09 mars 2011

Je n'écoute plus la radio...

Le cerveau de l’homme est bêtement fait. Moi qui ne regarde quasiment la télé, au réveil, ce matin, j’étais perturbé par l’idée d’avoir à refaire les réglages de mon téléviseur suite au passage au « tout numérique » en Ile de France… Du coup, avant même de raconter des conneries dans mes blogs et ceux des copains, je me suis retrouvé perplexe devant ma télécommande retrouvée miraculeusement dans la poussière à appuyer sur des boutons en espérant trouver la bonne option, ce qui m’a pris au moins cinq minutes.

Je ne sais pas si cet événement d’ampleur assez réduite (personne ne regarde jamais la télévision, chez moi, à part de potentiels colocataires étrangers sans papiers pour emballer les fans) a inspiré Littelcelt mais il se souvient de la douce époque où la télé est censée tuer la radio et en profite pour nous décrire ce qu’il fait, aujourd’hui, de son poste.

C’est alors que je me suis rendu compte que je n’écoutais plus du tout ou presque la radio depuis peu et je ne vois pas pourquoi je n’en ferais pas un billet, bordel.

Tout à commencer avec ce Kremlin des Blogs d’août 2009. J’hébergeais alors le colocataire en question, sans tendre fiancée et un couple de jeunes blogueurs : Gaël et Louis (dont le blog a déménagé, d’ailleurs). Mon appartement était donc dans le plus grand bordel puisqu’il avait fallu que je loge quatre personnes dans mon séjour de 19 m2.

Comme il se doit, le lendemain et le surlendemain, j’avais trop la tête dans le cul pour remettre de l’ordre dans les meubles dispersés, le canapé lit ouvert, le petit lit pliant étalé, … Grosse flemme explicable uniquement par des abus abusifs. Néanmoins, il me fallait bien accéder à mon PC. Je l’ai posé sur le seul bout de la table accessible près d’une prise de courant, celle de ma petite chaine Hifi, la seule équipée d’un tuner.

C’est ainsi que j’ai débranché la radio dans mon séjour. Par la suite, j’ai fait le ménage, rangé le lit d’appoint, plié le canapé, mais laissé la table dans cette position incongrue qui ne satisferait pas une famille nombreuse mais convient particulièrement bien au célibataire que je suis : je n’ai que deux mètres à faire pour atteindre les toilettes, le frigo et la cafetière.

Pendant l’année qui suivit, j’ai aussi arrêté d’écouter la radio en voiture. Passant une bonne partie de mes loisirs dans les blogs politiques, je me suis rendu compte que les trajets en voiture étaient le seul moment qu’il me restait pour faire vagabonder mon esprit (il est peu recommandé d’utiliser l’iPhone en roulant).

Enfin, il y a une quinzaine de jours, j’ai arrêté mon radio réveil (audible de tout l’appartement, palliant ainsi le manque provoqué par le fait d’avoir débranché le tuner du séjour) pour me permettre de dormir au maximum (ben oui, les antibios et tout ça) quitte à prendre le risque d’arriver en retard au boulot (ce qui ne m’est arrivé qu’une fois en 23 ans).

Je n’écoute plus la radio.

15 commentaires:

  1. Moi non plus !
    Mais pas pour la même raison, bien que mon chez moi soit un minimum rangé, il est Belgique et après France Inter, France Info et France Culture, j'ai du mal à trouver aussi intéressant !
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ben, moi, je l'écoute davantage qu'avant… Et je n'arrive pas à supporter les infos de la télé, même pour faire du bruit. J'aime bien la succession des journaux et éditos du matin, à partir de 5h30 environ, mais au début je ne sais pas de quoi ils parlent, il faut atterrir.

    RépondreSupprimer
  3. Poireau,

    Je comprends...

    Le Coucou,

    Je suis un matinal ! Mais j'aime (j'aimais ?) bien aussi écouter d'une oreille distraite les flashs et infos du matin.

    RépondreSupprimer
  4. Oui j'avoue que de plus, alors que je suis plus réseaux sociaux que radio, me faire polluer twitter par des gens qui livetwittent (je parle pas de deux trois réflexion mais de 10/20 twitts sur chaque émission chaque matin) chaque minute me gave.

    On dirait d'ailleurs que France Inter est la prière du matin du gaucho version pénible.

    RépondreSupprimer
  5. @mr poireau avec le web, tu n'as normalement plus de privation au niveau radio.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne voudrais pas être désagréable, mais opposer la bouillie sans nom des réseaux sociaux et la radio, c'est un peu osé !

    RépondreSupprimer
  7. Romain,

    Pareil ! Les livetwits d'émission de radio me gavent de plus en plus d'autant que nos gauchistes préférés cherchent la petite bête et oublient complètement le message qui sera passé pour l'auditeur lambda. D'ailleurs, ils n'écoutent même pas le type qui cause.

    Alors pour voir, j'ai récemment esssayer de livetwiter une émission, comme ça : de fait (et alors que je suis un virtuose du clavier), c'est strictement impossible de capter ce qui se dit dans le poste ne cherchant une phrase à sortir, en la tapant, en cherchant la connerie ou le hashtag qui va bien, tout en répondant aux twits qui te sont adressés dans l'intervalle...

    Ca en devient grotesque. Mais j'ai remarqué que de nombreux twittos sont complètement déconnectés de la réalité tout en le niant complètement, ils sont persuadés de détenir une vérité justement parce qu'ils passent leur temps dans des machins "d'analyse politique"...

    Pour aller plus loin, on peut constater que la plupart des blogueurs qui marchent bien ne sont pas des fous de twitter (ou alors sont des clowns comme moi qui séparons bien la déconnade de l'analyse politique).

    RépondreSupprimer
  8. Le Coucou,

    (je pense que Romain ne s'abonne pas aux coms alors je me permets de répondre à sa place).

    En fait, Romain dit la même chose que toi. On peut faire des conneries dans les réseaux sociaux et écouter la radio mais pas le faire en même temps !

    Par contre, la bouillie des réseaux sociaux est générée par des gens qui pensent le contraire...

    RépondreSupprimer
  9. *** Je viens te remercier pour tes mots d'amitié chez moi Nico. C'est gentil et ça me touche. Gros bisous ***

    RépondreSupprimer
  10. Moi non plus: je suis déjà has been côté musique et la dernière fois que j'ai écouté la radio en voiture, c'était pour aller chercher un roti d'autruche à l'autre bout du département. France info en boucle, c'est UNE seule info inédite toutes les 3 heures...

    RépondreSupprimer
  11. Bah ! J'aime bien France Info...

    RépondreSupprimer
  12. Romain : oui, je récupère les radios de Radio France sur l'ordi mais mon bureau est dans le grenier et, par exemple pour le petit déjeuner, je n'ai accès qu'à des radios d'ici !
    :-)

    RépondreSupprimer
  13. Je lisais récemment que le temps passé devant la TV par les Français avait encore augmenté, passant de 3h24 à 3h32, par personne et par jour !
    Sachant que nous sommes tout de même quelques-uns à avoir rangé définitivement notre télécommande, on se dit que certains de nos congénères y passent beaucoup, beaucoup de temps...
    Quant à la radio, j'apprécie les rares jours de grève du service public durant lesquels je glâne l'info sur Europe 1 ou RTL. Cela me permet d'observer la qualité de France Inter ou france Info, que j'écoute en voiture (2 heures par jour).

    RépondreSupprimer
  14. Philippe,

    Oui, il y a des gens qui passent 5 ou 6 heures par jour devant la télé (ou avec la télé allumée, par exemple de 7h à 8h puis de 19h à 23h). Mais il faut relativiser dans tous les sens. Par exemple, des gens me traitent de fou quand ils voient que je passe 3 à 6 heures par jour devant les blogs...

    Alors je les fais relativiser par cette histoire de temps passé devant la télé mais, a contrario, je n'ai aucune raison de prendre pour un fou un type qui passe 3 à 6 heures par jour devant la télé.

    Pour ce qui concerne E1 et RTL, je connais assez peu E1 mais un peu RTL (je n'ai aucun a priori, c'est le hasard lié à mes horaires) : j'aime bien aussi, ça change...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !