11 mars 2013

Le gros de la Comète

Hier, dimanche, je suis sorti vers 12h20 pour aller prendre un café à la Comète. J'étais le seul client au comptoir. Le gros Djibril était affalé dans un fauteuil en train de téléphoner. A 12h30, je suis passé à Amandine pour voir si les copains étaient là. Personne. Je suis arrivé à l'Aéro. Il y avait 3 clients au comptoir dont le gros Gilles. Le vieux Jacques venait de partir.

En janvier, j’avais fait un billet sur le prix du demi. Un patron de bistro inconnu mais sympathique a laissé un petit commentaire, hier,  pour me féliciter et je l'ai remercié. Pour rigoler je lui ai fait une remarque du genre : alors, tu ne travailles pas le dimanche ? Il m'a répondu qu'il était au boulot mais n'avait aucun client donc glandait sur le web. 

Je suis retourné à la Comète, donc. Il y avait deux personnes au comptoir dont une qui puait, d'ailleurs. Il a fallu que je me déplace. C’est toujours ainsi, le dimanche. Ce sont les mecs qui travaillent sur le marché. Les pires sont évidemment les poissonniers mais les autres sont pas mal, non plus. Je vous conseille de vous mettre le plus loin possible de la porte de la cuisine : les hottes aspirent les mauvaises odeurs. Si vous vous mettez entre les « pueurs » et les hottes, c’est l’enfer.

Toujours est-il que je ne connaissais personne.

C’est alors que le gros type de la photo ratée est arrivé. A moitié neuneu. Comme je papotais avec le serveur, il rigolait beaucoup. Quand il a vu que je mangeais au comptoir, il a commencé à commander des assiettes de frites. Il bouffait ça par poignées...

Il a sauvé mon repas.

2 commentaires:

  1. Il a l'air bien fatigué ce monsieur ! ;o)
    bises à toi Nico et bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est un peu spécial...

      Bonne journée !

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !