24 octobre 2012

Patrons de bistro : tous des gauchistes ?

La politique a toujours été présente au bistro, comme nous le dit ce patron de bistro d’Hénin-Beaumont « Je parle naturellement dans mon établissement. Mais je suis persuadé qu’à prendre position comme ça, j’ai perdu des clients. Me positionnant de gauche et non d’extrême droite, j’ai dû forcément blesser des gens et comme il y a 50 % d’électeurs frontistes ici… forcément… ça déplaît. » (merci à DF pour le lien). Je sais, je ne suis pas dans mon blog politique mais dans un blog qui s’appelle aubistro.com ! Je ne parle d’ailleurs pas de politique mais de bistro. Et de comptoir, plus précisément.

Je viens de me repasser en mémoire tous les bistros dans lesquels j’étais assez bon client. Dans l’ordre, ça donne : le Bar de la Brise, l’Atelier, la Grenouille, le Vincennes (deux patrons successifs, il s’appelle maintenant le 1880 Café), le Bar des Gâtines, le Washington (deux patrons successifs), la Comète (quatre patrons que j’ai bien connus), les Monts d’Aubrac (deux patrons en même temps), l’Aéro (deux patrons que j’ai bien connus), l’Amandine. Ceci nous fait un total de 17 patrons.

Il y en a cinq avec qui il ne me serait jamais venu à l’idée de parler politique. Un est probablement à gauche, trois probablement à droite et un pour lequel je n’ai aucune idée.

Parmi les 12 autres, il y en a 9 à gauche, pas d’une gauche radicale, mais à gauche, ce qui en fait trois à droite. Je ne fais pas de statistiques sur un si petit nombre mais on trouve une nette majorité de patrons de bistro bien ancré à gauche. Un peine-à-jouir pourrait tenter de démontrer que si je fréquence ces bistros, c’est uniquement par « affinité politique » mais je pourrais aisément démontrer le contraire, un par un : j’ai systématiquement une bonne raison pour fréquenter les bistros. Par exemple, les quatre dont je parle le plus souvent ici sont les plus proches de chez ma mère ou de chez moi. C’est en fréquentant le bistro que l’on connaît la couleur politique du patron. Ce n’est pas en fonction de la couleur politique du patron que l’on choisit un bistro, par définition. La couleur politique du patron, par contre, peut-être une raison valable de déserter le bistro, ce qui ne m’est arrivé qu’une seule fois !

Je crois que je l’ai déjà raconté : c’était au Cornouailles. J’y allais pendant une époque parce que j’étais sûr d’y trouver des copains, notamment Serge, Gilles et Yann alors que je ne connaissais pas trop de monde au Vincennes. Nous parlions beaucoup politiques et le patron, bien de droite, tendance RPR, n’arrivait pas à parler sereinement. Il engueulait les clients qui n’étaient pas d’accord avec lui. Du coup, ça me lassait. Bruno, à la Comète, faisait un peu pareil mais savait éviter le sujet.

Toujours est-il qu’à l’instar du patron que je citais en début de billet, on trouve peut-être bien plus de patron de bistro de gauche qu’on ne l’imagine habituellement, notamment à cause du terme « patron » mais aussi de la surreprésentation des syndicats de la restauration dans les médias, de leur comportement pendant le service, … et du fait qu’ils n’arrêtent pas de gueuler parce qu’ils payent des charges et que les clients ne comprennent rien au commerce.

S’il y avait des statistiques précises qui indiquaient la couleur politique des patrons de bistro, je ne serais pas étonné qu’on en trouve plus de 60% à gauche et l’affirmant… Vous pensez le contraire ? Faites le calcul précisément parmi ceux que vous avez connus... Parmi les 12 que je cite, il y a déjà 4 kabyles ce qui est souvent une très bonne raison de voter à gauche en Sarkofrance !

Si vous êtes gentils, je peux vous trouver plein de raisons pour démontrer ce qui n’est qu’une théorie. Tiens ! Vous connaissez un libéral de droite qui s’aventurerait dans une profession aussi règlementée ?


6 commentaires:

  1. Est-ce que les deux zozos qui tiennent la brasserie en bas de chez moi sont à gauche ?
    Ils devraient !
    Mais ils le cachent bien !
    Y'a des cons dans le quartier, faut qu'y restent neutres !
    Bon ... le soir du grand débat "Moi Président", pendant la campagne,à la fin, tout le monde était bourré ... les coincés qui étaient non loin de l'un de mes fils et moi, se sont barrés ! A la fin, c'était pousse-café général ... on n'en pouvait plus ... Heureusement qu'on habitait juste à côté ... enfin mon fils a dormi sur le canapé, faute de pouvoir aller plus loin ... d'abord, y'avait plus de métro ! ...
    Alors ? Sont-ils à gauche ces deux homos, bien de chez nous ? Tiens je les vois avec 1 BB ces deux là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils se cachent tous, les homos et les patrons de bistro. Mais pas pour les mêmes raisons.

      Supprimer
  2. Je ne serai pas loin de partager ton analyse...Dans mon bistro(t) préféré, la clientèle est à l'image de la société...Il y a des gens de droite, de gauche...Il y a aussi des habitués qui sont une caricature du "café du commerce"...Mais tout le monde se connaît et se retrouve régulièrement à heure fixe dans ce rade, car c'est une pause obligée pour chacun à la fin de la journée...
    Le "patron" (je préfère le terme "tavernier") affiche sans complexe des idées "de gauche", mais c'est aussi un professionnel qui sait parfaitement jouer son rôle de modérateur lorsque les esprits s'échauffent à l'inverse de la baisse du niveau du fût de bière...
    C'est sans doute sa perception "de gauche" qui fait que les clients aiment à se retrouver tous les soirs derrière son comptoir et que chacun prend les nouvelles de l'autre, sans se préoccuper des tendances affichées par les uns ou les autres...
    Mais il est bien évident aussi, que je ne pourrai pas fréquenter un bistro(t)dans lequel, un patron afficherait ouvertement des idées d'extrême droite...Je ne suis pas maso au point de m'imposer une présence journalière dans ce genre d'établissement...
    Yec'hed Mat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le patron peut afficher les les idées qu'il veut ! MLP a fait près de 20%. Ne l'oublions pas. Beaucoup de patrons sont fachos, notamment chez les vieux bougnat. L'important est qu'ils ne forcent pas les clients à penser comme eux...

      Supprimer
  3. "Ce n’est pas en fonction de la couleur politique du patron que l’on choisit un bistro, par définition. "

    Sauf si ledit bistro est notoirement le lieu de rendez-vous (formel ou non) des membres d'un groupe politique.

    PS: merci pour le lien et le clin d'oeil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien.

      A mon tour de te citer : "Sauf si ledit bistro est notoirement le lieu de rendez-vous (formel ou non) des membres d'un groupe politique." Je ne sais même pas : la Comète a été un des lieux de rassemblement de la droite locale mais le patron savait rester neutre.

      L'amitié qui se crée naturellement avec un client en fin de service (le patron n'a que ça à faire que de discuter avec les gens qui ne sont pas ivres morts) est plus forte que le reste.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !