22 décembre 2011

2011 et 11 trucs de ma vie à la Comète

Répondant à côté de la plaque à Pierre, j’ai décrit dans mon blog geek les événements qui avaient marqué ma vie de geek en 2011. Il serait juste que je le fasse sur chaque blog mais je vais me limiter à ici.

Petit 1 : une nouvelle serveuse à la Comète

Ce n’est pas uniquement pour ça que je fréquente cet établissement mais admettez que Simone (notre illustration) a des atouts pour faire venir des clients à la Comète.

J’informe immédiatement Melclalex, El Camino,  Romain, David, Ptit Louis, Pierre, JJU, le Vieux, FalconHill et Vlad (tiens ! Il est où, lui ?) qu’elle est présente les samedis et dimanches midi. Sauf les deux prochains week-ends.

On en a la vue qui se brouille.

A ne pas confondre avec Clémence, imbéciles. Son pseudo de blog sera Simone.

Profitons pour saluer les patrons de la Comète, Nelly et Mathieu, qui, bien que patrons, ont des critères de recrutement qui me vont bien. Je vous rappelle que je suis un blogueur gauchiste à la ferme réputation de macho.

Petit 2 : la mort d’Henri

La photo de gauche est transmise par Melclalex et n’a rien à voir avec la mort d’Henri mais me rend Angela Merkel beaucoup plus sympathique que quand elle nous parle d’économie. L’occasion pour moi de saluer Gildan et Gularu qui auraient partouzé avec la dame dans une autre vie.

Je me demande pourquoi Melclalex m’envoie des photos exactement au moment où j’allais évoquer la mort d’Henri sans rien avoir à dire, juste signaler la transformation de mes relations avec Odette dont au sujet de laquelle nous sommes, avec Tonnégrande et quelques autres abrutis, devenus "des confidents".

Petit 3 : les soirées seul

Probable conséquence de la crise économique, il y a de moins en moins de monde dans les bistros. Le vieux Joël a arrêté de boire. Le vieux Jacques ne passe plus en semaine. Tonnégrande n’a jamais traîné le soir. Djibril a des horaires de travail décalés. Patrice bosse de nuit. Marcel fait la gueule au vieux Jacques.

Tiens ! Il faut que je vous raconte ça. Marcel LeFiacre devait partir en voyages quelques jours. Jacques devait passer pour s’occuper des chats. Mais Marcel a fait une gastro et a téléphoné à Jacques pour lui dire que ce n’était pas la peine de venir pour les chats vu qu’il ne partait pas. Marcel fait la gueule à Jacques parce qu’il ne l’a pas appelé dans les deux jours pour savoir comment il allait…

Toujours est-il que, quand je rentre de l’Amandine, vers 21 heures, je suis souvent tout seul au comptoir depuis septembre.

Et j’aime bien ça. Observer le monde qui ne bouge pas et ma TL de Twitter qui commente les conneries télévisées.

N.B. : je pourrais également signaler les samedis et dimanches midi.

Petit 4 : les geekeries

Conséquence du « petit précédent », la Wifi de la Comète est devenue mon principal interlocuteur. Je passe des heures dans ce bistro avec mon iPhone ou mon iPad, gueulant quand je change de bistro parce qu’il n’y a plus la Wifi.

A l’Amandine, je comprends : Internet ne servirait pas à grand-chose sauf pour la mise à jour annuelle du soft de la caisse enregistreuse. C’est d’ailleurs incroyable : cette mise à jour est obligatoire. J’ai promis à Michel de la faire avec lui mais pour cela, il faudra qu’on vienne profiter du Wifi de la Comète. Ce qui obligerait Michel a nous y payer une tournée, nananère. J’ai rendez-vous le 2 janvier avec lui pour étudier tout ça.

A l’Aéro, j’ai découvert par hasard qu’il y avait la wifi, le patron ne le savait pas. Il reçoit la télévision par Numéricable mais ne savait pas qu’il avait un routeur. C’est un jour en lui piquant un stylo derrière le comptoir, que j’ai vu qu’il avait un boitier avec une antenne. Le code indiqué sous le boitier n’est pas le bon. J’ai demandé au patron de voir ça avec son opérateur mais il ne connaît rien à ces machins et s’en fout complètement.

Au PMU, aucun des deux patrons ne connaît le code alors qu’ils ont mis la Wifi pour les clients. Chacun me dit que l’autre a changé le code et qu’il ne connaît pas le nouveau. Mes horaires font que je ne les vois jamais ensemble pour leur donner des claques.

Au 1880, ça ne fait que deux semaines que j’ai pensé à demander le code de la Wifi, c’était pour l’iPad que voulait voir le patron. J’en ai profité pour le rentrer dans l’iPhone.

Au Pachyderme où j’étais hier soir en compagnie d’influents batavonlines, comme Dedalus, Romain, Mehdi et Cyril, la Wifi merde.

N'oublions pas Twitter qui me permet d'être accompagné quand je suis seul.

Petit 5 : la Comète est magique

C’est souvent la formule que j’emploie pour conclure les billets de compte rendu des Kremlin des Blogs mais elle est vraie. Toutes les soirées qui sortent de l’ordinaire comme les KdB mais aussi les moments plus intimes, comme cette soirée avec Pierre, FalconHill et Hyp, se passent formidablement bien…

Hier soir, au Pachyderme, on ne savait pas où se foutre, le patron gueulait parce qu’on gênait le service, il faisait sombre, les prix étaient abusifs, le service bordélique,… Malgré la sympathie des participants comme Melclalex, Dagrouik et Juan, que je n’ai pas encore cités, je n’avais pas cette impression de bien être que je peux avoir mon bistro fétiche.

Petit 6 : la cuite du samedi soir

Je ne peux pas faire un billet rétrospectif d’une année à la Comète sans penser à une soirée bien trop arrosée. C’était à la fin de l’été, un samedi soir, avec Clémence et Nelly.

Hips. Je ne dirai rien de plus, des enfants nous lisent.

Petit 7 : Foursquare

Pour ceux qui ne connaissent pas, Foursquare est un truc idiot sur l’iPhone où l’on peut indiquer où on est. Au fur et à mesure on gagne des points. Quand on est le visiteur le plus fréquent d’un coin, on devient le « mayor ». Un système de badge permet d’augmenter le nombre de points quand on bat des records (de type : bravo, tu es le mayor de trois bistros). Comment on peut se faire des potes (en les récupérant de Facebook ou en tombant par hasard dessus), on peut se comparer les points. Je tire souvent la bourre avec El Camino, Romain P et Louis, par exemple.

Je ne sais plus si j’étais tout seul ou avec Patrice, mais il y a un dimanche matin où j’ai trainé au Jean-Bart, au PMU, à l’Aéro, à l’Amandine et à la Comète pour « pointer » partout pour repasser devant El Camino. Faut être taré…

Et encore, il y a deux Comète à Bicêtre dans Foursquare (LaComète et A la Comète, seul le premier est « vraie » mais je crois bien que j’ai créé les deux moi-même ; j’avais téléchargé Foursquare dès que j’ai eu l’iPhone mais je ne l’utilise réellement que depuis un an et j’avais oublié la première création).

Hips aussi.

Petit 8 : le café

Tous les matins, je passe pendre un café (un double avec un peu de lait froid mais je n’ai plus besoin de commander) et, souvent, un croissant, à la Comète, que j’ai déjeuné ou non à la maison avant. Une sorte de rituel depuis plus de quinze ans.

C’est généralement la patronne qui est là. Il y a ce petit noir qui travaille à l’entretien des espaces verts de la mairie et quelques ouvriers qui travaillent dans ce quartier. Il y a deux types d’une cinquantaine d’années qui, comme moi, déjeunent à la Comète avant d’aller au taf.

Il y a Jean-Marc, vieux client (presque aussi ancien que moi). Il y a Roger, l’ancien propriétaire (et patron du bistro bien avant que j’arrive dans le quartier, en 1994).

Une sorte de routine. Monsieur Poireau parlait hier de ces petits détails qui enchantent une journée. Je ne savais pas quoi dire. J’aurais peut-être pu puiser parmi ces courtes discussions du matin (je ne reste souvent pas plus de cinq minutes si le Parisien est en main).

Petit 9 : vingt-heures

J’en parle parfois pour décrire des anecdotes : je pars toujours de la Comète entre 19h55 et 20h10 parce que j’ai l’habitude de boire un coup avec une dame du quartier, Corinne, et sa mère.

J’ai pris cette habitude en juin 1998, au précédent changement de propriétaires parce qu’ils avaient décidé de fermer le comptoir à 19 heures pour que les passants prennent bien la Comète pour un restaurant, par pour un infâme machin avec des braillards au comptoir. Quelques mois après, ils ont assoupli la politique de la maison mais j’ai continué à me casser alors que Tonnégrande et Djibril restaient là, pour différentes raisons. Puis, avec Corinne et sa mère, nous avons pris cette habitude.

Ainsi, mon départ est devenu une routine au point où je vais à l’Amandine (que j’aime bien aussi, je ne suis pas maso) à vingt heures tous les soirs pour saluer le patron alors qu’elles m’avaient prévenu qu’elles ne seraient pas là.

Bref, j’adore ce moment, juste avant mon départ, quand je négocie avec les copains pour tenter de décider l’un d’entre eux de payer une nouvelle tournée.

Petit 10 : Victoria Beckam

Depuis son passage à la Comète, elle est fan de moi comme le prouve cette photo judicieusement communiquée par Melclalex.

Et il me fallait bien un dixième point avant celui que je garde pour la fin tant il est évident et inutile à argumenter.

Petit 11 : les copains !

Qu’il s’agisse des copains de Bretagne (ou d’ailleurs) qui viennent me voir, des anciens collègues de travail qui passent à l’occasion, des blogueurs qui ont envie d’une bière ou de ceux qui viennent pour les Kremlin des Blogs, ils sont là, comme ceux de tous les jours, Djibril, Joël et Tonnégrande, ceux du week-end, Patrice et le vieux Jacques... et bien sûr le personnel (même du côté du patronat !) que je côtoie au quotidien.

23 commentaires:

  1. Encore un beau billet... (rien à rajouter)

    RépondreSupprimer
  2. Quel excellent billet ; encore !

    RépondreSupprimer
  3. Jegoun, ta vie est un roman.C'est drôle et poétique.Et si on faisait un film sur toi et La Comète?

    RépondreSupprimer
  4. Quelle magnifique tranche de vie (d'arsouille) ! Si c'était un film on s'ennuierait, car c'est le style qui est sympa. Ah sinon, je pense que cela passionnera un ethnologue ou un historien du futur. Faut que tu stocke tes billets dans le container du lieu unique... ou que tu les joigne au prochain envoi dans l'espace, histoire de montrer aux martiens les mœurs terriennes.

    PS : y'a tout de même arnaque, j'attends toujours de savoir qui est le gars de la photo du mail de ce matin.

    RépondreSupprimer
  5. Oups, je ne me suis pas relue, et j'ai laissé passer deux horribles fautes d'accord. Shame on me :-/

    RépondreSupprimer
  6. Super billet ! Heureusement que tu es là pour nous donner des idées pour écrire des conneries dans nos blogs. Joyeux Noël arrosé ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Merci les gens et tout ça.

    JJU,

    See Mee t'a répondu : je peux raconter ça uniquement parce que c'est horriblement routinier.

    See Mee,

    Je t'ai envoyé un lien avec la page Wiki du gars. C'est Vincent Feltesse, le patron de la "campagne numérique" d'Hollande.

    Djouf,

    Pour ce que tu fous sur ton blog... ;-)

    RépondreSupprimer
  8. C'est un billet original avec de belles photos. Vive les blogs !

    RépondreSupprimer
  9. Encore un beau billet. J'arrête de regarder "Plus belle la vie", c'est mieux ici.

    RépondreSupprimer
  10. t'a l'air dans les petits papiers de victoria, je comprend mieux pourquoi ils s'installent à PARIS ^

    RépondreSupprimer
  11. Je ne me souviens pas de la dame, moi !
    :)))

    RépondreSupprimer
  12. Ouf tu parles de la soiree arrosee avec deux jeunes femmes et pas la notre :)

    RépondreSupprimer
  13. Gaël,

    quelle soirée ? Je n'ai jamais fait de soirée arrosée avec toi.

    Le Pudding,

    Non, un billet comme celui là, ça prend un peu plus de temps, andouille !

    Gildan,

    Partouzer avec Merkel et ne plus s'en rappeler...

    El Camino,

    Bien sûr ! Je suis dans la vraie vie...

    Mtislav,

    Oui ! Vive les blogs ! Et ce n'est pas un billet original mais un billet inédit...

    RépondreSupprimer
  14. Victoria ne doit pas aimer Clémence, car je n'ai pas de tofs de elle et moi, même si je ne m'appelle pas clémence…
    Comprenne qui pourra, et pas hips. Mwarf!

    RépondreSupprimer
  15. Ton billet me fait penser à l'énorme perte pour les blogs avec la disparition de wikio. Bonnes fêtes

    RépondreSupprimer
  16. Grâce à toi je profite des bistrots du KB ! Hips ! et bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
  17. C'est qui la grosse qui boit une bière sur la photo !?

    RépondreSupprimer
  18. encore un bobiyé...

    mais tu te fais pas trop chier, même avec twitter, au comptoir seul ?

    RépondreSupprimer
  19. Romain,

    Merci !

    Et non, je ne me fais pas chier. Pense donc à mes interlocuteurs qui sont chez eux avec Twitter et la télé et qui ne font qu'attendre l'heure d'aller ce coucher.

    Philippe,

    Helmut Schmidt.

    Pierre,

    Oui, hein !

    Guillaume,

    Merci !

    Xapur,

    Arrête de boire.

    Dominique,

    Bah !

    Fabien,

    Heu..

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !