06 septembre 2008

Le pâté de Ramdane

Tout ce que je raconte dans ce blog est à peu près vrai (je dois avouer que je brode un peu). Regardez l’illustration de ce billet : je fréquente des huiles, même si ça fait tâche, c’est la preuve que je suis sérieux. D’ailleurs Catherine et Didier Goux peuvent le confirmer : le Vieux Jacques est un personnage bien réel et Tonnegrande est moins fainéant au bistro que sur son blog.

D’ailleurs, alors que nous étions attablés autour d’une tasse de thé en terrasse de la Comète, mercredi soir, tous les cinq, une nouvelle scène s’est produite puisque j’ai reçu un coup de fil de Ramdane. Je me suis donc levé de la table pour ne pas déranger les convives et j’ai répondu.

C’était Ramdane, donc. Je discute avec lui deux minutes et reviens vers la terrasse pour finir mon thé avant qu’il ne refroidisse. Je dis à Jacques et Tonnegrande (je suppose que Catherine et Didier ne sont pas spécialement préoccupés par les coups de fil que je reçois à l’heure de l’apéro) : « C’était Ramdane ». Tonnegrande : « Ah ! ». En Swahili, langue maternelle de Tonnegrande, « Ah » veut dire « Ah, qu’est-ce qui lui arrive à c’t’andouille ? ».

Catherine et Didier étant là, il fallait que je raconte vite pour ne pas interrompre notre fascinante conversation sur l’art des ferronniers mérovingiens pour réaliser des petites cuillères à double bout : un pour manger la glace et l’autre pour touiller le café. Oui ! Nous sommes des gens cultivés. Au bistro, on ne parle pas de cul, de foot, du loto, du tiercé, de la grossesse de Rachida Dati ou de la cuite de la veille.

Pour rigoler, je leur ai raconté l’histoire de Ramdane en activant le mode Partageons mes âneries. Ca donne à peu près ça :

« Ramdane avait prévu d’organiser une soirée entre potes chez lui demain soir [NDLR : jeudi dernier, donc] et avait commandé à Jacky le Boucher un plateau de viande froide et de charcuterie, bien avant les vacances mais ça faisait chier Jacky le Boucher car les fêtes de Ramdane se terminent généralement en engueulades voire en pugilat, les plats ne sont pas mangés et passent à la poubelle. Ca ne serait pas grave si Jacky faisait de la marge mais il prépare les plats pendant ses pauses et ne prend pas de marge pour Ramdane.

« Fin août, Ramdane m’avait demandé quand rentrait Jacky de vacances et je lui avais répondu au hasard : samedi prochain.

« Depuis quelques jours, Ramdane devenait de plus en pressant pour contacter Jacky et passait par moi pour lui parler parce que Jacky ne répondait pas au téléphone ».

J’ai d’ailleurs relaté un épisode sur le blog, l’autre jour, quand Ramdane m’a téléphoné à l’Amandine pour venir le rejoindre à l’Aéro parce qu’il voulait voir Jacky. Je continue :

« Ramdane ne peut pas aller trouver Jacky à l’Amandine car il est fâché avec le patron, Michel, qui ne connaît même pas Ramdane, je présume. Donc Ramdane a un repas demain soir mais le type à qui il a commandé la viande n’ose pas lui avouer qu’il refuse de lui préparer son plat ».

Voilà. J’ignore la suite, je n’ai revu ni Jacky ni Ramdane depuis. Jacky est un peu con mais on ne peut lui ôter une très grande gentillesse. Je suppose qu’il aura préparé le plat.

Je raconte cette histoire ici car je l’avais promis à Audine et Gertrude en commentaire à un billet. Elle n’a strictement aucun intérêt.

Mais Catherine et Didier sont témoins de ce récit et comme il est impossible d’inventer un tel pataquès à la vitesse où je l’ai raconté l’autre jour, ça « prouve » que c’est vrai.

Je ne mens jamais dans ce blog. Sauf quand je dis que je bois du thé en terrasse ! Mais je sais que les lecteurs auront rectifié d’eux-mêmes…

10 commentaires:

  1. Comme dirait Shakespeare : Beaucoup de ramdam pour rien, finalement...

    (Smiley !)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très déçue, pour le thé.
    Parce que là, j'avais plein de conseils zavisés.

    RépondreSupprimer
  3. ah ! mais j'ai quand même plein de questions :
    - mais alors, où est Jacky le Boucher ?
    - Ramdane est il dans la même faille spatio temporelle que le Vieux Jacques en train de manger sa viande pendant que le Vieux Jacques boit ?
    - et surtout : comment tu supportes de ne pas savoir pourquoi Ramdane est fâché avec Michel alors même que Michel ne connait pas Ramdane ? Y a anguille sous roche !

    RépondreSupprimer
  4. @ Nicolas
    "Mais Catherine et Didier sont témoin de ce récit et comme il est impossible d’inventer un tel pataquès à la vitesse où je l’ai raconté l’autre jour, ça « prouve » que c’est vrai."

    A mon avis, tu as écris ce billet aussi vite que tu as narré l'anecdote à catherine et Didier.

    @Didier
    Vous qui me reprenez à chaque faute de grammaire... Je vous trouve bien indulgent sur le coup!

    RépondreSupprimer
  5. Audine,

    Je sais pourquoi ils sont fâchés mais l'histoire est trop vieille pour mériter une billet !

    Olivier,

    Ca arrive !

    RépondreSupprimer
  6. Super, merci;
    maintenant reste à savoir si Jacky a effectivement préparé le plat et quel a été le sort de ces tranches de lard; car j'attends le récit du pugilat à la charcutaille (c'est vrai que le thé ça ne va pas trop avec...)
    Par contre je n'ai pas trop capté la relation exacte entre Ramdane et le patron Michel; il faut que tu développe...
    C'est un suspens insoutenable!

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui sûr en tout cas,
    et ce faisant je tiens moi aussi à rassurer tes lecteurs,
    la base du produit se prête à la culture,
    mais c'était pas du thé.

    RépondreSupprimer
  8. Audine,

    Pour le thé, désolé, mais je n'aima pas ça (j'en bois un ou deux par ans quand un vague mal de gorge pointe, à l'automne).

    Gertrude,

    J'ai détaillé. On verra pour le plat lundi ou mardi.

    Tonnegrande,

    Ce qui importe c'est l'aspect biologique de la boisson.

    RépondreSupprimer
  9. Quelle histoire ! Moi, j'ai pas trop écouté, je pensais que c'était privé toutes ces histoires de viandes froides !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !