01 octobre 2012

Didier Goux, exilé fiscal !

Mon informateur secret me signale que Didier Goux a pris le large à Paimpol (ou à Lézardrieux, je ne sais plus) pour s'exiler fiscalement à l'ile de Bréhat...

Je jure que je n'ai pas retouché la photo. Même la couleur du nez.

35 commentaires:

  1. *** "s'exiler fiscalement à l'ile de Bréhat" ... en voilà une idée qu'elle est bonne comme disait Coluche ! ;o)
    BISES et bonne journée Nico !:o) ***

    RépondreSupprimer
  2. Nez rouge, peut-être, mais les petits rennes aussi ! En tous cas, très bel anorak !
    :DDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un blouson de cuir... Pas très adapté...

      Supprimer
    2. Très bien coupé ! même si les embruns vont le pourrir ! Et beau gosse sauf le nez rouge !
      Enfin, je dis ça pour féliciter sa "meuf" ! :DDD

      Supprimer
    3. Putain d'Adèle : j'ai pas le nez rouge ! Et c'est normal puisque je ne bois pas ! (Sauf en Bretagne, bon, d'accord)

      Supprimer
    4. Ils vendent de l'alcool en Bretagne maintenant ?

      Supprimer
  3. Cette photo a été prise au mois d'Août, je reconnais la tenue de plage typique des Côtes d'Armor et la couleur du nez (Cabernet Sauvignon).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben il fait chaud pour un début octobre! (je savais)

      Supprimer
    2. Je confirme : on s'est un peu caillé (Yann confirmera) Mais le muscadet nous a réchauffé (Yann confirmera aussi).

      Supprimer
    3. D'après la rumeur le vieux s'est couché très tôt.

      Supprimer
  4. C'est lui Didier GOUX? je comprends mieux.

    RépondreSupprimer
  5. Elles vont dans la même direction

    RépondreSupprimer
  6. "Didier Goux à la barre" aurait pu être le titre de ce billet.

    RépondreSupprimer
  7. Marin d'eau douce, Paimpolais d'opérette, après les algues vertes, la marée brune, c'est pas bon signe.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !