17 mai 2010

De La Gravelle à Saint Arnoult

L’autre jour, j’ai raconté mon voyage vers la Bretagne avec les haltes dans les stations essence et les cafétérias. Je dois donc, maintenant, raconter le retour… Sinon le blog va être déséquilibré : vous allez me croire toujours en Bretagne.

J’ai eu une excellente idée : je suis parti le matin à 10h30 de manière à éviter la circulation des « grands retours ». C’était vraiment une excellente idée, on est d’ailleurs très nombreux à avoir eu la même.

Je me suis retrouvé à midi moins dix à la station service, juste avant la Gravelle. Il était trop tôt pour bouffer, j’ai juste pris un café. Du coup, vers 13 heures, j’avais vraiment la dalle, la pire des heures mais il fallait vraiment que je mange.

J’ai donc procédé à l’acquisition d’un sandwich triangulaire réglementaire et d’une bouteille d’eau d’un litre que je n’ai pas finie. Il n’y avait qu’une trentaine de personnes à la caisse devant moi.

Ne trouvant aucune place à un guéridon près des machines à café, j’ai trouvé, juste à côté de la cafétéria, une petite terrasse avec des tables et des chaises. J’ai donc posé mes fesses. C’était indispensable. Comment voulez-vous manger debout avec une bouteille d’eau coincée sous le bras, un emballage de sandwich triangulaire dans la main au bout de ce bras, un sandwitch triangulaire sorti de l’emballage dans l’autre main ? En fait, c’est tout à fait possible mais l’utilisation de l’iPhone pour raconter des bêtises était périlleuse.

Une famille de quatre personnes, dont une grand-mère, est arrivée avec un grand sac plein de sandwichs pas triangulaires et est entrée dans la cafétéria où ils voulaient manger… Ils se sont fait expulser gentiment par le personnel, les tables étant réservées à leurs clients.

J’étais plié de rire, la grand-mère était folle de rage ! « Ah ! Ils sont vraiment cons ! Il y a des places libres, ils pourraient nous laisser manger… » Je n’allais pas lui expliquer que lors d’un retour de week-end, les places étaient libres par hasard mais n’allaient pas tarder à être remplies de braves touristes affamés. Je n’allais pas lui expliquer, non plus, qu’il ne me viendrait pas à l’idée de rentrer dans un restaurant avec ma propre bouffe, juste pour m’asseoir. Je n’allais pas lui expliquer que c’est un lieu privé et que si quelqu’un débarquait chez elle pour bouffer, elle ne serait pas très contente.

Ah ! Les cons…

J’ai donc repris la route. La circulation était très chargée entre Le Mans et Paris et il fallait une bonne demi-heure pour passer le péage. J’en ai profité pour twiter deux ou trois conneries… d’autant que la radio nous expliquait qu’il ne fallait pas rouler trop vite pour éviter les accidents. Dans un bouchon…

Je me suis arrêté à la station service suivante, la dernière de l’autoroute, pour faire le plein de la voiture de location avant de la rendre. Il était un peu moins de 17 heures, j’étais parti depuis  plus de six heures, j’en avais plein les bottes. Comme je ne pouvais plus arriver à Bicêtre pour la sieste (je pensais arriver vers 15h30, 16h), je n’étais plus spécialement pressé, j’ai décidé de faire une longue pause. Je me suis installé à un guéridon et j’ai commencé à Twitter.

Sur le guéridon, il y avait des gobelets vides, laissés par des abrutis non civilisés. Une femme de ménage est donc arrivée en gueulant : « Ah, vous vous rendez compte, ce n’est quand même pas compliqué de mettre son gobelet à la poubelle. ».

Elle avait parfaitement raison. Les gens sont vraiment des cons.

Elle cherchait l’approbation. Je lui ai donc répondu : « Mais Madame, si les gens étaient civilisés, le commerce n’aurait plus besoin de personnel d’entretien et vous perdriez votre boulot ! ».

Elle m’a alors regardé fixement, comme un poisson rouge regarde les fesses du chat quand il a le dos tourné. J’entendais ses neurones se mettre en marche. Elle n’a pas su quoi répondre. Elle a tourné les talons avec ses gobelets.

J’ai repris la route. A 18 heures, j’étais à la maison.

11 commentaires:

  1. Vous attendez quoi pour vous abonner au télépéage ? Deux trajets par mois et c'est remboursé. Et fini les files d'attentes, la carte bleue inaccessible, etc.

    J'dis ça, j'dis rien...

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    En principe, je ne prends pas la route les jours chargés. Cette fois, je devais prendre ma journée, aujourd'hui, mais je me suis planté (je me retrouve avec une réunion cette après-midi). En outre, les jours chargés, ça ne change pas grand chose, les bouchons commençant loin avant le péage.

    En gros, il y a plus d'avantage pour les sociétés d'autoroute que pour les "mauvais clients" comme moi (vous qui faites le trajet tous les jours, c'est autre chose).

    RépondreSupprimer
  3. t'aurais dû passer par Nantes, on n'a été bloqué qu'à Angers, mais je ne suis pas monté jusqu'à PAris...

    RépondreSupprimer
  4. Gaël,

    Pour tout avouer, j'ai bien failli. Je me suis gouré, à Rennes, j'étais dans la lune... Pourtant c'est une route que je fais souvent. J'ai pris la rocade sud alors que je prends toujours la Nord ! Ensuite, toujours dans le cirage, je me suis engagé dans la bretelle de sortie pour Angers... (mais j'ai rattrapé le coup in extremis).

    RépondreSupprimer
  5. Non. Tiens ! J'ai un billet à faire sur le frein à main mais j'ai la flemme. J'avais une Picasso de location, il n'y a pas de levier de frein à main. Il se met automatiquement quand on coupe le contact et pour l'enlever il faut appuyer sur la pédale de frein puis sur un autre bouton. J'ai bien failli ne pas sortir du parking au départ !

    RépondreSupprimer
  6. Perso les stations services me rappellent mon plus jeune âge où j'écoutais avidement Thiefaine
    notamment l'album: Soleil cherche futur /
    Et moi je lis ses lettres le soir dans la tempête,
    En buvant des cafés dans les stations-service

    RépondreSupprimer
  7. Perso les stations services me rappellent mon plus jeune âge où j'écoutais avidement Thiefaine
    notamment l'album: Soleil cherche futur /
    Et moi je lis ses lettres le soir dans la tempête,
    En buvant des cafés dans les stations-service

    RépondreSupprimer
  8. Dominique,

    Fan de Thiefaine. Faut le faire...

    RépondreSupprimer
  9. Les mystères et les joies de l'autoroute ! Inutile de préciser que les billets contenant des sandwiches triangles ont toute mon approbation.

    RépondreSupprimer
  10. C'est pour ça que j'ai mis ton blog en lien sous "triangulaire".

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !