01 octobre 2009

Héritage de Tupperware

Si vous lisiez dans un blog que son taulier avait été obligé d'engueuler Molière parce que le taulier en question avait perdu les Tupperware du dit Molière alors qu'il tenait à les récupérer parce qu'ils représentaient le dernier souvenir de son ami docteur décédé, vous ne le croiriez pas. Vous auriez tort.

Je n'invente jamais rien, dans ce blog, même si je dois avouer que les dialogues sont un peu brodés.

Je vais donc profiter de mon trajet en métro pour vous raconter ma soirée d'hier, une première dans l'histoire de ce blog.

Jim la Branlette nous avait invité à manger des endives au jambon chez lui. Je lui avais de mandé de reporter la date pour que je puisse assister à la République des Blogs mais il avait insisté. Moi pas. Mes copains de bistro sont souvent irrités quand je passe des soirées avec des blogueurs plutôt qu'avec eux. Ça les énerve que je puisse fanfaronner avec d'autres gugusses. C'est complètement con : je vois les blogueurs deux ou trois fois par mois alors que je suis "à eux" tous les autres jours. Les copains de bistro sont plus difficiles à gérer que des épouses.

J'arrive donc à la Comète. Le vieux était dehors au téléphone et j'ai eu la surprise de voir Tonnégrande au comptoir. Il n'était pas sorti depuis vendredi à cause de sa goutte. On s'est foutus de sa gueule, c'était bien. "Santé mais pas des pieds". "Alors, tu bois au compte goutte ?". "Alors, un dernier verre pour la goutte ?". J'en passe.

Voilà la Branlette qui se pointe. Il venait de se rappeler qu'il nous avait invités. Il a refusé le verre car il devait acheter les endives, le jambon, l'Abbé Chamel. C'était l'Abbé Résina. Nous convenons donc d'annuler la soirée. C'était bien la peine de me faire ce cirque ! Je me décide à aller à la République des Blogs puis je renonce. La flemme de repartir dans Paris.

Je me décide donc à aller boire un coup à l'Amandine. Le vieux Jacques y était avec Marcel le Fiacre qui nous a raconté ses vacances. Je n'avais même pas remarqué qu'il était parti. Il était dans la Nièvre et était très fier d'avoir fait plus de cent kilomètres par jour en vélo. Faut reconnaitre qu'à 70 balais passés, il n'y a pas beaucoup de trolls réactionnaires qui l'auraient fait.

Je ne vous raconte pas pourquoi Marcel n'était pas à la Comete. Je n'ai pas le temps. Mon trajet en métro se termine et je n'ai pas encore parlé de Molière.

Je fais donc les mots fléchés avec le vieux Joël. Puis me fâche définitivement avec le vieux Jacques qui voulait nous aider ce dont j'ai horreur.

Merde mon métro est arrivé.

-- Post From My iPhone. Et Edited from mon PC.

5 commentaires:

  1. Oh ! Dommage pour les endives au jambon chez Jim ! C'est si bon ! :-)
    Il va remettre ça ! :-)

    A te lire je comprends maintenant pourquoi certaines épouses sont en compétition avec les copains de bistrot ... la concurrence est sévère ! Et pas mal d'hommes finissent par choisir les copains du bar du coin !... je ne juge pas ... après tout chacun choisit sa vie ! :-)

    Sympa de nous écrire pendant ton voyage en métro... :-)

    Je te souhaite un excellent jeudi Nicolas ! :-)

    *** Bisous ***

    RépondreSupprimer
  2. Miam les endives au Jambon !!
    C'est trop bon.
    Pas de compte-rendu de la République, donc..
    On attendra le Kremlin..

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme,Manue,

    Non, pas de CR !

    Nancy,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  4. 100 kilomètres à vélo, sérieusement, ça tient de la performance !
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !