21 juin 2011

Carrières fulgurantes

Alors que les blogs (enfin, pas tous…) ont rendu hommage à Coluche, ce week-end, c’est un tweet de Sarkofrance qui m’a émoustillé, hier : Coluche est mort à 41 ans (l’âge de Sarkofrance et quatre ans de moins que moi).

On m’aurait posé la question, je ne sais pas ce que j’aurai répondu. Coluche étant né 22 ans avec moi, de son vivant, je le prenais déjà pour un vieux. Rassurez-vous, je ne vais pas faire maintenant un énième hommage, je suis juste aujourd’hui frappé par la « fulgurance » de sa carrière.

Il a commencé sa carrière dans la fin des années 60 mais a commencé à être connu vers 1973 ou 1974.

Six ans après, il y a eu l’épisode de sa candidature à l’Elysée.

Deux ans après, il y a eu sa période d’acteur comique, avec deux films que je considère aussi comme culte (pour des raisons différentes, mais, au fond revenant au même : l’âge que j’avais à l’époque, moins de 18 ans) : Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ et Bonzaï (puis La vengeance du serpent à plume qui m’avait déçu à l’époque).

Ensuite (presque pendant), il a eu la consécration avec Tchao Pantin (que je n’avais pas aimé à l’époque, c’est un peu comme si on m’avait volé mon acteur comique préféré).

Après, il y a eu une période plus politisée avec SOS Racisme et tout ça, le mariage avec Le Luron, … Coluche, le nouvel agitateur politique…

Avec recul, je n’en garde pas spécialement un bon souvenir (je pourrais m’épancher longuement, mais la gauche a commencé à regarder la politique par le mauvais côté, s’occupant plus de la veuve et de l’orphelin que du type qui bosse et doit payer ses factures. Observez donc le résultat de la Présidentielle de 1988).

Paradoxalement, j’ai un très bon souvenir de l’émission que Coluche animait, sur Europe 1. Peut-être parce que j’avais 20 ans et qu’il avait un humour décapant. Peut-être parce qu’on retrouvait un Coluche drôle, …

Ainsi, en voyant le tweet de Sarkofrance, je n’ai pu que constater que Coluche est mort très jeune mais a accompli beaucoup de choses en très peu de temps, environ 12 ans de célébrité. C’est très peu.

Thierry Le Luron est mort la même année. Je ne l’aimais pas spécialement, mais ça me stupéfie de constater qu’il est mort encore plus jeune, 34 ans, ça m’était totalement sorti de la tête, pour la même raison que pour Coluche : pour moi, à l’époque, il était vieux.

L’autre grand mort de l’époque (un peu plus tard quand même), Pierre Desproges, était beaucoup plus vieux. 49 ans. Ca lui apprendra.

5 commentaires:

  1. Coluche, plutot de gauche
    Le Luron, plutot a droite
    mais serieux, je crois que dans le genre on n a pas fait mieux depuis !

    Coluche, un accident à la con de moto,
    Le Luron, un sida a la con

    RIP comme dirait l'autre

    RépondreSupprimer
  2. Je ne voulais pas comparer les deux, je m'en fous. Ils sont juste morts la même année !(et merci pour ton com, ça ne se bouscule pas)

    RépondreSupprimer
  3. Ca reste flou tout ça pour moi, sais pas trop ce que j'aimais. Coluche bien évidemment, mais trop synonyme de ronflement familial et d'une prépondérance télévisuelle au milieu de nos vies et du salon, avec le temps, j'extirperais peut-être Desproges du lot.
    Celui dont il faudrait encore creuser les textes, et les redécouvrir.
    Coluche a sensiblement fait les frais d'une exposition médiatique particulièrement gonflante, depuis.

    RépondreSupprimer
  4. C'est amusant, j'ai vu hier le film "Coluche" de Decaunes qui m'a aussi replongé dans l'époque. C'était un sale con quand tu regardes, avec un comportement de capricieux mais le tout sauvé par un cœur et une sincérité énorme. Un parcours sans calcul, c'est beau !
    :-)

    [On s'est pris aussi la mort de Balavoine dans les dents dans cette même période. Une série de sifflets de l'arbitre en très peu d'années. Ça marque ! :-| ]

    RépondreSupprimer
  5. MHPA,

    Il n'est jamais trop tard pour répondre aux commentaires... Je pense qu'on ne peut pas comparer Coluche et Desproges. Je relis souvent (une fois tous les deux ans, peut-être) certains des textes de Desproges (sauf Des femmes qui tombent, son seul roman, je crois, je n'ai jamais accroché). Lire du Coluche n'a aucun intérêt !

    Poireau,

    Oui, il avait plein de facettes.

    A cette époque, je n'aimais pas Balavoine, le jour de sa mort j'ai repris des nouilles.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !