02 avril 2012

Scènes d'apéro

Samedi, vers midi, je me pointe à la Comète vers 12 heures pour prendre un café (oui, je commence toujours l’apéro). Le comptoir était désert à part les deux serveuses et une espèce de grand escogriffe d’une soixante d’années qui baragouinait dans une langue proche de l’anglais avec deux ou trois mots de Français. Il avait un énorme sac à dos.

Il demandait comment aller à Toulouse et les filles lui disaient d’aller tout droit sur la Nationale 7 puis de prendre l’autoroute. J’ai dit que c’était mieux d’aller par l’avenue Eugène Thomas, l’autoroute est à 2 km. Le mec nous dit qu’en effet, c’était mieux de prendre l’autoroute, qu’il voulait prendre l’autoroute, absolument.

Je vais pour lui demander où il était garé pour lui montrer la meilleure solution quand je repense à son sac à dos. Je lui demande comment il souhaite aller à Toulouse. A pieds, me répond-il. On lui repose la question. Il nous confirme. Il veut aller à pieds à Toulouse en suivant l’autoroute.

Allons bon !

Je traverse et vais à l’Aéro prendre l’apéritif. Je bois un Ricard avec Corinne et sa mère. Une fois les verres vides, Mamie commande une nouvelle tournée. Son verre de Kir vide est à côté de mon verre de Ricard. Karim met du cassis dans le verre de Mamie et du vin blanc… dans le mien.

Nous étions pliés de rire…

Il ressert une tournée et, une fois qu’elle est terminée, il veut nous offrir un nouveau verre. Pour être sûr de ne pas se tromper, il commence par servir mon Ricard, puis le cassis pour le Kir de Mamie. Et verse le blanc à nouveau dans mon verre…

Il y a des jours comme ça…

5 commentaires:

  1. Effectivement, quelle aventure!

    RépondreSupprimer
  2. *** Coucou Nico ! :o)
    aller à pieds à Toulouse en suivant l’autoroute ??? LOL ;o) on aura tout vu ! ;o) ... enfin TU auras tout vu et tu auras su nous le raconter en toute simplicité ! BISES et bonne continuation ! :o) ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on trouve tout dans les bistros ! Bonne après-midi !

      Supprimer
  3. C'est con comme ça à dire, mais j'ai une amie qui est allée comme ça, en suivant d'abord la N20 depuis Paris, puis je ne sais plus quelles routes, jusqa'à St Jacques de Compostelle ... Un défi qu'elle s'était lancé ... 1800 km à pince ...
    Plus tard la vie m'a appris qu'il y a des choses plus grandes que nous ... et alles nous aident à survivre, en cas de grain ... de grand mauvais temps ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, c'est ce que je pensais, le gugusse fait la route de Saint Jacques de Compostelle mais était perdu à Paris... C'est con, s'il nous l'avait dit, j'aurais trouvé le chemin avec l'iPhone.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !