30 mai 2010

Déclaration d'un pot

Hier soir, pendant les heures de bistro, j’ai reçu un mail de la Direction Générale des Finances Publiques m’informant que mon certificat était expiré ce qui ne m’a pas empêché de reboire une bière avant d’aller bouffer. Beaucoup d’ailleurs, ce qui est assez rare chez moi, le soir.

Ce matin, je me suis réveillé aux aurores (5 heures), j’ai blogué un peu avant de me recoucher… sans pouvoir dormir : j’avais deux trucs à faire, dont un impérativement ce matin, et l’autre j’avais oublié. Il fallait que je commande des fleurs pour la fête des mères (maman, essaie de lire ce billet APRES les avoir reçues sinon ça ne sera pas une surprise). L’autre m’est revenu : déclarer les impôts.

Tous les ans, c’est pareil. Néanmoins, j’ai fini par me rendormir. J’ai horreur de ces conneries qui empêchent de dormir alors qu’il ne s’agit que de formalités. Mais on a toujours un peu peur. Et si les serveurs d'interflora plantaient ce matin ? Ne suis pas un peu trop en retard ? Et les impôts, au fait, ce n'était pas hier la date limite, puisque j'ai reçu ce mail ? Est-ce que je vais y arriver ? A tous les coups, je vais avoir une panne de Wifi... Et on se retourne dans son lit, assaillis par de nouveaux ennuis potentiels. Un coup à gauche, un coup à droite... Et si ma carte bancaire était perdue, comment commander les fleurs ?

J’ai fini donc par me lever définitivement vers 8h15 et me suis précipité sur la cafetière puis sur le PC pour tenter Interflora. Fier comme un bar tabac, je pensais en connaître l’adresse : www.interflora.fr ! Raté. Un plaisantin a acheté cette adresse avant la digne maison qui aura fait, aujourd’hui son meilleur chiffre d’affaire de l’année. C’est « .com ». Dont acte.

Cette noble tâche accomplie, direction le site des impôts, ce qui est beaucoup moins drôle. Ca me fait assez plaisir de penser à ma mère. A mon percepteur, moins.

Je me connecte, tout se passe bien, jusqu’au moment où je me suis rendu compte que mes revenus prédéclarés ne correspondaient pas à un cadre de ma corpulence. Surprise et inquiétude : qu’avaient donc fait nos habiles fonctionnaires pour arriver à une erreur de cette taille ?

J’ai alors procédé à la seule action permise en cette occasion : j’ai réfléchi. Oui. Un dimanche matin. Ah ! J’étais dans la déclaration de Jim qui avait déclaré ses revenus sur mon PC, l’an dernier. Enfin… j’avais déclaré ses revenus pour être sûr qu’il ne fasse pas de connerie.

Je me connecte donc à mon compte : « Votre certificat est expiré ». Moi aussi. Me voila bien. J’avais oublié ce mail des impôts de la veille. En gros, si j’avais déclaré mes impôts hier matin, tout aurait fonctionné comme sur des roulettes mais, hier, ça faisait trois ans, jour pour jour, que j'avais fait ma déclaration en 2007...

Panique à bord ! Il me fallait un nouveau certificat. Je clique. Le machin m’ordonne de vérifier un tas de bazars, notamment si j’avais la déclaration de l’année (oui, elle vient d’arriver, elle était sur la pile du haut) et mon avis d’imposition de l’an passé.

Non. Je ne sais pas où il est. D’une part, je m’honore d’être bordélique. Peuples pourra vous le confirmer, il passe la nuit chez moi le 11 juin. Dans un autre lit, ça n’est pas ce que vous pensez, il a suffisamment d’enfants comme ça : je ne tiens pas à lui en faire un autre. Surtout quand il m’en confie la garde une demi-heure pour aller chercher sa femme à la gare. D’ailleurs je m’égare.

Je ne sais pas où est mon avis d’imposition de l’an dernier parce que je l’avais prêté à Jim ainsi que mes fiches de paye de l’époque pour qu’il puisse prouver à quelques institutions qu’il avait des amis aisés. D’ailleurs, il y a deux ou trois mois, je l’avais engueulé : « Au fait ! Bordel ! Tu penseras à me rendre mes papiers ? »… Il m’avait répondu : « Ah ! Mais c’est fait, Emilie te les a rendus la semaine dernière ! ».

Ah bon ! J’avais du les prendre machinalement et les foutre dans la poche de ma veste. Et ensuite, mystère…

Je me voyais déjà renvoyer ma déclaration de revenus par la poste avec un mot d’excuse pour mon percepteur et imaginer payer une amende de 10% de mes impôts. Ce n’est pas à vous que je dois déclarer mes revenues mais soyez assurés que 10% des impôts d’un célibataire cadre supérieur mais néanmoins blogueur gauchiste, ça fait une somme rondelette. Pas à quatre chiffres, mais pas loin. Bref…

Je fouille quand même l’appartement et tombe presque immédiatement sur un tas de papiers pliés en trois (de quoi tenir dans une poche de veste, quoi). Je les déplie. Le Bon Dieu est avec moi ce matin.

Je saisis donc dans la machine les informations demandées. « Les informations sont erronées » qu’on me répond ! Arg ! Bordel. Non. Elles sont bonnes. Je suis un virtuose du clavier. Poireau pourrait en témoigner. Je recommence. « Les informations sont erronées ». Bordel ! Dieu m’a quitté et est parti prendre l’apéro. A 8h45 ? Pas sérieux.

J’ai alors tout repris. Si un de mes lecteurs peut m’expliquer pourquoi je tapais dans la zone « Revenu Fiscal de Référence » le montant figurant sur ma déclaration préremplie de 2007 ? Quelqu’un peut-il m’expliquer ce que ce papelard fout sur la table de mon séjour où est présentement mon ordinateur portable ?

Je recommence. Ca marche. Mon certificat est créé. Alléluia.

Je me connecte donc au machin pour déclarer mes impôts : arg. Bordel. « Votre certificat est expiré ». Ce con de PC avait encore en mémoire la précédente session. Je ne vais pas vous le refaire, mais je pensais alors à un bug mémorable aux Ministères de cette brave Madame Lagarde et de ce brave Monsieur Barouin… L’image des 10% d’amende traînait encore dans ma tête mais je suis un informaticien génial : j’ai eu l’idée de quitter Firefox et d’y revenir par la petite porte, subrepticement, sans dire à personne : hop ! Ca marche.

La suite n’a aucun intérêt : il faut trois secondes. Surtout que je n’ai aucun revenu à déduire.

Le peu que je donne aux œuvres pourrait me faire gagner quelques fifrelins, mais vraiment très peu. Mais de toute manière, je ne peux pas tenir un blog où je lutte contre les niches fiscales et déclarer des machins à soustraire aux impôts. Surtout, je suis contre CETTE charité : c’est à l’état de dépenser du pognon pour nos malades, nos pauvres, nos ivrognes, nos gros, nos Didier Goux, nos myopathes, nos Tonnégrande et autres machins qui font pitié. Pas à moi.

N’allez pas croire que je sois rapiat. J’ai mes œuvres. Vous les connaissez pour la plupart : elles sont des personnages de mon blog. Tiens ! Que pensez vous que Jim faisait avec mon avis d'imposition ?

13 commentaires:

  1. Les déclarants sur Internet bénéficient d'un délai supplémentaire... jusqu'au 24 juin pour les départements > 50 !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas mais une requête google devrait te renseigner !

    RépondreSupprimer
  3. la déclaration de revenus est un calvaire pour moi. Je procrastinise donc jusqu'au dernier moment et ensuite je laisse à l'homme la responsabilité de vérifier et d'envoyer.

    Je n'ose pas le faire sur Internet.

    J'ai peur de me planter avant de cliquer.

    J'ai tort, peut-être.

    RépondreSupprimer
  4. Et meeerde : faut que je m'occupe des miens !

    RépondreSupprimer
  5. Doudette,

    Faut se lancer !

    Didier,

    Ce n'est pas Catherine qui s'occupe de ça ?

    RépondreSupprimer
  6. Je crois que la déclaration pré remplie est la seule bonne chose qu'a pu faire Nicolas Sarkozy quand il était ministre des finances.

    RépondreSupprimer
  7. Dominique,

    Oui, c'était une bonne idée. Encore que voir tous les ordinateurs du monde connectés entre eux pour arriver à Bercy...

    RépondreSupprimer
  8. Tu sais que les bières que tu offres aux victimes de renvois accidentels sont déductibles d'impôts ?? note, ça c'est une bonne oeuvre !

    RépondreSupprimer
  9. Je n'offre pas de bière aux gens qui vomissent.

    RépondreSupprimer
  10. Même des bières jetables ? Des bières BIC ?

    RépondreSupprimer
  11. Mais ça existe ! En fin de soirée, souvent ils donnent les verres dans des gobelets en plastique pour permettre aux clients de les finir en terrasse après l'heure de fermeture.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !