01 janvier 2012

Une bien belle fin d'année !

La soirée avait pourtant mal commencé. Le midi, sachant que j’allais bouffer comme un goret le soir, j’avais mangé un assortiments de machins Chinois que j’avais fait réchauffer à la poêle avec un peu d’huile, conformément à la recette et je m’étais goinfré comme un goret avant de faire une sieste bien méritée vu que c’était l’avant dernière des vacances.

Je me réveille vers 17 heures, normal, mais vers 18 heures, me voila pris d’une horrible interrogation : à quelle heure ferme Leclerc ? J’étais en effet en charge de l’achat du pinard et ça m’aurait fait chier de devoir courir jusqu’à Auchan puisque j’y avais déjà été le matin.

Tiens ! Il faut que je vous raconte ça, puisque c’est la première fois qu’y vais pour faire des courses « normales » depuis l’ouverture, il y a bientôt deux ans. J’y avais été le mois dernier pour acheter l’iPad mais ce n’est pas une course normale.

Figurez-vous qu’avant de partir en vacances, j’avais eu beaucoup de mal à rétablir le nombre de paires de chaussettes nécessaires pour une semaine. J’avais donc pris la ferme résolution d’aller en acheter 10 paires identiques. J’en ai profité pour acheter d’autres sous-vêtements vu quelques problèmes d’élastiques que j’ai eus récemment. Je peux vous dire que c’est très chiant : la cantine est à un kilomètre du boulot et il me fallait parfois tenir mon caleçon pour éviter qu’il ne tombe. Ce qui n’aurait pas été très grave vu que j’ai l’usage de porter un pantalon par-dessus mon caleçon mais c’était très chiant. Et ce n’est pas un seul caleçon qui était en cause, auquel cas il m’aurait suffit de le jeter à la poubelle.

Ah ! Je sens qu’elle commence bien cette année. Dès mon premier billet, je suis inspiré pour parler de mes sous-vêtements dans le billet que je dois faire pour raconter mon réveillon.

J’en profite pour vous souhaiter une excellente année 2012. Je dois avouer que je me fous de la santé d’une partie de mes lecteurs. Ce n’est pas du égoïste mais n’ayant pas de pub sur le blog, je ne suis pas payé au nombre. L’an dernier, j’avais souhaité une bonne année et une bonne santé à mes copains lecteurs et blogueurs ce qui ne m’a pas empêché d’en perdre deux.

J’en profite (bis) pour leur dédier ce billet qui restera probablement dans les annales, d’autant que je n’ai dormi qu’une paire d’heure cette nuit.

J’en étais à ma visite du Auchan, le matin. Après avoir englouti dans mon caddie la brosse à dents que je vais essayer ce matin. Encore que, vu mon haleine, ce matin, consécutivement à l’abus de boissons diverses, il serait plus prudent que je finisse l’ancienne ce matin pour préserver le début de carrière de la nouvelle. Je ne sais pas ce que m’a fait l’ancienne mais c’est à La rochelle que j’ai constaté son trépas proche. Original, non ? Je reprends…

Après avoir englouti dans mon caddie la brosse à dents que j’ai prise au premier étage du Auchan, j’ai eu l’idée idiote de vouloir aller faire des courses au rez-de-chaussée pour procéder à l’acquisition de denrées alimentaires de première nécessité, dont les saloperies chinoises dont au sujet desquels j’évoquais au début de ce billet.

Je ne vous raconte pas le bordel. Je ne vais jamais faire de courses ou presque, et il faut que je me coltine un des plus grands hypermarché de proche banlieue un jour de réveillon. Il y avait du monde partout, des caddies qui s’entrechoquaient. Vous connaissez, je passe.

J’arrive à la caisse après avoir acheté mes trucs et il y avait du monde partout. Je décide donc d’aller à la caisse automatique (celle où l’on passe soi-même ses produits devant le lecteur de codes barres). (Comment s’écrit le pluriel de codes barres ?). Je commence à prendre mes produits dans mon caddie. Arrivé à la moitié, ne voila-t-il qu’un de mes caleçons neufs devient récalcitrant et refuse de se faire codebarrer. Scandale ! J’appelle le préposé aux caisses et lui explique mon problème : « voila, monsieur, je n’arrive pas à mettre mon caleçon. » J’étais d’humeur joviale.
Le type vient et arrive à rétablir ma culotte quand il aperçoit mon caddie. Il m’explique que les caddies sont formellement interdits à cette caisse. N’en croyant pas mes oreilles, je me fous de sa gueule ce qu’il n’a pas apprécié pourtant j’ai trouvé assez cocasse que des caddies soient interdits à une caisse de supermarché. Le ton a commencé à monter. Le type a ordonné que je finisse de passer mes produits, que je paye, que je laisse mes produits sur le machin, que j’aille reposer le caddie pour récupérer ma pièce d’un euro et que je revienne chercher mes produits.

J’ai évidemment refusé demandant un passe droit qui a été refusé. On s’est engueulés. J’ai fini par reprendre mes produits et les remettre dans mon caddie pour aller à une autre caisse. Le type trépignait : mais vous n’avez pas le droit, vous avez commencé à passer vos produits, vous n’avez pas le droit d’arrêter. Je lui ai donc répondu : « ne faites pas chier, vous me refuser le droit de passer mon caddie à cette caisse à cause d’un obscur règlement intérieur alors je prends le droit de reprendre mes produits et de vous recommander une sodomie. »

Et paf ! Le type était vert et interloqué ! Quand je dis vert, c’est vert pale, vu que c’était un Chinois. Avec toute cette histoire, je vais finir raciste antichinois. C’est d’autant plus facile que le gros vigile noir qui venait vers nous pour faire son boulot de vigile et me prendre par la peau des fesses était lui-même exploser de rire quand j’ai encouragé mon Chinois à aller se faire enculer.

Je suppose que les noirs n’aiment pas les Chinois. Je veux bien que l’on vire Sarko dans l’année, mais il faudrait, avant de partir, qu’il donne des instructions précises à Monsieur Guéant pour qu’il s’occupe sérieusement de l’immigration Chinoise.

Cela dit, je ne regrette pas cette excursion chez Auchan : j’ai des chaussettes et des caleçons neufs et j’ai pu faire trois excellents check in dans Foursquare, ce qui m’a permis de revenir dans la course après une semaine de quasi abstinence.

J’en étais où ? Ce billet est parti en couilles. Je me suis levé constatant ma quasi insomnie pour vous raconter mon réveillon et j’en suis à deux A4 pour décrire une histoire de Chinois et de caleçons. Je vais accélérer.

J’arrive à l’Aéro. Je bois l’apéro avec Patrice, le vieux Jacques et Tonnégrande et vais manger chez moi mes produits Chinois acheté chez Auchan.

Je fais la sieste. Je me réveille inquiet de l’heure de fermeture de chez Leclerc, n’ayant pas envie d’affronter les Chinois d’Auchan une seconde fois. Leclerc était ouvert. D’ailleurs, j’ai appris ensuite qu’Auchan fermait à 18 heures.

J’achète mon pinard. Il y avait aussi du monde aux caisses, pire que le matin, mais aucune Chinois en vue. Par contre, il y avait Mathieu, le patron de la Comète dans la même file que moi. Nous avons papoté.

Je vais à l’Aéro où j’avais rendez-vous avec mes camarades de réveillon : à savoir Dédé, le pote à Joël, Patrice, Tonnégrande, Djibril et Joël, mais j’avais une bonne heure d’avance.

Je prends un café. Puis un deuxième café.

Me voila avec un mal de ventre qui me faisait bien chier en début de soirée, ce que j’ai d’ailleurs décidé d’aller faire. Malheureusement, le tout est sorti par le mauvais trou sans que je n’ai le temps de viser la cuvette. Il y en avait partout. Les murs retapissés et tout ça. Je vais demander une serpillière au patron mais, ce dernier, constatant l’ampleur des dégâts a décidé de prendre le taureau par les cornes et de laver mon dégueulis par lui-même.

C’est bien la première fois que je vomis dans un bistro en étant à jeun, moi. Saloperie de produits Chinois, par ailleurs très mauvais à gerber à cause des épices.

J’ai payé un whisky au patron. Je suis pardonné. Et j’ai bu deux Perrier avant mes congénères n’arrivent. Finalement, je n’avais plus du tout mal au ventre et j’ai pu repartir à la bière, comme en 14.

On est peu de choses…

L’heure a sonné et nous sommes partis. Tonnégrande n’était pas venu (ce qui n’a rien de surprenant) et le gros Djibril s’était fait engueuler par sa femme qui ne trouvait pas normal que son digne époux la laisse seule pendant un réveillon alors qu’il allait se saouler la gueule avec les copains.

Le vieux Joël nous a fait monter dans sa Dacia flambant neuve et nous a montré tous les bienfaits de cette marque, comme les lève-vitres électriques (je ne lui ai pas dit que j’en avais déjà dans ma première voiture achetée en 1990, ces intermittents du spectacle à moitié baba cool sont surprenants…).

On arrive chez Joël. Il y avait son épouse, heureusement, la femme d’un copain à eux qui était mort d’un cancer quelques mois auparavant et la belle-mère de Joël, femme tout à fait charmante, mais qui a passé l’année d’hôpital en hôpital et qui a fini par se faire enlever l’estomac pour empêcher la propagation des métastases. Elle nous a raconté chacune des étapes de ses opérations pendant que nous mangions les huîtres. Ca tombe bien, je n’aime pas ça. C’est pour ça que je demandais des précisions en permanence, pour énerver les autres convives.

C’est la première fois de ma vie que je passais un réveillon avec la belle-mère d’un copain. Cela dit, je suis méchant : mémé est réellement charmante, très discrète, elle avait néanmoins toute sa place dans la conversation jusqu’à ce que Mme Joël la ramène chez elle, vers deux heures du matin.

L’apéritif était composé de vin blanc pour Patrice, de Ricard pour Dédé le pote à Joël et de champagne pour les gens normaux. Pour le reste, je ne vais pas détailler tout ce que nous avons bu : du muscadet, du Riesling puis différents types de Bordeaux de mon choix et de Leclerc, les dames étant repassées au Champagne à la fin du repas. Le trou normand, avant les viandes, était composé d’un simple verre de Vodka à l’herbe de bison. Mémé a exigé qu’on le boive cul sec. Patrice et moi avons obtempéré mais Dédé commençait déjà à papillonner. Faudrait pas vieillir.

Avec l’apéro, nous avions : du pâté en croûte, des petites saucisses de Strasbourg, des petits boudins blancs, des petits boudins antillais, des espèces de feuilletés au fromage, des crevettes. J’aurais du prendre des notes, j’en oublie. Comme ce n’est pas la première fois que je mange chez Joël, je n’ai pas commis l’erreur de m’empiffrer à l’apéro.

A table, nous avons commencé par les huîtres et l’estomac de mémé.

Ensuite, nous sommes passés au saumon, qui mérite une brève description. Du saumon fumé, avec une touche de crème, quelques gros œufs de lump pour la décoration et des pommes de terres tièdes. Je vous le conseille. Sans compter que le tout était accompagné d’une sauce mitonnée par Madame Joël avec de la crème fraîche, un yaourt, un peu de vodka et quelques épices. Un régal !

Ensuite, le fois gras était très bon, servi avec une espèce de compotée de figues confites.

Trou normand.

Magret de canard avec une sauce au foie gras. C’est après avoir complimenté la taulière pour sa sauce qu’elle nous a avoué qu’elle venait de chez Picard. Il faudra que j’essaie. Quelqu’un peut me dire s’il y a des videurs Chinois chez Picard ?

Ayant compris que mon ventre était à nouveau à toute épreuve, j’en ai bouffé une tonne !

A propos de ventre, Mémé a mangé de tout. On peut très bien vivre sans estomac mais il faut bien mâcher. Et en plus, mon premier billet de l’année est pédagogique.

Les deux gâteaux, de chez Picard, étaient sublimes mais mes confrères étant repus, il a fallu que je les finisse tout seul.

Nous avons fini en discutant de choses et d’autres, notamment des deux bouteilles de vin qu’il fallait encore qu’on boive avec Dédé et Patrice. Même que Dédé commençait à ne plus marcher très droit quand il allait pisser toutes les dix minutes.

Mais il fallait bien qu’on s’occupe pendant que les dames ramenaient mémé à la maison.

Le vieux Joël nous a présenté son disque dur multimédia qu’il avait eu pour Noël mais il n’arrivait à se servir de la télécommande pour choisir les morceaux de musique qu’il voulait nous faire écouter. Il a été très vexé quand j’ai réussi du premier coup et m’a accusé d’avoir cassé son machin.

Un peu avant cinq heures du matin, j’ai décidé de lever le camp (ben oui, y’a école demain), suivi par Patrice. Un noir était ivre mort dans le bus et insultait les gens en faisant de la poésie (un genre de rap, quoi…).

Tous les bistros étant fermés à Bicêtre, je suis rentré directement à la maison, non sans avoir faire quelques check in pour Foursquare.

J’ai rendez-vous avec Patrice à midi à l’Aéro mais je doute qu’il soit là (je crois qu’il bosse ce soir). Tant pis. Il y aura le vieux Jacques et probablement Djibril, voire Tonnégrande.

C’est reparti !

Bonne années à tous !


23 commentaires:

  1. Wahoo... T'as écrit en faisant la truffe? Toussa?
    Alllez, Bonne Année 2OOODouce à toi ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Correction: "t'as écrit toussa en faisant la teuf"?
    C'est le 1er bug du clavier de l'An 2OOOdouce...
    Hips!

    RépondreSupprimer
  3. La vengeance du chinois a été terrible. très sympa les photos des convives d'hier soir.

    et la brosse à dent ? Elle a tenue le coup ou elle est sortie à poil ?

    et bonne année !

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est plus un billet mais un poème épique ! Bel exercice ! Très belle année à toi.

    RépondreSupprimer
  5. Un long-billet-fleuve pas tranquille nu et blond ? Cumul de mandats ! :-)

    Happy 2012 !

    RépondreSupprimer
  6. T'as raison, on avait souhaité une bonne et heureuse année à Jean-Louis et à Olivier ...
    Je ne forme donc aucun voeu pour toi mais le coeur y est!

    RépondreSupprimer
  7. Dégueulis et vieux caleçons, assortis de propos nauséabondement racistes : je ne suis pas sûr d'avoir envie de vivre cette année jusqu'au bout, moi…

    RépondreSupprimer
  8. Hé bé. J'en reviens pas d'avoir lu ce billet en entier. ;-)
    Bonne année !!!

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi je l'ai lu jusqu'au bout mais c'est surtout pour les photos (de gauche)...bien vu les photos, continue comme ça et je te promets une assiduité sans faille :)....comment on dit bonne année en chinois ?

    RépondreSupprimer
  10. ben mon kiki ! tu parles d'un morceau de bravitude ! même Céline avec ses histoires d'hémorroïdes et d'acouphènes il est pas plus tordant !
    voilà comme on la veut l'année nouvelle : rigolante ;)

    RépondreSupprimer
  11. Quel billet! Le jour d'une gueule de bois, bravo. Bonne année vieux!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai pas tout lu mais je me suis fait un devoir de regarder toutes les photos ;)

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai qu'il fallait s'accrocher pour lire tout le billet. Faut croire que la soirée t'a plu :)
    Moi aussi, j'ai fait mon réveillon avec Picard, je te rassure, pas de Chinois, et même pas de videur (ou alors, tu es sur la liste des wanted du quartier chinois)
    Trop fort le coup des huîtres et de l'estomac à mamie ! Nous à Noel, on a essayé d'éviter les postillons de mamie Coco. J'ai une mémoire de poisson rouge, je me suis encore assise en face d'elle !
    Bisous ma caille, et bonne année
    PS : Dis donc, j'ai cru m'être trompée de blog et être sur celui d'Oh!91, un instant, rapport aux photos ...

    RépondreSupprimer
  14. L'est où la photo de la mamie? Et celle du Chinois? Et toi?
    En tout cas, fais-y gaffe à ton petit estomac à toi. M'a l'air fragile et un peu surmené.

    Bonne année!

    RépondreSupprimer
  15. Tout comme See Mee. Joyeuse année à toi Nicolas. Et encore pleins de KDB entre copains. Bisous

    RépondreSupprimer
  16. Tu deviens le Béru du blogage !
    De mon côté, j'avais organisé une soirée à la maison, cela a demandé beaucoup d'énergie, les lumières, la musique, la bouffe, la piste de dance mais dès le début de la soirée, j'ai abusé du Punch, suis devenu malade, ne me rappelle plus de rien....

    RépondreSupprimer
  17. Disp,

    C'est malin !

    Laurent,

    Merci, pareil !

    Lo,

    Pas là...

    Fiso,

    Tu ne te trompes pas de blog : j'en ai mis pour tout le monde !

    Xapur,

    Tu devrais tout lire.

    El Camino,

    Désolé pour la gueule de bois...

    Darcy,

    Oui, hein !

    Tilly,

    J'espère qu'elle le sera !

    Nicolas007bis,

    Vive les photos !

    See Mee,

    Merci, toi aussi !

    didier,

    Mais si, mais si... Quel racisme ? Chinois n'est pas une race...

    Solveig,

    Merci !

    Nekko,

    Merci !

    Virginie,

    Merci !

    DFJ,

    Merci !

    David,

    J'ai renoncé à tester la brosse à dents.

    Bem,

    Vive les truffes !

    RépondreSupprimer
  18. Ce billet est trop long, mais il a le goût subtil du chinois faisandé que j'apprécie beaucoup.
    Moi, c'était Tajine bourratif et tous le monde hurlait à deux heures du matin.
    Ensuite, je ne sais plus trop (si, deux souvenirs, l'arrivée de Joe Dassin dans la soirée et d'une bouteille de calva, c'est à peu près tout)).
    Bonne année !!!

    RépondreSupprimer
  19. Les illustrations de ce billet sont balèzes. C'étaient les invités d'honneur du réveillon?
    Salutations de Suisse et meilleurs voeux à toi pour une excellente année 2012!

    RépondreSupprimer
  20. Mon regard s'est arrêté sur la première photo de cet article. Avez-vous des indications sur son origine, le photographe en particulier ? Merci.

    RépondreSupprimer
  21. Elmer,

    Non, j'ai fait une recherche sur Google Image mais je ne sais plus avec quel mot clé.

    DF,

    Oui, hein ! C'était nous.

    MHPA,

    Merci.


    Je me demande si je ne suis pas un peu en retard pour répondre. Heureusement que Elmer veille.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !