien. Ils y restent.

    Enfin, j'ai horreur des trucs qui font du luxe avec des machins de pauvres, comme ces grandes brasseries qui font comme plat du jour du couscous ou du pot au feu en en faisant de la publicité. Ils oublient que c'est le plat du pauvre : le pot au feu, certes très bon, est une manière d'accomoder des produits pas trop mangeables autrement, comme si la ménagère vidait son frigo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vue nez l'avenir me donne raison. En rentrant à la maison, ce soir, j'ai regardé. Il y avait une majorité de femmes pas saoules (donc n'ayant que peu consommé). Il ferme une heure après la Comete, servant 2 ou 3 fois moins de client, chacun buvant 2 ou 3 voire 10 fois moins. Je ne peux rien vérifier mais de l'expérience. Il tue son commerce.

      Supprimer
  5. En matière de beaujolais nouveau, qu'importe le flacon... mais côté lectures, je t'invite à goûter ça:

    http://www.yellobook.cm/admin/uploads/le_beaujolais_nouveau_est_arrive_-_Rene_Fallet.pdf

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !