14 avril 2010

Mazophallation

C’est un très joli mot que j’ai découvert hier. Moi qui ne porte que des cravates à chier, le mot scientifique de la cravate de notaire m’était inconnu contrairement la branlette espagnole.

Cela dit, je ne tiens pas un blog scientifique ou pornographie mais un blog masculin par opposition aux blogs féminins qui ne parlent que de trucs sans intérêt et frivoles : mode, tricot, cuisine, …

Je dois avouer que ce matin, j’avais oublié ce mot et c’est bien « cravate de notaire » que j’ai du chercher dans google pour le retrouver afin de mettre un titre à ce billet et de justifier sa publication par une anecdote qui m’est revenue en mémoire à l’instant.

Je rentrais à la maison Comète, hier soir, en métro. Ce dernier était plein comme Tonnégrande deux heures plus tard. J’étais debout, entre deux rangées de fauteuil. Une charmante jeune fille lisait un magasine féminin de bon aloi dont je tairai le titre par simple mansuétude.

D’une discrétion sans réserve, je ne la regardais pas jusqu’à ce que le mot fellation me saute aux yeux. Je sursaute ! Et je regarde bien, il s’agissait de « Mazophallation » et je dois avoir l’esprit bien tourné pour avoir lu fellation à la place.

« Tiens ! Un nouveau mot ! » me dis-je « Il faut que je sache à quoi il correspond si jamais je tombe dessus dans les mots fléchés. » Toujours mon esprit scientifique et pragmatique, vous voyez.

Alors, je regarde plus précisément. Le texte en gras était explicite. La mazophallation (Tiens ! c’est souligné en rouge par mon Word ! Ils sont bien puritains, ces Américains) correspondait à cette pratique sexuelle assez rarement pratiquée par les homosexuels pour des raisons qui n’échapperont pas à vos esprits fulgurants. Ou alors deux homosexuels de sexe différents mais il parait qu’ainsi l’homosexualité perd son charme. Déjà que normalement…

NDLR : en publiant le billet et en faisant une dernière lecture, je constate que le mot n'est pas souligné en rouge par le correcteur orthographique de FireFox. Ils sont moins puritains que chez Microsoft ?

En effet, je n’ai pas lu l’article mais j’ai cru comprendre le fondement bien que cette partie du corps est assez peu utilisée dans la mazophallation sauf si le monsieur est assis sur la dame. Je résume : il faut que le monsieur soit équipé d’une bite. Assez longue s’il est gros, sinon c’est difficile. Il faut que la dame dispose de deux nichons. Assez gros si possible sauf si l’engin du monsieur est très gros.

Le métro est arrivé au Kremlin-Bicêtre. La jeune dame lisait encore son article. Je n’ai pas eu le temps de prendre mon iPhone pour en faire une photo pour illustrer ce billet. Je me demande ce que je vais pouvoir trouver sur Google avec le mot mazophallation (à part une photo de Arlette Chabot). Bon ! J’ai trouvé ça là mais mon billet devrait prochainement arriver en tête de la recherche Google.

Venons-en à la conclusion. Mazophallation est un excellent sujet de billet, ça permet de raconter un tas de cochonnerie mais ce n’est pas directement le sujet du billet. Je me pose en effet deux questions.

Petit 1 : comment un magazine féminin peut-il faire un article d’une page ? Que peuvent-ils en dire ?

Petit 2 : comment une jeune fille distinguée peut-elle lire un tel article dans lieu public où les gens sont tassés et où elle avait un gros salace à la mater ?

13 commentaires:

  1. « comment un magazine féminin peut-il faire un article d’une page ? Que peuvent-ils en dire ? »

    C'est l'métier, p'tit gars !

    Donnez-moi à peu près n'importe quel mot (surtout s'il a un rapport même lointain avec le sexe) et je vous en ponds 4500 signes dans l'heure qui suit.

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    Figurez vous que je viens de me fader une note pour un client sur la surveillance de nos serveurs informatiques alors que je n'y connais rien...

    On a un peu le même métier.

    RépondreSupprimer
  3. En clair, on est des escrocs ! Ça doit être pour ça qu'on est bien payé : pour faire passer les problèmes de conscience...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas le mot. Il paraît qu'on parle aussi de cinépysmathie. Il paraît que l'origine de l'expression vient du fait que dans la dite position "les testicules se trouvent à l'endroit habituel du noeud de cravate des notaires qui étaient relativement volumineux". Je cite textuellement parce que le pluriel m'intrigue. Le testicule de notaire est-il surdimensionné ?

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que ce sont les notaires qui étaient volumineux ? Mais l'endroit du noeud des notaires étaient sous le cou. Je ne comprends rien.

    RépondreSupprimer
  6. Mtislav : votre vision des choses n'est valable que si l'homme, la surplombant, tourne le dos à la femme. Auquel cas, en effet, il peut fourrer sa bite entre ses seins, tout en ayant ses couilles à la place supposée du nœud de cravate. en plus, dans cette position, il peut également prier la damoiselle de lui bouffer le cul, ce qui est une bonne manière toujours appréciée.

    En revanche, si Monsieur fait face à Madame, la position reste possible, mais votre explication ne tient plus.

    RépondreSupprimer
  7. Pour la dernière réflexion, ça laisserait supposer qu'un journal féminin ne contiendrait aucun article étiqueté "sexo".
    Mission (naire) impossible !

    RépondreSupprimer
  8. T'es sûr que cela ne s'écrit pas la Mazeauphallation ?

    RépondreSupprimer
  9. Et après on dit que les journaux féminins ne sont pas culturels !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Nekko,

    Delà à faire un mode opératoire...

    Poireau,

    Vive la culture !

    RépondreSupprimer
  11. Mazophallation tiens firefox me propose circonvallation à la place ?! encore un nouveau mot à placer lors d'un prochain dîner mondain! merci!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !