15 décembre 2010

Mezzés pas finis

Mon Dieu ! J’ai oublié de vous raconter la soirée d’hier (j’en ai pourtant fait la conclusion). Un collègue de travail que je n’ai pas vu depuis 20 ans m’a retrouvé, la semaine dernière, avec Copains d’Avant et a proposé que nous dinions ensemble ce qui s’est déroulé hier, dans un restaurant Libanais près du boulot. Il est venu avec un autre collègue de l’époque, avec qui il est resté en relation.

Dans nos premiers échanges, j’avais indiqué que j’aurais préféré qu’on se retrouve autour d’une modeste bière : je pensais qu’on n’aurait rien à se dire. Effectivement, sur 2h10 de discussion, la dernière demi-heure de discussion m’a lessivé même si j’étais bien content d’évoquer ce qu’ils qualifient « le bon temps ».

Je ne vais pas faire l’apologie de la cuisine Libanaise. En principe, j’aime bien ça. Le vieux Joël a passé son enfance au Liban et son épouse nous prépare « souvent » des plats. Hier, comme par hasard, je n’aimais pas. En outre, les serveurs sont très longs en fin de repas. Moi qui n’aime pas trainer à table après avoir mangé, j’étais furieux. Quand j’ai dit très long, je n’abuse pas : au bout d’une heure, il a fallu que nous fassions un ultimatum. J’étais surpris qu’ils nous offrent le dessert en partant : c’est en regardant la note que j’ai compris (120 euros pour trois plats – 13 mezzés – et une bouteille de rouge).

La salle était trop petite, nous étions tassés comme des sardines. Parmi les convives, il y avait l’auteur du livre Podium d’après un des deux lascars. Je n’y crois pas.

J’ai refusé le dessert et on ne nous a pas proposé de digestif. On est partis, tous les trois par le même métro. Je suis arrivé à la Comète alors que la terrasse était déjà rentrée.

Joie ! Des clients étaient encore attablés et le Gros Loïc et le Vieux Joël attendaient au comptoir.

Le Gros Loïc avait visiblement de l’avance sur la cuite ; il parlait beaucoup.

6 commentaires:

  1. tu n'aimais pas à cause de la compagnie ou ce n'était vraiment pas bon ?

    RépondreSupprimer
  2. C'était pas bon, chiant à bouffer, il y en avait trop, etc...

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui forcement ça ne donne pas envie !

    RépondreSupprimer
  4. je vais te tirer les oreilles, j'en avais plein des illustrations à te refiler...
    par contre rassure moi, vous avez mangé dans des plats en or, ou bien ?

    RépondreSupprimer
  5. Heureusement que la bonne conversation et les souvenirs heureux compensaient "la cuisine quelconque"...
    Un peu long effectivement... pour un déjeûner en semaine...

    RépondreSupprimer
  6. Ju,

    Google Image aussi.

    Non, pas des plats en or.

    Jeffanne,

    Un dîner !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !