02 juin 2010

Retrouver un ancrage

Je sais. Vous l’attendez tous et toutes : ma réaction suite à la réouverture de la Comète.

J’en parle un peu dans le blog politique : « C’est la gorge serrée (le foie aussi) que je suis rentré du boulot, hier soir. J’allais enfin connaître la nouvelle Comète et surtout le nouveau patron. J’allais tâter le terrain pour savoir si la Comète serait toujours la Comète, mon point d’ancrage. Je savais que j’avais été présenté donc le patron me regarderait également. »

Pour ceusses qui sont pressés, je résume : La Comète est toujours la Comète. Je vous remercie. Le Kremlin des Blogs du 11 juin est donc confirmé. Venez. Inscrivez-vous dans les commentaires ici pour me faciliter l’organisation. Merci.

La soirée d’hier s’est parfaitement terminée. Le patron nous a viré gentiment, à la fermeture, au moment où j’ai demandé « Heu… Patron, une dernière, c’est possible ? » Il a dit ce qui veut dire « Ah ! Non ! Vous faites chier, hein ! » Le bonheur.

On aurait été vendredi, j’aurais insisté pour rigoler mais j’avais école aujourd’hui.

Le café de ce matin était bien. La nouvelle patronne est à peu près aussi en retard que l’ancien patron pour sortir la terrasse.

Rien à dire. Parfait. La Comète devrait redevenir mon point d’ancrage.

4 commentaires:

  1. *** Coucou Nicolas ! :o) Ouf ! Je suis rassurée ! Je suis bien loin de vous, sur un autre continent, mais vois-tu je suis contente de savoir que La Comète reste "La Comète" et que les nouveaux patrons font que ce lieu reste ton point d'ancrage ! :o)
    GROS BISOUS et nous restons à l'affût des infos concernant La Comète ! :o) BISOUS !!!!!!!!!!! ***

    RépondreSupprimer
  2. Vive la Comète ! Nous ne sommes pas si loin puisque je passe mes soirées avec débuts de soirée avec Tonnégrande qui vient de Guyanne et les fins avec Djibril qui est Sénégalais...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !