23 décembre 2009

Belle matinée


Comme nous prenons la route cette après-midi pour La Rochelle, je me suis levé exceptionnellement tôt, 9h05. Une fois le café ingurgité et les fesses lavées, je me suis décidé à aller faire un brin de courses : poster du courrier, faire le plein de la voiture, tirer de l'oseille pour le Noël des neveux et m'enfiler un café au 1880 Café.

Le nom de ce bistro est grotesque.

Je sors de la maison et manque de me casser la gueule tant l'impasse était verglacée. Ensuite, j'ai passé cinq ou dix minutes à dégivrer ma Mériva de location. L'autre jour, je la comparais à ma Xsara. Je n'avais pas noté ce détail alors que je vantais le système de chauffage de la Mériva. Avec la Xsara, JAMAIS je n'ai eu besoin de gratter les carreaux (juste balayer la neige) et d'essuyer la buée sur les vitres. Il suffisait que je laisse chauffer cinq minutes et le tour était joué ! Ils n'ont pas de givre, en Allemagne ? Il n'y a pas de plaque teutonique ?

Dès que j'ai récupéré 10 cm2 de vision, j'ai embrayé. J'ai immédiatement renoncé à faire la virée prévue et j'ai pris au plus court pour faire ce que j'avais à faire. Un verglas terrible. Heureusement qu'on n'a pas décidé de partir à La Rochelle ce matin.

J'arrive à la station service la plus proche et je vais pour faire le plein : impossible d'ouvrir le machin. Je lis la notice : rien. Comme un petit vieux attendait derrière moi, je sors de la station et fais le tour. Je m'arrête sur le parking et feuillette TOUTES les pages du machin avant de découvrir la solution : alors que sur TOUTES les voitures normales, il faut faire un quart de tour pour enlever le bouchon, sur la caisse boche, il faut le dévisser sur au moins trois tours...

Je repasse donc à la pompe, fais mon plein, et me retrouve bloqué derrière le petit vieux à la caisse. Il venait de gâcher son dernier chèque. Obligé d'appeler le directeur du magasin pour trouver une solution. Hop ! Cinq minutes...

Ensuite, je fonce au Crédit Agricole. La queue devant TOUTES les machines. J'attends cinq minutes avant de me rendre compte qu'un distributeur de billets était libre : ce sont les autres machines (relevé de compte, dépôt, …) qui étaient pleines de monde.

Je vais au bistro, enfin, et commande un café. Des clients arrivent et discutent avec le patron. Les accidents dus au verglas se comptent par dizaine dans le secteur.

Arrivé à la maison, je consulte Internet. Bison Futé nous indique que tout va bien dans le coin.

Je commence à charger le coffre de la voiture. Il se met à pleuvoir comme si nous étions en mars sous les tropiques. Encore que, je n'ai jamais été en mars sous les tropiques.

Quand je vous disais que je mène une vie très pidante. Trop pidante, même.



10 commentaires:

  1. Bravo, tu laisses tourner ton moteur 5 minutes à l'arrêt... Bonjour le bilan Carbone ! Je vais te dénoncer à Nicolas H et S.

    RépondreSupprimer
  2. La Rochelle, souvenirs de cet été...

    Passe une belle fin d'année copain (et vive les routes de France !)

    RépondreSupprimer
  3. Rimbus,

    Mais non, mais non.

    FalconHill,

    Toi aussi !

    RépondreSupprimer
  4. «Il n'y a pas de plaque teutonique ?»

    Tu fréquentes trop le Vieux Jacques et Monsieur Poireau, ce jeu de mot est inacceptable ! :-)))

    [Le coup de l'ouverture du réservoir, c'est tordu ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  5. Oui, enfin bon, on a bien compris : vous êtes très fort pour vous servir d'un iPhone, mais pour les trucs de la vie courante, vous êtes une merde !

    Bienvenu au club...

    RépondreSupprimer
  6. La notice devait être en allemand, sinon vous pensez bien qu'il aurait compris au quart de tour...

    RépondreSupprimer
  7. Poireau,

    Je la trouvais bonne, pourtant.

    Achille,

    Même pas.

    Didier,

    Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Poireau,

    Je la trouvais bonne, pourtant.

    Achille,

    Même pas.

    Didier,

    Merci.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : tu es définitivement contaminé par "l'humour à 2 balles" ! :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !