02 octobre 2008

Zac Efron, serveur à la Comète ?

C’est incroyable ! Zac Efron existe réellement. Je l’avais récemment choisi pour illustrer ce blog afin de capter des clientèles hétérosexuelles et homosexuelles de sexes opposés mais s’emboitant quand même et ce matin : paf ! On en parle sur France Info. Il parait qu’il est à Paris. Vous ne le connaissiez pas avant d’avoir la révélation sur mon blog : c’est normal. Soit vous êtes un garçon, soit vous avez plus de 16 ans. Le pire est que la journaliste de France Info confirme qu'il est coiffé comme un Playmobil.

D’accord ! On s’en fout. Mais ça fait un choc, admettez. Un coup à s’enfoncer un poireau dans l’oreille ou à raconter n’importe quoi pour le plaisir de faire des liens sur les blogs des copains.

L’essentiel n’est pas là. Zac Efron n’est pas le nouveau serveur de la Comète, celui qui remplace Seb. Je n’aime pas la nouveauté. Je suis casanier. Néanmoins, c’est par pure vice que je suis ressorti, hier soir, vers 22h. J’étais passé à la Comète en début de soirée et j’étais tombé sur le Vieux Jacques. Il avait décidé de manger sur place dans la mesure où il y avait des endives au jambon. J’avais refusé de l’accompagner pour m’enfiler à la maison une boite de ces pâtures réservées aux célibataires quadragénaires natifs du centre Bretagne vendues par sachet de 270 grammes dans tous les bons supermarchés dont le nom évoque un général à la tête de la 2ème DB et ayant libéré Paris et proche d’un bistro dont le nom évoque un machin avec une queue. Surtout, je refuse de manger le soir à la Comète, sauf en présence de blogueurs bedonnants, car je pourrais en prendre l’habitude ce qui pourrait fâcher mon banquier.

J’avais donc pris l’apéro avec le vieux Jacques alors que nous n’étions pas servis par le jeune Zac. J’étais rentré à la maison et cette idée lumineuse m’était venue de finir une discussion que nous avions avec Jim sur l’impact de la pensée Freudienne dans la politique gouvernementale. Je suis ressorti.

Le vieux Jacques Etron était rentré à la maison. Mon pressentiment était le bon : le nouveau serveur était plein. Ca le rend bien sympathique mais ça nuit à l’efficacité du travail.

10 commentaires:

  1. Dommage, je serais venue plus souvent :))

    RépondreSupprimer
  2. Il fêtait sa première journée de travail ? Ou bien, en voyant la clientèle de la Comète, il a picolé plutôt que de s'effondrer en sanglots ?
    Mais, à part ça, il est mignon ? Il vaut le déplacement ? Je viens pour votre conversation brillante, bien sûr, mais un joli serveur c'est un plus...

    RépondreSupprimer
  3. C'est un quadragénaire grassouillet.

    RépondreSupprimer
  4. Et dire que je pensais que c'était un personnage que vous aviez inventé de toutes pièces ...

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas : arrêtez vos conneries : parler de quadragénaire grassouillet à Catherine est le meilleur moyen de l'attirer !

    Et, après, pour s'en débarrasser : ça fait 19 ans que j'essaie...

    (Smiley ! ma chérie, smiley !)

    RépondreSupprimer
  6. Elmone,

    Et non, il existe...

    Didier,

    Justement, dites moi merci !

    RépondreSupprimer
  7. je croyais qu'en argot poireau voulait dire...? donc, dans l'oreille? une coutume parisienne ou bien?

    RépondreSupprimer
  8. Un serveur qui boit, c'est très mauvais pour la gestion des tocks, ça...
    J'espère qu'Efron est sobre !
    :-)))

    RépondreSupprimer
  9. La gestion des toques, c'est pour le chef cuisto, pas pour le serveur.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !