20 janvier 2013

Des conditions de route idéales !

Quand je suis parti de Loudéac pour revenir à Paris, je dois avouer que je n'étais pas très fier. Les prévisions étaient mauvaises. La radio disait que Paris était complètement bouché à cause de la neige.

J'avais donc prévu l'éventualité de m'arrêter vers Chartres et de passer la nuit à l'hôtel au cas où les nouvelles étaient mauvaises...

Départ vers 13h45. Avec un quart d'heure de retard par rapport à d'habitude (parce que je discutais avec une andouille dans les commentaires d'un blog). Arrivée avec 25 minutes d'avance !

Entre Le Mans et Saint Arnoult la route a commencé à devenir de plus en plus pénible. A la fin, on roulait à 80. Néanmoins, il y avait beaucoup moins de monde que d'habitude.

Je suis arrivé à Saint Arnoult le journal de 18h de RTL venait de commencer (je suis maso : je voulais écouter Raffarin après). Le présentateur annonçait justement un bouchon de 6 kilomètres avant Le péage de Saint Arnoult.

Bizarre, il n'y avait qu'un vague bouchon. Une dizaine de voitures faisaient la queue à chaque file. Je me suis dit qu'il s'était trompé et que le bouchon était après. A 18h15, j'avais passé le péage. Je repasse sur Autoroute FM pour avoir des information. Un peu après la dame du poste nous disait d'avancer prudemment parce qu'une vaste opération allait être menée pour déneiger la file de gauche.

Il y a quatre files. Il y a un premier engin qui pousse la neige de la file de gauche à la troisième. Un deuxième machin dégage la troisième file en poussant la neige sur la deuxième. Une troisième machine dégage donc la deuxième sur la première. Une quatrième dégage la première sur le côté de la route. Vous avez suivi ? Pour dégager la file de gauche, il faut quatre engins qui avancent en biais, au même rythme. Les voitures doivent attendre derrière. C'est très bien et efficace.

Je me dis que "ah merde" je vais tomber dessus bientôt.

Ben non. J'arrive à la station service suivante, la dernière avant Paris. Je n'avais rien vu. Ça avait roulé relativement bien. Je m'arrête toujours là un petit quart d'heure. Vu que j'ai une voiture de location, il faut que je fasse le plein et le ménage dans la voiture. J'en profite pour passer aux toilettes en cas de bouchon à Paris. Et pour répondre aux commentaires de blog, aux tweets, aux mails,...

Je repars, la route était vide. Totalement. Je comprends alors que l'opération de déneigement de la file de gauche avait commencé après mon passage. En fait, elle avait probablement commencé juste après mon passage : j'ai pu rouler jusqu'à la sortie de l'autoroute à la vitesse maximum autorisée, ce qui n'arrive jamais un dimanche soir.

Au Kremlin Bicêtre, ça allait moins bien mais comme je roulais lentement, j'ai eu les 6 ou 7 feux au vert ! Sauf le dernier... J'étais tellement en confiance que j'ai freiné trop tard. L'ABS fonctionne parfaitement. Heureusement.

Ainsi, avec la chance de passer au péage au bon moment et le fait que peu de gens aient osé prendre leur voiture, j'ai mis environ 40 minutes entre le péage et chez moi contre environ 1h15 d'habitude.

Joie.

N.B. : je ne suis pas sur mon blog politique mais bravo à Météo France qui a pu faire des prévisions parfaites (ce que j'ai pu vérifier vendredi et ce soir), ce qui a permis aux services techniques d'intervenir pile poil comme il faut. Ou alors c'est la droite qui avait foutu le bordel en décembre 2010...

18 commentaires:

  1. Comme quoi, sans les voitures, ça roule bien !
    CQFD :)

    RépondreSupprimer
  2. Je confirme, la neige se passe beaucoup mieux avec la gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui !

      Tiens tu commentes en öre chez moi pendant que je suis chez toi !

      Supprimer
    2. Oui mais entre temps j'étais sous la douche et je ne t'ai pas vu.

      Supprimer
    3. C'est vrai, j'ai des goûts de luxe.

      Supprimer
    4. Et de pinup à grosses cuisses.

      Supprimer
    5. Mieux vaut trop que pas assez.

      Supprimer
  3. "Avec un quart d'heure de retard par rapport à d'habitude (parce que je discutais avec une andouille dans les commentaires d'un blog)"

    C'est une andouille que je connais aussi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais c'est affectif ! Je ne vais te reprocher de m'avoir mis en retard alors que tu ne savais pas que j'avais la route à faire. Cela étant j'adore les guignols qui n'ont que ça à foutre que d'explorer tous mes blogs.

      Supprimer
    2. C'est bien la première fois que tu te plains qu'on te lise.

      En fait, cela fait un moment que j'observe tes égarements. Rassure toi, ça ne me prends que très peu de temps, en fait.

      Disons que lorsqu'un sujet commence à m'intéresser, j'ai tendance à creuser. Sans doute un peu trop.
      Chacun ses névroses...

      Rassure toi encore, le temps qu'il me reste pour les sujets réellement intéressants ne manque pas, et je m'y consacre pleinement.

      "Guignol", c'est affectueux aussi?
      Aux vues du nombre de personnes que tu insultes régulièrement, je vois que tu as le coeur grand.
      A moins qu'il ne soit gros?

      Mais de quoi?

      Perso, j'adore les blogueurs qui répondent dans l'instant, en expliquant qu'on a que ça a foutre que de poster chez eux.

      Et je kiffe velu les mêmes blogueurs qui crient au censeur, à la mauvaise foi et au refus du débat alors que régulièrement, le débat entamé avec eux se termine par des insultes.

      Même affectueuses.

      Dans ces cas là, ça devient plus fort que moi, je commente.
      'Ffectivement.

      Supprimer
    3. Je ne débats pas avec ds connards prétentieux et casse burnes comme toi. Fous le camp de mes blogs, j'ai un niveau à assurer.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !