29 mai 2010

Non ! Entre Didier Goux et moi, ça n'est pas sexuel !

Mais je l'aime bien, ce vieux con aigri (moins que Champignac, hein !). Il réuni tellement de facettes  négatives que je devrais le détester et envisager de l'empaler sur le champ malgré ma profonde sympathie tous ces instruments de torture rigolos. Tous les mois, l'andouille publie un journal. Tiens ! C'est ici que ça se passe. C'est très intime et il faudrait qu'un blogueur soit salement un enculé (probablement homophobe) pour en faire la publicité.

Savez quoi ? Ca fait le deuxième mois de suite que lors de la publication mensuelle, je l'ouvre uniquement pour voir comment le crouton parle avec affection de moi alors qu'il  devrait appeler les foules à me lyncher vu que je suis un exécrable gauchiste.

J'ouvre son billet (comment peut-on ouvrir un billet ? C'est grotesque). Je tape CRTL+F puis Nicolas. Je vois mon nom. Je lis. Je vais au suivant. Je lis chaque phrase où je suis cité. Après, je referme le billet et je viens le lire quand mon temps de cerveau disponible est au top, un peu comme pour les billets de Dorham, au temps de sa splendeur.

Mais n'y allez pas. C'est trop intime. Et si vous buvez autant que lui pendant qu'il rédige, vous pourriez sortir saoul comme un polonais. Xénophobes tels que je vous connais.

16 commentaires:

  1. "Non ! Entre Didier Goux et moi, ça n'est pas sexuel !"

    Nicolas, vous êtes irremplaçable...

    (On peut s'défouler, il est parti en week-end.)

    RépondreSupprimer
  2. en sortir "sous (comme) un polonais" ?! :)

    RépondreSupprimer
  3. Tu ne sais pas orthographier saoul ? Je reconnais bien là le buveur d'eau minérale que tu es ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Si, c'est sexuel voire pire!
    J'ai un dossier que je divulguerais en temps utile

    RépondreSupprimer
  5. Tonnégrande, je peux comprendre votre jalousie... Mais bon, sachez que dans certaines contrées la jalousie n'est rien d'autre qu'un système dévolu à l'ouverture (et à la fermeture) des fenêtres.

    (Au fait, y'a des fenêtres à La Comète ?)

    RépondreSupprimer
  6. ah ? c'est seulement de l'amour alors... (platonique qu'on dit, comme l'eau "platonique")

    RépondreSupprimer
  7. @Lucia Mel mais non voyons ! c'est le gin qui est platonic ! l'eau elle est ferrunigeuse, non nerrufigeuse, euh non mince je sais plus :)

    RépondreSupprimer
  8. Gaël,

    Corrigé.

    Tonnégrande,

    Non. Toi et lui c'est sexuel : tu le seul noir qu'il supporte. Tu es son oeuvre.

    Christophe,

    Il y a plein de fenêtres. Pour le reste, voyez ça avec lui.

    Lucia Mel,

    Dans platonique, il y a platon.

    Gaël,

    Ah !

    RépondreSupprimer
  9. euh... Platon... euh..., c'est qui lui ? un joueur de foot ? mais non, t'as tout faux, le joueur il s'appelle Platini...

    @Gaël : de l'eau "platinique pas" alors...

    RépondreSupprimer
  10. Mais si voyons Nicolas, aimer Didier, c'est très sexuel, je dirais même sado_maso,mais bordel, qu'est ce que c'est bon!
    Bon, là, j'avoue je dis une grosse connerie, c'est mon côté polonais qui ressort imbibé d'une bonne dose de volka -))

    RépondreSupprimer
  11. Faisez gaffe, les gens : je suis rentré !

    Quant au gros frisé, il va voir comment je vais te vous l'arranger dans le journal de mai...

    RépondreSupprimer
  12. NR,

    Mais non, mais non, ...

    Didier,

    Mais non, mais non, ...

    RépondreSupprimer
  13. Je viens de trouver le truc pour vous faire chier. Dans le journal de mai, je vais écrire "Nicol*s". Comme ça, pour un fois, vous serez obligé de lire TOUT le journal pour voir où je parle de vous, espèce d'escroc !

    RépondreSupprimer
  14. Ah non ! Déjà qu'il faut que je cherche "gros" "frisé"...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !