24 mai 2010

Avis de recherche

Je viens de voir que j’avais un message dans mon téléphone. Emis par Jim à une heure du matin. J’avais quitté Patrice, vers 23h30 quand il m’a dit « Burp ! Je hips rentre ». Le message de Jim, qui habite dans le même immeuble, au même étage que Patrice, est on ne peut plus clair. « Hé gros ! Je  ne sais pas ce que  tu as fait de Patrice, je viens de le trouver, ses clefs ne rentrent pas dans sa serrure. Qu’est-ce que vous avez fait ? Maintenant, il est parti, je ne sais pas où il est, ses clés ne rentrent pas, qu’est-ce que vous avez fait à l’Aéro ? ».

Nous n’étions pas à l’Aéro mais au PMU et la lecture de ces quelques lignes devraient vous renseigner sur ce qu’on a fait hier, Patrice, Jim et moi. D’autant que Jim était avec nous jusqu’à environ 22 heures, même qu’il cherchait un magasin pour acheter de la viande pour son épouse qui attendait à la maison. Six heures pour acheter des steaks.

Toujours est- qu’à l’heure où je vous parle, nous ne savons pas ce qu’est devenu Michou ? Je suis prêt à parier qu’il est allé à pied chez Marie à Ivry, ce qui représente environ 2 ou 3 kilomètres. En ligne droite : je doute qu’il ait retenu cette option.

Je peux donc vous raconter par avance la journée d’aujourd’hui : j’ai rendez vous avec Corinne et sa mère à l’Aéro à midi dix (je suis très précis : j’ai systématiquement dix minutes de retard à l’apéro). Patrice devrait se pointer un peu après pour me demander ce qu’il a fait hier soir. Sauf s’il a lu mon billet puisque je le vais le dire : « je ne sais pas ». On s’est quittés en face de la Caisse d’Epargne. Tu as traversé l’avenue en me disant « hips ! burp ! je vais traverser hips là, c’est plus prudent ». Ca l’était effectivement. Je t’ai regardé traverser en souriant bêtement. Ta démarche n’était pas sans rappeler celle de Didier Goux la dernière fois que je l’ai vu. Tu as bien traversé. Quant à moi, je serais bien rentré mais l’Aéro était encore ouvert. Je dois reconnaître que je n’avais plus très soif.

Heureusement que je prends des photos des soirées : grâce à Twitpic, je peux faire une reconstitution. La photo jointe confirme un léger accablement de notre joyeux camarade.

Je ne sais pas où sont ses clés.

11 commentaires:

  1. dominiquedarcy24 mai, 2010 11:24

    En plus de boire, on peut fumer dans les bars maintenant (je vois un cendrier et de la fumée en bout de comptoir) ? J'espère que ton pote aura trouvé de la viande au moins ;)

    RépondreSupprimer
  2. illusion d'optique, probablement. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est la même photo que les fois précédentes ou est-ce une nouvelle photo illustrant le même état f'ébriété que les fois précédentes?

    RépondreSupprimer
  4. C'est une nouvelle photo. Au fait, il faut que te raconte la suite, mais oralement.

    RépondreSupprimer
  5. Tonnégrande,

    C'est normal que Patrice ne veuille pas que je raconte la suite ?

    RépondreSupprimer
  6. Cette photo est utile : Patrice a ses lunettes. C'est donc après qu'il les a perdues.

    RépondreSupprimer
  7. Je me demande s'il se souvient qu'il a perdu ses lunettes ?

    RépondreSupprimer
  8. On sent une attente interrogative des autres au fond: l'homme va-t-il tomber?

    RépondreSupprimer
  9. "tombé bien bas..." t'es chié.

    RépondreSupprimer
  10. N'emploie pas cette expression, je te prie.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !