16 octobre 2008

A vélo en Alsace

J’ai déjà fait un billet pour raconter un déplacement dans notre joyeuse métropole siège du Parlement Européen quand l’édifice concerné ne part pas en sucette.

J’y suis retourné pour deux jours. J’ai une dent contre ce patelin. Ca date peut-être de mes vacances 2007 lorsque, avec Jim, nous y avions été accueillis comme des chiens par un temps du même métal, n’étant propice qu’à rater les photos, ce que je prouve. Voir là, à gauche.

Lors de mon dernier déplacement, j’avais trouvé une demi-heure pour aller boire un coup avec un collègue. J’étais tombé sur un bistro en face de la gare (à côté du Mac Do) qui ne faisait que de la Leffe. Hier, en attendant 19 heures pour aller manger une excellente choucroute avec des collègues, pendant qu’ils étaient partis se rafraichir, faire la sieste ou se laver les fesses en prévision de la poursuite de la soirée, je suis allé boire une bière dans une brasserie voisine de l’hôtel. Je suis tombé dans un rade où le seul breuvage servi était de la Heineken.

Ce bled se prétend une des capitales Française de la bière et n’offre aux égarés que des liquides infâmes : Leffe et Heineken, un peu comme une des pires brasseries Parisienne.

Un peu de sérieux.

Mais le pire dans ce trou est que sous l’impulsion de sombres écolos locaux, ils ont favorisé le cyclisme. Tout le monde ou presque se déplace en vélo. C’est bien, c’est écolo. Qu’on envoie se faire chier les automobilistes pourrait se comprendre aisément, mais Strasbourg est aménagé de telle sorte que ce sont les piétons qui pâtissent de cette politique débile.

Afin d’aménager des pistes cyclables utilisables, les Strasbourgeois les font serpenter sur les trottoirs pour éviter les « bateaux », pour faciliter le passage des feux rouges, … Du coup, ce sont les piétons qui sont obligés de faire des détours pour éviter de se faire prendre en traitre par des vélocipédistes énervés.

On atteint le sommet dans les coins qui ne sont pas aménagés pour les vélos, comme place de la gare, au feu juste à côté du bistro qui ne sert que de la Leffe. Je me suis presque fait rentrer dedans par une cycliste même pas honorable qui a grillé le feu pendant que je traversais la rue (le petit bonhomme était au vert) et qui m’a engueulé comme du poisson pourri : « connard, vous ne pourriez pas faire attention ? ».

Je déteste les cyclistes Strasbourgeois.

16 commentaires:

  1. Moi, j'aime beaucoup l'Alsace et Strasbourg. Mais pas trop les cyclistes non plus.

    RépondreSupprimer
  2. Moi, j'aime bien les cyclistes quand elles viennent à la Comète.

    RépondreSupprimer
  3. Vous aimez bien les Comètes quand elles viennent au vélodrome ?

    RépondreSupprimer
  4. A propos de Comète (qui pue qui pète, qui prend son cul pour une trompête, par ailleurs), t'as vu sur Google maps, l'option "street view", en longeant le bistrot, il se passe un phénomène fort distrayant.

    RépondreSupprimer
  5. Non, je vois rien.

    La photo a vraisemblablement été prise un mardi (jour du "petit marché") alors que je devais bosser (ma voiture n'est pas sur la photo), probablement en mai (il faisait beau, les grues étaient en place pour le nouveau centre commerciale et la terrasse de la Comète était toujours debout).

    RépondreSupprimer
  6. Il faut se placer au milieu de la place (parce que se ruer au milieu de la rue c'est moins précis), voire du côté de la sortie de métro, puis avancer vers le sud, à un moment, la devanture de la comète façon ancienne se transforme en devanture pendant les travaux.

    RépondreSupprimer
  7. Je prie par avance tous ceux qui espéraient voir Tonnegrande enfourcher Fiso de bien vouloir m'excuser.

    RépondreSupprimer
  8. Franssoit : le lien bordel ! (pour paraphraser le maître de ces lieux !).

    A Toulouse on a lemême phénomène mais parce qu'ils n'interdisent rien aux voitures. Du coup, les cyclistes apeurés roulent sur les trottoirs !
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Filaplomb,

    Quoi ? Tonnegrande enfourche Fiso à Toulouse ?

    Franssoit,

    J'ai pas vu.

    RépondreSupprimer
  10. et pourquoi pas à califourchon, tant qu'on y est!
    Arrêtez d'embêter Fiso, vous allez la dégoûter du vélo.
    Ce qui serait dommage.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai fait du vélo sans culotte, les gars ce soir ... et même pas enrhumée !
    :p
    (j'arrête pas de le dire que les pistes cyclables sur les trottoirs, c'et débile !)

    RépondreSupprimer
  12. Fiso,

    Oui, mais va donc à Strasbourg : ils ont battu un record !

    RépondreSupprimer
  13. Plus fort que sans culotte ?

    Epilation intégrale ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !