24 mars 2011

Seule la première gorgée de bière est importante

Mon récent billet à propos de la bière ayant mal été compris par un sympathique commentateur (que j’ai commencé par insulter, comme il se doit, vu que son pseudo était « spam »), je vais recommencer. Pour les ivrognes habituels qui fréquentent ce blog, tels Hern, Laurent, Homer, Melclalex, Gildan, Seb et Thierry. D’autant que l’important, dans la bière, c’est plutôt la quantité. [penser à insérer des liens de complaisance]

J’aime surtout cette bière au comptoir, celle de mes habitudes. J’aime ce verre qu’on me sert froid, sur le comptoir, plein de buée. J’aime le prendre dans ma main, savourer la première gorgée (comme dirait l’autre), puis m’enfiler une belle rasade pour épancher ma soif. J’aime la mousse qui descend lentement.

Alors je n’aime pas un type qui va commander une bière spéciale en crachant sur la bière ordinaire, celle bue par les gens comme moi, parce qu’ils ont décrété qu’elle était nécessairement mauvaise alors que tout ce qui fait son intérêt est sa fraicheur et cette sensation quand on la boit et qu’eux-mêmes ne sauraient pas faire la différence si cette bière ordinaire est servi dans un verre « à spéciale » parce qu’elle sera très fraiche, donc avec le goût cassé. Ils n’ont jamais bu de bière ordinaire. Ils commenceront à en boire plus tard, dans la soirée, parce que le fut de spéciale est vide et que le patron a la flemme de descendre en changer. Ils ne verront pas la différence. Ils ne sauront pas qu’ils ont changé de boisson.

C’est un peu comme un amateur de grand cru de Bordeaux critiquera un type qui aura choisi un petit Côtes-du-rhône frais pour accompagner un barbecue un plein été, sans même se rendre compte que le petit Côtes-du-rhône frais est bien plus adapté pour ce genre de repas.

Il est dix-huit heures trente, je vais rentrer à la Comète, prendre des nouvelles et boire quelques Vittel menthe, puis, vers 20 heures, débarquer à l’Amandine où le patron me servira un de ces demis bien frais où, assis dans mon moment parfait, je regarderai le monde tourner.

Ce qui ne m’empêchera pas, à l’occasion d’un de mes déplacements professionnels, d’aller dans un de ces bars à bières où des dizaines de gogos étaleront une culture absente parce qu’ils avaient une réunion qui finissaient tard et l’autorisation de bobonne d’aller boire un coup avec les collègues à condition de ne pas ronfler cette nuit.

Et dans un coin du bar, près de moi, où j’aurai déniché une place, quelques vrais connaisseurs regarderont de travers cette meute de jeunes cakes qui viennent mettre du bruit dans leur ambiance.

Après les quelques premières gorgées, les demis s’aligneront et les conversations s’échaufferont et plus personne ne s’intéressera au goût de la bière.

Seule la première gorgée est importante.

Et moi, qui sera repassé à la bière ordinaire, après la spéciale que j’aurais savourée, je les regarderai. Ma bière ordinaire est légère (pas seulement en alcool).

Le lendemain, ils auront oublié ce qu’ils ont bu. En rentrant, ils se seront couchés sur le canapé, pour ne pas déranger. Au matin, Bobonne fera exprès d’ouvrir les volets du séjour pour le réveiller, le regardera d’un air goguenard mais sortira tout de même un mot gentil « alors mon chéri, tu as passé une bonne soirée ? »

Ils auront le souvenir de la rigolade avec les copains. Peut-être se rappelleront-ils d’un gros frisé à cravate qui jouait avec son iPhone, tout seul, dans le coin des habitués.

Ils se souviendront de la première gorgée, celle qu’on savoure le plus, peut-être tout simplement parce qu’elle permet d’inaugurer cette soirée. Qui sera bonne. Qui a été bonne. C’est normal.

Une soirée au bistro avec des copains est toujours bonne.

(photo)

16 commentaires:

  1. Oh merde, tu ne fréquentes que des poivrots. C'est con ça;-)

    RépondreSupprimer
  2. Jolie expression (même si sans doute involontaire) : épancher ma soif.

    RépondreSupprimer
  3. tant que synovie reste étanche :)
    bonne premiere gorgée mon camarade

    RépondreSupprimer
  4. Oh ! C'est la chaleur du printemps ou quoi !!!
    Tout le monde parle de bière !
    :)

    RépondreSupprimer
  5. Ah non c'est un pur hasard Gildan, la photo c'est un ami anglais qui vient de me l'envoyer.

    RépondreSupprimer
  6. tu fais dans le Philippe Delerm avec ton titre ;)

    RépondreSupprimer
  7. J'abonde, à fond.
    Leurs foutues bières à la mord moi'l'noeud m'ont toujours paru douteuses, chiantes, chères, sans saveur particulière, généralement écoeurantes, bref, à éviter.
    Vive la bière de base, du moins qu'elle soit un peu fraiche quand il fait chaud.

    RépondreSupprimer
  8. Moi j'aime les deux. Le bar à biére où l'on sert des triples carmelites et le demi pression frais au comptoir.

    RépondreSupprimer
  9. "en crachant sur la bière ordinaire.."

    Une bière n'est jamais ordinaire.

    Par chez nous il y a la pression du Pays Toy, c'est chez moi... et la pression de la vallée de Campan, c'est chez mon frère. (il a un petit bar sympa)Entre les deux il y a le col du Tourmalet.

    Quand le mari de ma petite soeur monte en pays Toy il m'assure que ma pression est bien meilleure que celle de mon frère.. Je lui offre les deux tournées suivantes, mais je m'assure qu'il téléphone à mon frangin pour lui dire que la "bière ordinaire" du pays toy est assurément meilleure que celle de la vallée de Campan.

    Je suis parfois réveillé par un coup de téléphone tardif, du même beau frère, qui m'assure que c'est l'inverse.

    Comme tu dis "les conversations s’échaufferont et ... on ne parle plus QUE du goût de la bière."

    RépondreSupprimer
  10. Tout a fait d'accord !!! Je descend en mai (scoop!)

    RépondreSupprimer
  11. *** Hello Nico! Je te souhaite une bonne fin de semaine et je t'envoie de GROS BISOUS ! ***

    RépondreSupprimer
  12. Joli billet.

    J'aime toutes les bières.

    RépondreSupprimer
  13. A cette heure là, je prendrais bien une bonne ambrée bien fraiche.

    RépondreSupprimer
  14. Putain, j'ai répondu à personne. Heureusement que El Camino est là !

    Yann,

    Normal, je suis du 22.

    Didier,

    Oui, idiot lapsus. Tiens ! Je le laisse.

    Fidel,

    Merci...

    Gildan,

    C'est normal qu'on en parle. Il n'y a aucun sujet plus important.

    Vlad,

    Tu as des amis anglais ? Mon pauvre...

    Matfanus,

    Ben oui. C'est à peu près le seul intérêt de son bouquin, comme mon blog...

    MHPA,

    Non, il y a de très bonnes bières, mais beaucoup, effectivement, que j'aurais du mal à qualifier de bière.

    Tiens ! Les machins à la cerise, par exemple...

    Romain,

    A partir du moment où on te sert "des" bières, c'est que tu es plus intéressé par la quantité....

    Lg,

    Bah ! C'est le nom qu'elle porte !

    Je n'aime pas trop ces combats entre gens qui produisent des machins équivalents...

    Homer,

    Ah !

    Nancy,

    Merci, pareil !

    FalconHill,

    Pas moi...

    El Camino,

    Tiens, oui.

    RépondreSupprimer
  15. On a pris cette photo à Mons en Belgique tellement content de savourer nos jup' tout en pétunant sur nos mégots...Sympa l'esprit du site, j'ai fait un lien depuis notre fb , à+ arnold

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !