30 mai 2015

Soirée "exceptionnelle"

Planton le décor. À la Comète, hier soir, j'ai payé par carte comme très souvent. Ce matin, à Montparnasse, j'ai utilisé ma carte pour retirer mon billet de train que j'avais payé avec elle hier soir grâce à l'excellente application iPhone de la SNCF vu que je me suis décidé sur le tard à venir en Bretagne. Ce soir, au 1880, je voulais payer avec. 

Ce soir, il y avait la dernière soirée de la patronne à la Comète. Néanmoins, je l'avais prévenue il y a une semaine que je ne pourrai pas être présent. Je n'avais pas pu venir à Loudéac le week-end précédent contrairement à mes plans. Néanmoins, j'ai eu une semaine très chargée. Hier, je n'ai pas trouvé une minute pour réserver mon billet de train et j'avais des complexes à prendre une journée de congés alors que la semaine était déjà courte (lundi férié). Surtout, à 18h30, j'étais trop "à l'ouest" et fatigué pour réserver mon billet de train. J'annule mon retour. Cela étant, après, outre la fin de journée de travail, une pause au Tourbillon, et cinquante minutes de métro, j'étais à nouveau en forme. Les copains étaient là. Tout allait bien. Quelques minutes après mon arrivée, l'un d'eux me demande quand je pars. Je dis que je ne pars plus. Un autre me dit : mais c'est la fête des mères. C'est alors que j'ai réalisé que les raisons qui ont fait que je ne voulais plus rentrer ne tenaient plus. Les collègues se débrouilleraient bien sans moi aujourd'hui (enfin, hier, mais jeudi c'était demain) et je n'étais plus HS. C'est ainsi que j'ai réservé mon train avec l'application hier. 

Ce matin, enfin hier, bref, j'arrive à la gare, fier d'avoir un billet électronique pour la première fois. Je pourrais présenter mon iPhone au contrôleur comme les autres branleurs pour qu'il puisse vérifier que j'ai bien réserve. Je consulte le machin pour connaître ma place et il me dit "retrait à la borne" (après mon burne out de la veille). D'où l'utilisation de la carte. 

Toujours est-il que toute cette soirée, j'ai pensé aux copains qui faisaient la fête à la Comète...

J'arrive au 1880 vers 17h. J'envoie un SMS à mon pote Gilles. Il arrive 20 minutes après. Je ne le vois pas plongé dans mon iPhone. Il s'installe à côté de moi, fais semblant de se plonger dans son smartphone et me dit bonjour ! Je lève les yeux, le salue, et constate son appareil meme si je ne sais pas trop si le verbe "constater" est le plus approprié. 

Il n'en avait jamais eu. Il n'avait d'ailleurs jamais d'accès internet eu à lui. Il était venu pour que je l'aide à le mettre en route (généralement, c'est le samedi qu'on se voit). C'est chiant, en fait. Je ferai un billet pour détailler la complexité (rien que pour trouver comment mettre le code de la Wifi, j'ai passé 20 minutes). La première étape fut de lui ouvrir un compte de messagerie ! Son premier à 48 ans. Dans la foulée, après avoir fait quelques réglages, je lui ai ouvert un compte Facebook. Pour le fun. Nous nous sommes quittés vers 19h15, je suis revenu vers 20h30 et il est arrivé vers 22 heures. Je lui ai bien montré comment utiliser quelques trucs. J'ai même fini par lui ouvrir un compte Twitter !

Il avait déjà utilisé internet au boulot mais, pour la première fois, avait une messagerie à lui, un compte Facebook et un compte Twitter. Je ne sais pas si c'est déjà arrivé dans l'histoire d'Internet, le tout en 5h30. 

La fermeture arrive. C'est la première fois que je passais plus de temps dans le smartphone et les réseaux sociaux d'un autre que dans les miens. 

Il faut payer. Ma carte bancaire n'était pas où elle aurait du être. Je vide mes poches : rien. J'enlève la veste pour tâter la doublure. Rien. Je ne vois qu'une solution : je l'ai laissée tomber quand j'ai voulu la ramasser après avoir pris mon billet de train. En effet, si elle avait été volée par un pickpocket ou si elle était tomber après, je ne voyais pas pourquoi la mésaventure ne serait pas arrivée à mes autres cartes, rangées avec (celles utilisées au quotidien, pour le métro, le bureau,...).  Je me prépare à faire opposition puis me rappelle qu'il n'y a plus urgence. Je l'avais vraisemblablement perdue 13h30 auparavant. Je vais donc prendre le temps de rentrer à la maison. 

Évidemment, pendant le temps de trajet, un tas d'idée noire tournent dans le crâne. Comment faire sans moyens de paiement ? A chaque fois que j'ai eu un problème, les patrons de la Comète m'ont dépanné mais la patronne quittait le job. Comment taxer des copains pendant la période nécessaire au renouvellement ? Comment serais-je venu chercher une nouvelle carte à Loudéac si je n'ai pas les moyens de payer le train ? Si les types ayant trouvé ma carte l'avaient utilisée pour faire des achats sur internet, serai-je remboursé, faudra-t-il que passe porter plainte ? Comment le faire un samedi avant la fermeture de mon agence ?

Arrivé à la maison (après avoir rapidement fouillé la voiture, que j'avais utilisée en début de soirée), je rentre dans ma chambre, sors l'iPhone pour appeler. Je prends le temps d'enlever ma veste et de la poser sur la chaise où je mets ma veste, mon blouson, depuis 35 ans, la chaise qui ne me sert qu'à çà depuis que j'ai fini mes études. 

Et je vois ma carte dessous. 

Pourquoi elle et pas les autres ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !