10 novembre 2010

Le front et le nez

Vous n’êtes pas sans ignorer ou savoir, outre le fait que j’écrive parfois n’importe quoi, que je passe une partie de mes soirées avec le Vieux Joël à faire les mots croisés du France Soir. Mais la lumière de la Comète est vaguement tamisée et, pour une raison que j’ignore, cette vieille andouille refuse de consulter un ophtalmo pour avoir les lunettes adaptées.

Ainsi, quand c’est lui qui écrit, il se mettait trop près du journal et le bougeait en permanence pour trouver un éclairage favorable. Quand c’est moi qui écris, il n’arrête de me choper le journal pour mieux voir.

La situation était devenue intolérable. Il a trouvé une situation. Il ne se déplace plus sans sa lampe frontale

Illustration.

Mais cessons de se foutre de sa gueule et passons à la mienne, puisque, une fois n’est pas coutume, c’est moi qui était la risée du bistro, hier.

Figurez vous que je suis sorti par la porte normale pour discuter avec un pote qui passait dans la rue, devant l’Amandine. Comme nous avons marché un peu, je me suis retrouvé en face de l’autre porte, celle de la terrasse au moment de rentrer.

Le gros Loïc se trouvait en face, de profil, dans une de ces postures altières qu’ont parfois certains gros qui portent la bedaine un peu haut. Je me suis approché de lui en me foutant de sa gueule « Ah ! Tu es beau le gros. »

La vitre de la porte était très bien lavée et la serveuse avait enlevé les autocollants (tickets resto, CB, …) qui la décorent habituellement.

Paf dans le nez.

Ca fait très mal.

Du coup, Michel m’a mis des glaçons dans un sopalin que je me suis appuyé sur le nez pendant une quinzaine de minutes afin d’éviter l’hématome fâcheux, ce matin (ça a marché mais la douleur est toujours vaguement présente).

Heureusement, je suis le seul à avoir un téléphone avec appareil photo et un blog.

Revenons-en au vieux Joël.

Non seulement son téléphone ne fait pas appareil photo mais en plus, hier, il l’avait oublié chez lui (à charger) et avait besoin de joindre son épouse.

Je lui ai donc prêté mon iPhone et il a composé le numéro de chez lui. L’opérateur a alors indiqué que la ligne est fermée (ce qui était prévue mais dans une dizaine de jours seulement).

Désespoir du vieux.

J’ai alors pris mon iPhone et appelé le portable de Joël.

Sa femme a répondu.

Messieurs, si vous avez des maitresses, n’oubliez pas votre mobile chez vous.

21 commentaires:

  1. *** Le portable que l'on laisse derrière soi c'est risqué aussi pour les femmes ! ;o))))
    Aïe aïe aïe ! la porte vitrée dans le nez ça fait mal ça ! :-(
    mais j'avoue qu'en te lisant ça m'a fait sourire ! ;o) ***

    RépondreSupprimer
  2. Nancy,

    Si tout ça ne me faisait pas rire aussi, je ne le raconterais pas !

    RépondreSupprimer
  3. DES maîtresses... tout de suite... les hommes quels vantards (ou quels rêveurs)! Alors qu'en fait ils passent leur temps, entre eux, à faire des mots croisés... (et les femmes, quelles niaises ! à croire qu'ils ont "une" maîtresse).

    RépondreSupprimer
  4. Elle t'en veut ou quoi la serveuse ?
    Bon si c'est pas cassé c'est déjà bien ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Ils ont un de ces air dépenaillés, maintenant, les chercheurs en Libéralisme. ca doit être un effet de la crise...

    RépondreSupprimer
  6. Peut-être qu'une lampe frontale t'aurait évité la rencontre du même métal avec la vitre !
    :-))

    [Ou alors il faut géolocaliser la porte avec l'iPhone ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  7. Poireau,

    Il faudrait un casque pour aller au bistro.

    LBDB,

    Ouais.. Tu vas rentrer dedans...

    MHPA,

    Si je lui répète ça, il va te donner une baffe.

    Marie,

    Mais je la connais qu'à peine.

    Lucia,

    Il y a plusieurs messieurs.

    Karine,

    Non.

    RépondreSupprimer
  8. ça devient dangereux d'aller au bistrot !

    RépondreSupprimer
  9. il ne faut donc pas que je fasse lire ce billet à ma douce sinon elle ne voudra plus jamais me laisser aller au troquet :)

    RépondreSupprimer
  10. Si ! Ca lui prouvera que je suis un honnête garçon qui raconte même les conneries qui lui arrivent.

    Je suis donc fréquentable.

    Cela dit, ça n'est pas une question d'alcool, c'était en début de soirée, en semaine.

    RépondreSupprimer
  11. elle ne doute pas de ton honnêteté :)

    et j'ai bien compris que l'alcool ne joue aucun rôle, c'est juste qu'elle me démontrerait par a+b que c'est dangereux :)

    RépondreSupprimer
  12. Mais non, le patron a été aux petits soins pour moi et m'a filé des glaçons pour éviter l'hématome.

    Si ça m'était arrivé dans une église, il n'y aurait pas eu de machine à glaçons.

    RépondreSupprimer
  13. ils ont pas de moules à glaçons rigolos dans les eglises, ça ferait du meilleur effet des glacons à l'eau bénite en forme de gargouilles

    RépondreSupprimer
  14. *** Un petit bonjour en ce vendredi matin ! :o) :o) Bises et bonne journée à toi !!!! ***

    RépondreSupprimer
  15. Rhoooo mais c'est absolument génial cette lampe frontale! Il faut absolument que j'en parle à mon père: lunetteux, adepte des bistros et des mots croisés. Une idée d'où ça se trouve ce genre de machin? Cadeau de Noël direct!

    RépondreSupprimer
  16. Attention aux remarques désobligeantes.

    Et fais gaffe s'il a un copain blogueur !

    (je ne sais pas pourquoi, ton commentaire s'est retrouvé "en attente de modération", désolé...)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !