11 avril 2010

La visite chez E. Thomas d'Artémon


C’est à l’heure de la grosse commission que mon téléphone retentit. Je cite « Drink ». J'ai un téléphone alcoolique. Je me lève, serre les fesses et me précipite vers le combiné. « Allo » dis-je sans trop savoir pourquoi.

Je m’attendais à un sondage, une publicité, … puisque c’était samedi matin. C’était Patrice, surnommé Michou à une certaine époque. Il me dit « C’est moi, tu me prêtes 20 euros que je te paye l’apéro ? » Comment refuser une si aimable proposition ? « Oui, mais à midi, là je suis en train de chier, salut ! » Et je suis retourné liquider les affaires courantes.

Lors de cet apéro, nous avons été rejoints par l’inusable Tonnégrande qui fêtait, à nouveau, la naissance de sa petite fille, Léna.

Subitement, un zigoto accompagné d’un dadais a pénétré dans le bistro. « Salut ! Tu me reconnais pas ? » « Ben non ! » Pensez donc ! Je rencontre  tellement d’andouilles aux différents comptoirs que je fréquente qu’il m’est physiquement impossible de me remémorer chacune d’entre elles ! En plus, les deux zozos avaient des cravates à chier, comme s’ils étaient blogueurs zinfluents.

Le zigotto me dit : « Je suis Olivier » Arg ! C’est le dadais que j’ai reconnu. C’était Artémon, le fils d’Olivier P. Le père du fils d’Olivier P. était donc Olivier P. lui-même. Je ne l’avais pas reconnu car il n’avait plus de moustache. Il a d’ailleurs gardé sa cravate et enlevé sa casquette car il est très délicat. Il n’avait plus de cheveux. Comme quoi, une bonne chimio est plus efficace qu’un bon coiffeur. Et ça permet d’éviter le poil dans les oreilles.

Je l’ai trouvé fatigué mais on le serait à moins. Il m’a juré aller bien. Je le crois et j’espère !

L’essentiel étant là : il avait des sous pour nous payer une tournée et m’a même invité à manger. Ouf.

Pour ceux que ça intéresse : il avait une communion, le soir ou le lendemain, à Sèvres et ne savait pas où manger. Il s’était dit : « je connais un petit bistro, pas trop loin ». En voiture, Simone.

Quelqu’un pourrait me trouver une liste de mots finissant par « ma » ? C’est pour trouver un titre idiot à ce billet. Tréma ? Pyjama ? Semât ? Eugène Thomas ? Ah oui, tiens ! C’est parti !

Comment ? Vous ne savez pas que la Comète est à l'angle de l'Avenue de Fontainebleau et de l'Avenue Eugène Thomas, ancien Maire de Bicêtre ?

8 commentaires:

  1. C'est vraiment cool ! Il commençait bien ce billet (mwarf), et il se termine bien

    Content pour Olivier en tous cas.

    RépondreSupprimer
  2. Content pour Olivier.

    Et un amical salut au père et au fils.

    RépondreSupprimer
  3. Oui c'est bien pour Olivier.
    Pas pour son fiston qui faisait la gueule rapport que son paternel l'a présenté à un gros ivrogne Breton qui avait un sourire niais consécutif à un abus et auquel que le fiston a craint à un moment que ne succombat aussi son paternel assoiffé par ces retrouvailles.
    La preuve à 4 reprises au moins on a trinqué en disant "santé"...

    RépondreSupprimer
  4. c'est bizarre chez les guyannais ce besoin de compter les verres

    RépondreSupprimer
  5. Elmone,

    Ca sera fait !

    Tonnégrande,

    Abruti.

    Olivier,

    C'est depuis qu'il est grand père...

    Poireau,

    Oui.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !