18 octobre 2014

Culture cinéma aux oubliettes

Pendant des années, « Paris, Texas » a été mon film préféré. Pensez-vous ! La Palme d'or l'année de mes 18 ans, juste avant que je ne quitte le domicile familial et que j'aille vivre à la grande ville, là où les films ne sortent pas avec six mois de retard. D'ailleurs, c'est probablement dans les toutes premières semaines suivant le début de mes études que je l'ai vu, comme il est sorti en France mi septembre 1984.

S'en est suivie une période où je dévorais du film : La couleur pourpre, Out of Africa, La rose pourpre du Caire, Pale Rider, Sans toit ni loi, Le nom de la Rose, Mission, Down by Law, Stand by me, Les enfants du silence, le Maître de guerre, 37,2 le matin, Il était une fois en Amérique, Amadeus, Paris, Texas (ben oui, ne l'oublions pas), La déchirure, Birdy,...

Il y a eu des conneries : Terminator, SOS Fantômes, Gremlins,

Autant vous dire que pour moi, c'était une grande époque. Je ne vous cache pas : pour faire cette liste, je me suis fait aidé par google mais, avec les copains, nous avions tendance à prendre tous ces films (la première liste) comme des chefs d’œuvre, Paris, Texas en étant le sommet, suivi par Down by Law, mais pour des raisons musicales (dont je viens de me souvenir, ça fait bien dix ans que je n'ai pas passé un CD de Tom Waits). 

Etait-ce de la connerie ? Le cinéma mondial est-il parti en couilles depuis ?

Toujours est-il que je me suis « éloigné » du cinéma ensuite, conchiant les films un peu trop « intellos ». « Paris, Texas » serait sorti en 1990, je l'aurais probablement trouvé nul à chier.

Je ne suis pas retourné au cinéma depuis fin 1996 et je ne regarde un film que quand je suis en Bretagne et que je ne passe pas la soirée au bistro. Probablement moins de 5 films par an. Ca me gonfle. Je ne suis donc absolument pas bien placé pour juger ce qui a pu sortir au cinéma après le milieu des années 90 sachant que dès la fin des années 80, je ne regardais plus que des films d'aventure, des policiers, des trucs comiques quand je n'avais que ça à foutre !

Si j'ai vu Titanic, chez moi, c'est parce qu'un type ma prêté le CD et que je voulais me faire un avis. Je n'ai pas vu les grands succès depuis cette époque, genre Les Chtis ou Les Visiteurs...

Revenons à Paris, Texas, mon film préféré de l'époque où j'aimais le ciné.

C'est le 18 octobre 2014 que j'ai su que son réalisateur, Win Wenders, n'était pas américain mais allemand.

Mon manque de culture et d'intérêt pour cela me fait rigoler.


26 commentaires:

  1. Terminator me paraît nettement supérieur à Paris, Texas.

    Je ne vais plus au cinéma depuis le début des années 90 (je crois même que le second Terminator est le dernier film que j'y ai vu), mais je regarde beaucoup plus de films qu'avant, depuis que j'ai accès à 36584792,5 chaînes par satellite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu Terminator, qui me paraissait une connerie à l'époque...

      Supprimer
    2. Et je n'ai revu qu'une seule fois Paris, Texas, depuis (il y a peut-être quinze ans), j'avais trouvé ça moyen puisque je m'attendais à un chef d'oeuvre...

      Supprimer
  2. "C'est le 18 octobre 2014 que j'ai su que son réalisateur, Win Wenders, n'était pas américain mais allemand. " : pas plus utile que de savoir que le père des Marx Brothers est né à Strasbourg. On rigole autant quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne sert effectivement pas à grand chose...

      Supprimer
  3. Mon dernier film je ne sais plus si c'est MASH ou Appocalypse Now

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que j'ai toujours aimé aller au ciné... et j'y vais encore de temps en temps ici mais les films sont souvent en VO ... si c'est de l'anglais ça peut aller mais si c'est une autre langue que l'anglais ou le français (chinois, etc, ...) j'ai du mal ! ;o)

    Sinon il y a le téléchargement ... mais c'est moins fun qu'un film vu sur un grand écran avec un super son !

    Bises et bon week-end Nico !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais téléchargé un film. Je ne sais même pas comment faire.

      Bon dimanche.

      Supprimer
  5. Mon 1er film au cinoch' : Highlander (1986). C'était un rencart avec une belette pour se tripoter dans l'obscurité. C'est même elle qui a payé les entrées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La même chose mais sur Rambo 2, tiens (ou trois, je ne sais plus trop)

      Supprimer
  6. Avec ma compagne, on essaie d'y aller assez souvent.
    Pas d'accord avec toi sur Gremlins, peut-être connerie, mais jubilatoire, à tel point que ça en devient de l'art, je trouve.
    Les conneries, j'en vois suffisamment à la téloche (genre films industriels), j'essaie d'aller voir des films plus confidentiels, particuliers, plus personnels.
    S'il n'y avait eu l'Arvor (Cinéma d'art et d'essai) à Rennes, je ne sais pas où j'aurais pu voir "Down by Law", justement.
    De Jim Jarmush, si t'en as l'occasion, je te conseille Dead Man, Ghost Dog, où Mystery Train (par exemple/ déjà pour la performance de Joe Strummer en plouc alcoolique et débile mais pas que)
    Y en a tant...Cronenberg, etc...
    Paris Texas, Je me suis endormi les deux fois que j'ai voulu le voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Paris Texas, je dis à Didier ce que je pense de la deuxième fois où je l'ai vu...

      Down by law était partout en 1986. Tu es trop jeune ! ;-)

      Supprimer
    2. Ah Oui ?
      En tout cas, j'ai bien peur que maintenant, seuls les cinés d'art et d'essai le programmeraient.
      Sinon : Hal Hartley, Cronenberg, Loach et d'autres dont je ne me souviens plus du nom.

      Supprimer
    3. Ah, Léos Carax aussi...

      Supprimer
    4. Down by law était particulier, je crois. La musique, le noir et blanc,... Il tournait bien dans le milieu étudiants donc toutes les salles le reprenaient. Mais c'est sûr que deux mois après il était passé aux oubliettes.

      Supprimer
    5. Et Tom Waits, Roberto Begnigni, et effectivement cette musique (John Lurie, non ? Le grand zig qui jouait le mac).
      Me demande si la musique du début (Long travelling sur une ville), c'était pas celle-là :
      https://www.youtube.com/watch?v=m7LqgIefUNI
      N'empêche, dès que je peux me gober du Blockbuster, suis pas le dernier...

      Supprimer
    6. Sans toi ni loi, je crois que je l'avais vu à l'époque, mais il ne m'avait pas marquer comme quand je l'ai vu récemment. La claque. Rarement vu un film aussi dur.

      Supprimer
    7. J'ai oublié. Il m'avait marqué à l'époque.

      Supprimer
  7. Mince, le cinéma aussi, c'était mieux avant?

    C'est rigolo, j'ai à peu près le même parcours que vous: c'est sans doute une question de génération. À la fin des années 80, j'allais énormément au cinoche. avec cette impression de voir de grands films. Et puis, j'ai arrêté. Le dernier film qui m'a marqué est sans doute La Ligne rouge, de Terrence Malick, et c'était en 1998.

    Depuis 2 ou 3 ans, j'ai toutefois retrouvé le chemin des salles obscures: pour y accompagner ma fille de 5 ans. Le dernier film que je me suis tapé, c'était Clochette et la fée pirate. Bah oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je suis en vacances chez ma soeur, il m'arrive de regarder des "grands dessins animés" avec ma nièce... Deux par an...

      Supprimer
  8. Je ne sais plus trop pourquoi, un jour j'ai décidé que je n'irai plus au ciné, puni.
    J'y allais pourtant plusieurs fois par semaine.
    De mes deux passions, les livres et le ciné il n'en reste plus qu'une, dévorante, obsessionnelle, encombrante un peu aussi. Les livres s'empilent un peu partout, un fouillis inextricable....il m'arrive de tourner bredin quand une phrase me passe par le tête et que je ne suis pas fichu de remettre la main sur le bouquin que j'ai pourtant cru apercevoir quelques jours auparavant.
    Bon on s'éloigne du sujet du billet.
    Bien sur Paris, Texas magnifique. Les Ch'tis ? Mon pauvre ami, je ne préfère même pas en parler, je pourrai rapidement devenir grossier....
    Des chefs-d’œuvre ?
    1/ Les vestiges du jour de James Ivory
    2/ Retour à Howards End de James Ivory (encore)
    3/ In the mood for love de Wong Kar-wai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait definir ce qu'est un chef d'œuvre. Un film que l'on peut voir tous les trois ans avec autant de plaisir ?

      Supprimer
    2. Oh alors là.... Je suppose que les non-spécialistes, dont je suis, qualifient de "chef-d'oeuvre" les films qu'ils ont le plus aimés. Pour les autres, ceux dont c'est le métier, d'autres critères, la photo, la lumière, le son, le scénario, l'utilisation de la caméra doivent rentrer en ligne de compte.
      Tous les trois ans seulement ? J'ai certainement vu plus de trente fois chacun des films que je cite et s'il n'était pas si tard, je m'en referai bien un.

      Supprimer
    3. Moi pas. Pas le temps (Hips) de papoter ce soit mais le sujet est intéressant.

      Supprimer
  9. Délivrance... Jeremiah Johnson... Macadam Cow-boy... Orange méca, Barry Lindon... Pffff.... Y'en a un paquet... de cette époque.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !