18 décembre 2009

A voir ou je tue le chien !

Aujourd'hui, à la sortie du métro, je marchais doucement (la tête plongée dans l'iPhone pour lire mes mails) et je suivais un aveugle (un "mal voyant", devrais-je dire). Tellement aveugle, qu'il se plante en bas de l'escalator. Je le prends par le bras et, après les politesses d'usage, le remets dans le droit chemin : celui de l'escalator, ce qui fait qu'en montant, j'étais derrière lui. En haut, une petite dame distribuait des journaux gratuit. Elle lui en tend un. Il le prend.

17 commentaires:

  1. C'était peut être pour la litière du chat ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est un miracle ! Tu le touches, il retrouve la vue !
    Essaie avec un sourd ou un réactionnaire !
    :-))

    RépondreSupprimer
  3. Nefisa,

    Tu crois ? Tiens, ton oncle n'est pas dans le coin, c'est pourtant l'expérience de Poireau ?

    Poireau,

    Je suis le messie ?

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas : tu es numéro 1 des saintes écritures selon Miko !
    :-))

    RépondreSupprimer
  5. ah zut Monsieur Poireau m'a piqué ma blagounette

    RépondreSupprimer
  6. C'est Nefisa qui est dans le vrai, à mon avis. Il y a aussi la piste "épluchures de légumes"...

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Vous voulez éplucher Poireau ?

    RépondreSupprimer
  8. @Nefisa et Monsieur Goux qui dénigrent la presse gratuite... ah ben bravo ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Euh… vous pourriez me laisser le légume intact ? S'il vous plait !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Comment ça, vous voulez tuer un chien ?

    RépondreSupprimer
  11. Après avoir passé l'aprem à essayer de comprendre ton autre article de blog, j'ai passé la soirée à essayer de comprendre ce titre.

    Morne vendredi !!

    RépondreSupprimer
  12. Peut être que 20minutes a sorti une version en braille.

    RépondreSupprimer
  13. Direct soir avec l'édito d'Alain Minc et la chronique de Morandini. C'est bien une lecture d'aveugle.

    RépondreSupprimer
  14. Dans le clip de l'UMP, les aveugles conduisent. Dans le royaume de Sarkozy, les aveugles sont rois mais ce sont les sourds qui sont heureux.

    RépondreSupprimer
  15. Catherine, Achille,

    C'est une expression de bistro. On dit au patron "A boire ou je tue le chien", c'est pour rigoler, comme ça, il est obligé de servir.

    Le pendant est entre clients, pour obligé l'autre à payer un coup : "On boit un coup ou on s'encule ?". Généralement, il remet une tournée. Sinon, ça craint.

    Arf,

    Tu crois ?

    Nicocerise,

    Oui.
    Oui.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !