28 août 2014

La Jacquette de Planguenoual

C’est l'anniversaire de Marie-Françoise Gicquel. Elle est née le 28 août 1829 et nous a quittés le 9 avril 1833, ce qui est bien triste, si jeune.  D’ailleurs, j’ai gardé très peu de souvenirs d’elle.

Figurez-vous que c’était l’arrière-petite-fille de Jean-Baptiste Sommier, lui-même, grand-père de mon arrière-grand-père. C’est fou, non ?

Tout ceci est rigoureusement exact. Je ne vois pas pourquoi je l’inventerais !

Comme quoi, on peut rigoler avec la généalogie.

Par exemple, connaissez-vous Jacquette Grimault ? Non, bien sûr. C’est une ancêtre directe à moi. Son petit-fils est né le 30 avril 1746 à Plouha. Par contre, Jaquette et sa fille, Marie Le Carduner (née Grimault, essaie de suivre), on ne sait pas quand elles sont nées. Le grand-père du grand père était Eugénie Le Picard, ce qui en fait une grand-mère d’ailleurs. Sa propre grand-mère a rencontré la lignée Jégou en épousant François Marie Jégou qui ne sont autres que les grands parents de mon père.

Jacquette Grimault est née à Planguenoual.


Et ça m’amuse d’avoir des origines de la Jacquette de Planguenoual.

14 commentaires:

  1. Réponses
    1. Vu, mais pour une chose si importante, je ne pouvais pas répondre à la légère.

      Supprimer
  2. Vrai que les prénoms avaient une autre consonance, à l'époque. Aussi, je retrouve des "Dimanche" devenus "Dominique" dans ma branche nivernaise. C'est peut-être mieux ainsi, car rien n'aurait empêché depuis de se prénommer : lundi, mardi, mercredi, etc...

    RépondreSupprimer
  3. Que vous descendiez de la Jacquette de Planguenoual explique beaucoup de choses, maintenant que vous le dites…

    RépondreSupprimer
  4. Certains vont en profiter pour dire: "Il est de la Jacquette"; mais nous soutiendrons qu'il y a un "J" majuscule à Jacquette...

    RépondreSupprimer
  5. Ainsi donc Me Jacquette Grimault est de Planguenoual.
    En tant qu'adjoint aux vieilles pierres (j'expliquerai cela plus tard), au patrimoine et aux affaires culturelles, je vais proposer de baptiser une rue à son nom. Nous avions un ancien café du nom du goutteur transformé par des jeunes à l'humour tendancieux le suceur, qui correspondait mieux à la personnalité des tenanciers. Ainsi le suceur, rue de la Jacquette serait une adresse parfaite !
    J'ai hâte de me plonger dans ma propre généalogie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir mon billet suivant. Cette dame est une exception dans la branche de la famille qui vient entièrement de Plouha.

      Supprimer
    2. Mais pourquoi est-elle partie si loin ?

      Supprimer
    3. Si je le savais... Il y a plusieurs solutions. Par exemple, son futur mari voyageait pour le travail (un militaire ?). Ou des possibilités plus rigolotes. Par exemple, elle serait tombée enceinte hors mariage et la famille aurait trouvé une solution ce qui pourrait expliquer pourquoi on ne connaît rien à son ascendance.

      Il faudrait aussi que je fouille les archives papier de mon père pour savoir comment il sait qu'elle vient de ton bled. Une mention sur le registre de mariage ou de naissance du gamin ? Une erreur ?

      Supprimer
    4. À part ça, je suis tombé sur elle par hasard dans le machin de généalogie. Je voulais faire un billet "bon anniversaire" et j'ai trouvé le premier. C'est en faisant une fausse manip que Planguenoual m'a sauté aux yeux.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !