23 octobre 2014

Le nouveau collègue extrémiste musulman

Je parle parfois dans mes blogs des entretiens que je fais passer pour recruter des nouveaux consultants. Lors de la dernière série, on en a recruté un qui doit commencer lundi. Un noir, dans notre domaine, c'est rare. J'ai toujours un a priori positif pour les jeunes Africains (les vrais : ce qui sont nés Afrique, ont fait leurs études là-bas et viennent bosser ici) : ils viennent soit pour réellement travailler soit pour apprendre le boulot, ce qui revient au même. Ils sont bosseurs et pas chiants contrairement aux natifs de chez nous qui ne pensent qu'à démontrer leurs compétences pour passer calife à la place du calife, quelle que soit leurs origines. 

Toujours est-il qu'il bossait auparavant chez un de nos fournisseurs. Le monde est petit. La rumeur est arrivée aujourd'hui : il serait très musulmans et refuserait de serrer la main aux femmes. Effectivement, lorsqu'on l'a reçu en entretien, il a d'ailleurs refusé de serrer la main en prenant le prétexte qu'il était malade. 

Dans l'équipe, on a deux musulmans. Un type d'une petite quarantaine d'années et une fille, ma voisine de bureau, d'une petite trentaine. Ils sont pratiquants. Enfin, je me comprends : pendant le ramadan, ils respectent le truc. Pour le reste, je ne sais pas. Avec lui, on déconne souvent des barbus et tout ça. La peur que génère l'islam chez lui es Français nous fait rigoler plusieurs fois par semaine. Il sait que je suis le seul qui puisse déconner avec ça. Les types bien à gauche "surjouent" le respect de l'islam et les autres ont peur de passer pour raciste en sortant de la pensée standard. 

Le décor est planté. 

Ce matin, réunion de service. Le cas du futur collègue n'était pas à l'ordre du jour (du moins sa religion puisque nous devions préparer son arrivée) mais la rumeur est venue sur la table. C'est d'ailleurs ainsi que je l'ai découverte. 

Nous nous avons donc discuté du fait qu'il ne disait pas bonjour aux femmes alors que c'est une collègue chef de projet qui allait être son chef. La grande angoisse ! Ce type refuse-t-il de serrer la main aux femmes parce qu'il les considère comme inférieures ? 

La discussion me navrant (le type est ingénieur et bosse depuis sept ou huit ans en France...), je suis entré dans un délire devenant pire beauf que @jegoun un soir de cuite. 

"Ben quoi, il a raison ! Les femmes sont inférieures ! Ce n'est pas normal qu'elles puissent diriger des hommes."  

Les collègues me connaissant (dont LA chef) savaient que je déconnais sauf deux ou trois qui se demandaient si c'était du lard ou du cochon (si je puis me permettre, vu le sujet).  

C'est alors que les deux collègues musulmans sont entrés dans mon délire et en on rajouté. Même "elle" a rebondi sur le fait qu'elle ne voulait qu'un travail et n'avait aucune prétention à diriger des hommes, qu'elle les fréquentait parce qu'il le fallait bien, qu'elle leur serrait la main par pur respect pour nos coutumes locales mais qu'elle prenait très au sérieux les revendications du lascar, c'est normal et tout ça. Le collègue approuvant. 

On a bien rigolé. Ca a duré un bon quart d'heure. 

La collègue qui va devoir l'encadrer, elle-même d'origine malgache, donc ravie, a priori, de favoriser le recrutement de minorités visibles (et accessoirement la personne avec qui j'apprécie le plus de bosser depuis près de trente ans de carrière, tant son humeur est bonne même quand elle est mauvaise : c'est un bonheur ! Même quand on s'engueule, on est pliés de rire), va mal dormir. 

C'est petit mais rigolo. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !