29 août 2014

La branche de Plourivo (et Plounez, notamment)

François Jégou, celui de 1903, est né près de Cherbourg mais toute sa famille est issue des environs de Plouha, au sud de Paimpol, dans les Côtes d’Armor qui étaient du Nord à l’époque. C’était mon grand-père et je décrivais ses ascendants dans les billets précédents. C’était mon grand-père que je n’ai pas connu, contrairement à son épouse, ma grand-mère, dont au sujet de laquelle il est temps pour moi de la généalogiser.

A noter que son fils qui fut mon père est celui qui a fait ces recherches gynécologiques. Du coup, quand j’ai ouvert sa fiche, je fus surpris de voir des précisions sur sa mort vu qu’elle est partie après son fils, fiche contenant des précisions que j’avais oubliées. J’ignore qui a mis à niveau sa fiche. Moi, peut-être ?

Toujours est-il qu’elle est née à Paimpol, le 13 janvier 1911, et morte à Saint-Brieuc, le 27 septembre 2002. Je me rappelle très bien de son enterrement, d’ailleurs. Je venais d’avoir une nouvelle voiture avec un des tous premiers GPS. C’était la première sortie de ma voiture.

Bref, c’était Mémé Anne, Anne Maria Jégou née Le Lousse, fille d’Yves Benjamin Le Lousse et de Maria Le Lousse, née Le Floch.

Commençons par cette dernière, mon arrière-grand-mère, que j’ai connue aussi, sous le nom de mamie. Elle avait deux filles. Ma grand-mère, donc, mais aussi ma grand-tante, tante Yvonne, la tante de mon père, que j’ai également connue, surtout avant son décès, du même que sa descendance, même si on s’est un peu perdus de vue… Sa descendance était surtout sa fille, Vonette, la cousine de mon père. C’est la dernière personne qu’on a enterrée dans la famille. Elle avait cinq filles qui sont toujours dans la nature, à ma connaissance.

Cette arrière-grand-mère avait une sœur, Joséphine, tante Phine, que j’ai connue aussi, mon arrière-grand-tante. Ma grand-mère habitait à Goas-Plat, à Paimpol, avec sa mère. Tante Phine demeurait juste à côté. Du coup, dans mes jeunes années, quand nous allions les voir, c’était un peu comme si j’avais trois grand-mères. D’ailleurs, ma grand-mère était assez proche de sa belle-sœur (la sœur de son époux), tante Anna, Anna Marie Le Roy, née Jégou. Certes vous vous en foutez, mais c’est aussi une branche de la famille que j’ai connue et qui a des membres dont on a parfois encore des nouvelles. Sa fille Michéle (j’ignore pourquoi l’accent est à l’envers) Anne Bailly, née le Roy, a eu, avec Christian, une fille Nathalie Anne, qui a environ mon âge (elle est du 31 décembre 1968).

Revenons à Mamie, Maria Le Lousse, née Le Floch. Elle est née le 6 juin 1888 à Plourivo et morte le 6 septembre 1984. Son père était Pierre Marie Le Floch et sa mère Marie-Jeanne Le Moy.

Pierre-Marie, mon arrière-arrière-grand-père, est né à Plourivo le 10 octobre 1856 et mort à Paimpol le 20 mars 1936. Il était « quartier maitre chauffeur ». Son père était Roland Le Floch et sa mère Jeanne Renan.

Roland Le Floch était aussi marin. A Plourivo, il est né le 15 février 1820 et mort le 17 décembre 1893. Son père était Jean Le Floch et sa mère Françoise Audren. Jean Le Floch, cultivateur, est né à Yvias (une commune voisine de Plourivo) le 22 août 1790 et est mort le 16 février 1851 à Plounez (qui a intégré en 1960 la commune de Paimpol). Ses parents étaient Yves Le Floch et Yvonne Fogeron (morts à Yvias en 1815, a priori).  Françoise Audren est née à Plounez le 8 octobre 1787 et morte à Plourivo le 28 juin 1848. Ses vieux étaient François Audren et Etiennette Allenou (on sait d’elle uniquement qu’elle est morte en 1829). François est né à Plounez en 1759 et mort à Plourivo le 14 août 1829. On ne sait rien sur son père à part qu’il s’appelait aussi François. Sa mère s’appelait Marie Me Gall (ce qui sonne fort la faute de frappe).

Jeanne Renan qui était filandière est née le 15 mars 1823 à Plounez et morte 12 décembre 1958 à Plourivo. Ses parents étaient Guillaume Rénan (l’accent a été perdu en route) et Marie Le Boulbin. Guillaume est né à Plounez le 27 août 1791 et mort en 1858. Son père, cultivateur, était Allain Rénan et sa mère Marie-Josèphe Guénanen. Allain était laboureur. Il est né à Plounez le 25 septembre 1762 où il est mort le 27 juillet 1836. Parents : Gilles Rénan et Jeanne Menguy. Marie Josephe Guénanen, filandière, est né en 1767 à Pleudaniel (à 7 km à l’ouest de Plounez, de l’autre côté du Trieux, mais le Pont de Lézardrieux a été ouvert en 1840, j’ignore comment l’ancêtre a été cherché sa grosse là-bas). Elle est morte à Plounez le 10 mars 1808, la même année que son père et que sa mère, Yves Guénanen et Anne Le Colen.

Ca fait plusieurs fois que je trouve des familles décimées la même année. Ca doit être une convention en généalogie d’indiquer pour les parents l’année du décès de l’enfant quand on ne connait pas celle de la mort.

Marie Le Boulbin est née à Plounez le 31 octobre 1793 et morte à Plourivo le 8 juin 1866. Jean Le Boulbin et Etiennette Françoise Le Gal étaient ses parents. Jean Le Boulbin est né à Pommerit Le Vicomte (à une petite vingtaine de kilomètres au sud de Plourivo) en 1750 et est mort à Plounez le 1er juillet 1807. Ses parents étaient François Le Boulbin et Suzanne Blaize. Etiennette Le Gal  est née à Plounez le 17 décembre 1760. Elle y est morte le 10 mai 1838. Ses parents étaient Josias Le Gal (né en 1726 avec le même prénom que son père, sa mère étant Jeanne Mevel) et Claudine Le Chappelain (née de René Le Chappelain et Marguerite Hello). Voila pour une branche.

Revenons à Marie-Jeanne Le Moy, mon arrière-arrière-grand-mère, née à Plourivo le 8 mars 1856 et morte à Plounez le 22 septembre 1931. Ses parents étaient Simon Le Moy et Marie-Anne Bidégant. Simon Le Moy était laboureur. Il est né le 6 novembre 1820 à Plourivo où il est mort le 8 janvier 1903. Son père et sa mère furent Guillaume Le Moy et Marie Mallet. Guillaume Le Moy était cultivateur et boulanger. Il est né le 12 avril 1875 à Plourivo où il est mort le 11 février 1864. Ses parents étaient Jacques Le Moy et Thérèse Rovarch.  Jacques Le Moy, laboureur, est né à Plourivo en 1754. Il y est mort le 25 juillet 1829. Ses parents étaient François Le Moy et Pétronille Charles. Thérèse Rovarch est née à Pleudaniel en 1757 et est morte à Plourivo le 18 avril 1841. Son père se prénommait François. Marie Mallet, filandière et boulangère, est née à Plourivo le 3 février 1798. Elle y est morte le 2 avril 1865. Son père était Pierre Mallet (mort en 1818) et sa mère Jeanne Charles.

Marie-Anne Bidégant, filandière, est née à Plourivo le 23 janvier 1827. Elle y est morte le 13 février 1871. Son père était Gervais Bidégant et sa mère Marie-Jeanne Le Guen. Gervais était tisserand, voulez-vous, ce qui ne l’a pas empêché de naître et de mourir à Plourivol, entre le 24 janvier 1797 et le 25 janvier 1883, grâce à ses parents, Jean  Bidégant et Françoise Le Coat. Jean est né le 11 janvier 1740 à Yvias, de ses parents, Guillaume Bidégant et Françoise Marot. François Le Coat est née le 10 janvier 1776 à Plourivo et est morte en 1817. Son père, Yves Le Coat et Marie Perrot n’ont pas laissé de traces dans les archives. Marie-Jeanne Bidégant, née Le Guen le 12 janvier 1797 à Plourivo et morte le 24 juin 1832 dans le même patelin.  Son père, Gilles Le Guen, est né en 1954 à Plourivo où il est mort le 19 décembre 1829. Sa mère s’appelait Catherine. La mère de Marie-Jeanne Bidégant est née Louise Liboudan est morte le 13 février 1820 à Plourivo où elle était née, on ne sait plus quand. Son père était Jean Liboudan et sa mère Marguerite Le Chaponnier.

C’était toute l’ascendance maternelle de la mère de mon père.



4 commentaires:

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !