26 novembre 2011

Le clochard qui dormait dans le métro

Quand je suis rentré dans ma rame de métro, hier, il y avait ce type, une espèce de clochard ivre qui dormait. Il y avait du liquide par terre. Visiblement, il avait renversé sa bouteille de blanc mais pendant quelques secondes je me suis demandé s’il n’avait pas pissé. J’ai failli ressortir à cause de l’odeur mais il y avait d’autres gens. En fait, ça ne puait pas du tout.

Je me suis appuyé à la porte du côté opposée au quai et j’ai regardé les gens.

Nous pouvons donc les ranger en deux catégories : ceux qui font la moue et qui repartent et ceux qui, comme moi, rigolent.

Il y a de ces cons.

8 commentaires:

  1. "Ils regardent la rivière et ils disent : quand donc finira toute cette misère".
    Vers d'un petit poème en espagnol que j'ai trouvé écrit au crayon de papier et cousu au dos d'une broderie achetée dans une brocante, représentant des petits personnages brodés en appliqués. J'ai su que ces cadres sortaient clandestinement du Chili sous Pinochet ...

    RépondreSupprimer
  2. Indécents, en plus, ces chômeurs de longue durée, en plus on voit quasiment son cul !
    (je sens que les blagues pourries sur l'alcoolisme des bretons vont encore refleurir).
    (Heu...rassure-moi, c'est pas le vrai, hein ? Sinon tu l'as pas loupé)

    RépondreSupprimer
  3. Pauvre gars. Il devait être vraiment épuisé ou bourré ou les deux pour dormir dans cette position.
    Y'avait pas la catégorie des indifférents?
    A Paris, ça m'étonne.

    RépondreSupprimer
  4. Ouf, j'ai cru que c'était Yann après un #kdb.

    RépondreSupprimer
  5. 2 catégories, mais jamais 2 sans moi : C quoi le -blème ?

    Il 'a pas pissé ?
    Il 'pue pas ?
    Il n'est pas ds le sens de la marche ?

    Il y a de ces comms.

    RépondreSupprimer
  6. chez moi les dormeurs sont souvent allongés par terre, et parfois faut les enjamber...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !