26 octobre 2008

A l'heure du changement

Parmi les éléments qui viennent rythmer nos années, on retrouve le changement d’heure. Je suis résolument contre pour une seule raison. Le reste, je m’en tape : les vaches qui n’arrivent plus à péter à l’heure ou les mômes qui n’arrivent plus à téter à l’heure ne sont pas mon problème.

Non ! Je suis contre uniquement à cause des éternelles discussions d’andouilles qui ne savent jamais s’il faut retarder ou avancer l’heure, qui n’arrivent jamais à la bonne déduction quant au fait de savoir si on va boire une heure de plus ou baiser une heure de moins.

Ce n’est quand même pas compliqué. Je vais rappeler la règle pour rendre service mais ça me demande une volonté sans précédent.

En automne, on retarde nos montres d’une heure et on dort une heure de plus. Au printemps, c’est le contraire : on avance nos horloges et on dort pareil parce que ça tombe un dimanche et qu’on en a rien à cirer : on n’est pas à une heure près pour l’apéro.

En fait, je suis transparent au changement d’heure. De toute manière, je suis matinal quand je suis à Paris. En Bretagne c’est le contraire : ce phénomène m’a toujours épaté. Je suis le Mister Jeckill et Docteur Hide du sommeil ou le contraire.

Hier soir, nous étions au bistro. Le Vieux Jacques n’était pas là, il avait pris une cuite carabinée le vendredi soir et je me demandais bien quel prétexte j’allais trouver pour la raconter sur le blog. Il avait mangé le midi avec Michou et Marie. Ils avaient passé l’après midi à je ne sais pas trop quoi.

Dans l’après midi, ils avaient été rejoints par Marcel le Fiacre à la terrasse de l’Amandine. Marcel se dandinant sur sa chaise s’est cassé la gueule, faisant valdinguer les verres de rouge à peine entamés sur les autres clients.

Michou a probablement fait une sieste car il était beaucoup moins saoul que le vieux quand je suis arrivé à 18h30, avec Tonnegrande.

Nous avons bu la tournée de Michou, puis celle du Vieux. Vient ensuite celle de Tonnegrande. Le vieux ne pouvant plus enquillé de Côtes-du-rhône est passé au baby. Le papy blues, peut-être ?

Ma tournée surgit alors comme Zorro surgit pour sauver la veuve et l’orphelin quand il veut une petite pipe. Un deuxième baby est alors arrivé venant compléter l’autre qui n’avait été que modestement entamé.

Avec Tonnegrande, nous avons foncé sur l’Amandine.

Le lendemain midi, j’ai retrouvé le Vieux à la Comète : il ne savait plus qu’il y était passé la veille.

J’en étais donc à hier soir. J’étais avec le Vieux Joël et Tonnegrande et nous avons décidé de quitter l’Aéro vers 22h30. J’ai regardé mes mails, engueulé deux ou trois commentateurs des blogs, … La routine. A 22h50, je vais me coucher. Je me rappelle qu’il faut que je retarde mon radio réveil qui depuis 24 ans assure ses bons et loyaux services tous les matins. C’était un cadeau de ma grand-mère quand je suis parti faire mes études, ce qui ne nous rajeunit pas mais vous vous en foutez : vous êtes incapable de ressentir la moindre séquence émotionnelle, vous ne savez qu’attendre ma prochaine connerie.

Je me retrouve donc plongé à 21h50 ce qui fait tôt pour se coucher. J’ai dit « basta, rrroooonnnn, roooonnnnnn, rrrronnnnnn ».

Me voilà réveillé vers 4 heures par une sournoise envie de liquider les affaires courantes. En tirant la chasse d’eau, je me rends compte que je suis parfaitement éveillé. Je fonce dans le séjour et regarde l’heure sur l’espèce de réveil qui sert d’horloge et qui n’est que rarement à l’heure vu qu’il avance d’environ 5 minutes par mois. En fait, il sert aussi de thermomètre.

Au fait ! Vous connaissez la différence entre un thermomètre buccal et un thermomètre anal ? Non ? Le goût.

Mais celui-là n’en est pas un et je pense que, vu sa taille, un individu souhaitant prendre sa température avec ressentirait l'immédiate douleur qui pourrait le renseigner sur ce qui pousse les poules à ne pas pondre des œufs carrés ce qui serait pourtant beaucoup plus pratique pour le rangement.

Toujours est-t-il qu’il marquait 5h22. J’en déduis immédiatement qu’il était 5 heures à l’ancienne heure et 4 heures à la nouvelle.

J’avais donc dormi pendant 6 heures et je plonge sur Internet et découvre les billets de Quicoulol qui faisait des expériences amusantes pour vérifier si blogger gérait correctement le changement d’heure. Il y a vraiment des types qui font des trucs complètement inutiles : il n’était sans doute pas l’œil rivé sur son écran pour vérifier l’heure de parution de son billet.
Ou alors sa femme ronfle très fort, ce qui m’a été confirmé par son amant, Monsieur Balmeyer.

Si vous voulez savoir la suite : je me suis recouché avec un bouquin et me suis endormi comme l’aurait probablement fait Judas s’il avait trouvé une bonne paire de tenailles pour mettre fin à une célèbre plaisanterie qui n’a que trop duré.

5 commentaires:

  1. Ah, j'aime mieux ça : je pensais que vous n'étiez toujours pas couché à 5 h 22 !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est bien mais vous devriez expliquer aussi qu'on est toujours 1h avant le soleil en hiver et 2 en été.

    RépondreSupprimer
  3. En AVril on avance, et octobRE on recule.
    Et paf.

    RépondreSupprimer
  4. Très bien, mais les dictons sont souvent retournable.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !