22 novembre 2011

Marcel Le Fiacre est aux Antilles. Chut !

On a retrouvé Marcel Le Fiacre qu’on n’avait pas vu depuis quelques temps. Il est en vacances aux Antilles. Il l’avait dit au vieux Jacques à condition que celui-ci ne le répète pas. Le vieux l’a dit à Patrice à condition que celui-ci ne le répète pas. Patrice me l’a dit à condition que je ne répète pas.

De fait, je ne l’ai répété à personne, d’autant que je n’ai pas vu Tonnégrande depuis samedi. Il est parti en déplacement pour le travail en province, dans une région viticole.

Marcel Le Fiacre ne nous avait jamais fait ce coup-là. Partir en vacances en cachette ! Comme si on allait être jaloux ou comme s’il ne voulait pas qu’on voit qu’il ait le temps et les moyens de le faire.

Surtout que depuis que je le connais, il s’offre au moins deux voyages ainsi. Même que à chaque fois, quand il revient, je lui demande « Ah, c’était bien alors, mais il n’y avait pas trop d’étrangers ? ». Ces réponses varient. Souvent c’est « Si mais on ne peut rien dire, on est chez eux. ». La dernière fois, c’était « Heu… T’en a pas marre de me la faire à chaque fois ? »

C’est peut-être pour éviter ces conneries qu’il a décidé de partir en cachette. Le problème est qu’il est obligé de le dire au vieux Jacques qui est chargé de s’occuper des chats…

4 commentaires:

  1. Il faudrait peut-être songer à un nouveau cocktail Rhum-Pastis, non ?

    RépondreSupprimer
  2. je vais te dire ,en ce moment je ferais bien comme lui, mon chat se débrouillera , personne n'en saura donc rien ^^ vu que je suis pas sur foursquare

    RépondreSupprimer
  3. Finalement Marcel est revenu samedi. Ton billet est toujours valable puisque personne ne sait qu'il est parti.

    RépondreSupprimer
  4. Patrice,

    Ouf.

    Petit Louis,

    Je n'utilise ce machin que pour mes activités sans intérêt.

    Mike,

    Oui, tiens !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !