09 juillet 2012

Wie einst Lili Marleen

Ligne 10, vers 8 heures, ce matin. Le joueur d’accordéon monte dans la rame et commence à jouer Lili Marleen. Je ne sais pas si je suis le seul à reconnaître cet air, dans la voiture. Qui connaît Lili Marleen, aujourd’hui ?

Je me suis mis à fredonner la chanson, sachant que, comme beaucoup, je ne connais que quatre mots de la chanson : « Wie einst Lili Marleen. » Ca rend la ritournelle un peu lassante. Je descends du métro à la bonne station, regardant au tour de moi, incapable d’avancer, fredonnant, toujours : « Wie einst Lili Marleen. »

C’est alors que je me suis rappelé d’où je connaissais si bien Lili Marleen. Cette bande dessinée m’est revenu en tête, « La mort douce » de Sokal dans la série des enquêtes de l’inspecteur Conarado. « Wie einst Lili Marleen. » rythme la mort (c’est français ?) dans cet album noir, que j’ai lu des dizaines de fois, il y a probablement plus de 15 ans. Je ne sais plus où est cet album. Il a été pendant des années dans ma chambre, à Loudéac, mais je crois qu’il n’y est plus.

Peut-être une des plus belles bandes dessinées que j’ai jamais lues (moi qui suis resté assez traditionnaliste, genre Tintin et Astérix).

« Wie einst Lili Marleen. » Quand je suis sorti de mon espèce de torpeur, à regarder les affiches publicitaires, les gens pressés, comme si j'étais plongé dans l'univers de cette bande dessinée, … j’étais tout seul sur le quai. Je me suis décidé à bouger. Pendant les trois ou quatre minutes de marche, jusqu’au boulot, j’ai fredonné « Wie einst Lili Marleen. »

Et là, alors que j'ai terminé une partie de mon boulot, « Wie einst Lili Marleen. » me revient en tête. Etrange, non ?

C’est un peu noir…

8 commentaires:

  1. Je gamberge ...
    et t'imagine avec des bas résille noirs, de longs gants, un fume-cigarette, juché sur un tabouret de bar et cette voix rauque ...
    Bon, c'est pas tout ça, j'ai les patates à éplucher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais mignon, hein ! Et tu as raison de souligner cette voix rauque : même en fredonnant dans sa tête, on tente de l'imiter.

      Supprimer
  2. Eh bé ... t'étais sur ton nuage !
    J'adore les BD¨,ça me fait rire ou rêver comme une malade. Les gens qui les dessinent sont pour moi des êtres supérieurs : d'un trait de crayon et en trois mots, ils t'ouvrent tous les horizons... La classe !

    RépondreSupprimer
  3. J'avais presque oublié mais tout m'est revenu en mémoire en écoutant cet accordéon.

    RépondreSupprimer
  4. Plains toi: j'ai été hanté toute la journée par une chanson de Dorothée...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !