16 août 2014

Homophobie de comptoir

Un jeune noir efféminé rentre à l'Aéro. "Bonjour monsieur, vous pouvez me mettre un coca en terrasse ?"  Le patron : "bien sûr monsieur." Moi, par réflexe : "Monsieur ?"

J'étais parfaitement sincère. Quand il était assis avec ses potes, je pensais réellement que c'était une jeune fille très charmante mais trop jeune pour que je puisse lui accorder un regard. C'est quand il s'est levé pour passer sa commande que j'ai eu un doute. Enfin non, pas de doute. Mais ma connerie était prête. 

Et c'est quand j'ai vu les Kabyles du comptoir rigoler de mes propos en regardant son cul que j'ai compris que mon doute était bon. Et me suis rappelé qu'on ne pouvait pas rigoler avec tout le monde. 

Ils sont cons, ces Kabyles de comptoir. 

9 commentaires:

  1. Espérons que le commissaire Bembelly a autre chose à faire ce soir que d'inspecter les blogs dépendant de sa juridiction…

    (Sinon, dans votre micmac interethnique de comptoir, pensez à nous dire qui a baisé qui en fin de soirée…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ce qu'on picole, je risque de ne pas me rappeler. Si j'ai mal au cul, demain, je vous appelle.

      Supprimer
    2. (Tiens, j'ai légèrement modifié le billet après diffusion pour "me" rendre encore plus "faussement" homophobe, le rendre plus proche de la vérité, et rendre les Kabyles encore plus réellement homophobes).

      Supprimer
  2. C'est pas beau vilain garnement :-)

    RépondreSupprimer
  3. Juste un petit coucou ! :o)
    Bises à toi Nico et bon week-end

    RépondreSupprimer
  4. Moi, c'est entre Madame et Mademoiselle que j'ai le plus de mal

    RépondreSupprimer
  5. "jeune fille très charmante mais trop jeune pour que je puisse lui accorder un regard."

    Je comprends pas toutafé expressément le sens caché de cette phrase...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !