30 janvier 2011

Je n'ai tiré que le rideau de douche

J’ai fini par retrouver mon coloc. Comme il ne répondait pas à mes SMS et que je ne voulais pas rester infiniment à l’attendre à la maison, je l’ai appelé. Il m’a expliqué qu’il était parti chez des copains à la campagne et avait oublié de m’appeler. Je lui ai répondu d’une part que ça n’est pas possible et d’autre part qu’il pouvait répondre aux SMS.

J’étais à l’Apéro avec Corinne et sa mère à l’Aéro, quand il s’est pointé. Tout content de lui et probablement encore un peu saoul, il n’a pas présenté la moindre excuse, du coup, je lui ai passé l’avoinée du siècle. Il est parti tout penaud.

Après avoir mangé à la Comète, je suis rentré à la maison. Il n’était pas là (ce qui n’a rien de choquant) et je me suis permis une petite sieste… C’est le bruit de la douche qui m’a réveillé, vers 17 heures (une bonne rage de dent pendant une semaine et le sommeil revient…).

Emergeant progressivement de mon sommeil, j’ai élaboré un plan machiavélique pour me venger… Je suis rentré dans la salle de bain (la porte ne ferme pas, je me suis planté quand j’ai changé la serrure) et je l’ai regardé se laver. Enfin, j’ai fait semblant, parce qu’un copain qui se lave, j’ai déjà trouvé plus bandant.

Non, les filles, je n’ai pas pris de photo.

Pour savourer cette farce, il faut bien connaître le garçon et je me doute bien que toi, brave lecteur, te demandes où je veux en venir et trouves ça complètement ridicule. En fait, au bistro, hier soir, j’ai raconté cette plaisanterie au Gros Loïc et au Vieux Joël. Le Gros Loïc n’a pas goûté la finesse de la plaisanterie mais le vieux Joël était plié de rire : d’une part mon coloc est TRES pudique au point de ne pas savourer certaines plaisanteries de comptoir un peu grasses, ce qui est dommage, et d’autre part, il a une peur bleue de passer pour un homosexuel. Ce n’est pas de l’homophobie, je ne sais pas comment ça s’appelle. En fait, il soupçonne la terre entière d’avoir des penchants homosexuels et de vouloir le faire passer à la casserole. Il faudrait qu’il s’allonge sur le divan et nous parle de sa jeunesse…

Du coup, quand je le « matais » (ça a duré quelques dizaines de secondes), il ne savait pas comment réagir, d’autant qu’il avait le gel douche d’une main et la pomme de douche dans l’autre, il ne pouvait pas se masquer les parties intimes.

Du coup, il a commencé à glapir « Arrête arrête arrête, il va y avoir de l’eau partout, referme le rideau de douche. »

La crise de rire m’a fait déguerpir…

Le plus drôle, dans cette histoire, c’est que le Gros Loïc va répéter mes propos dans la moitié des bistros de la commune mais comme il n’a probablement pas compris le côté farce, ces propos vont être largement déformés…

Quant à mon coloc, il a sans doute repris l’avion traumatisé se demandant si mon irruption dans la salle de bain n’était pas une proposition de faire ce que nous n’avions pas fait dans la semaine mais qui aurait été de rigueur en remerciement de l’hébergement.

Je suis un enfoiré, je sais.

Mais il n’est pas près de me demander l’asile lors de son prochain séjour dans nos contrées… On a les vengeances qu'on mérite.

Puisque vous êtes sympathique, je vais illustrer ce billet avec la photo de mon coloc (prise lors du réveillon, il y a cinq ans : je l'avais montrée partout à Bicêtre pour illustrer la souplesse du garçon...).

16 commentaires:

  1. L'auto-fellation n'est plus de notre âge;-)

    RépondreSupprimer
  2. ah ça, c'est la meilleure, maintenant tu nous racontes tes turpitudes sur ton blog ! Le trip sous la douche à la prison break… encore plus fort que dagrouik !
    Sacré Nicolas ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne te ferai pas le bruit du suspens haletant dans ma cage thoracique (avec le souffle qui s'accélère) mais tu peux l'imaginer.
    Sérieux, je crois qu'avec ce que tu lui a mis, ton coloc ne risque plus de s'approcher du canapé de ton salon à moins de 12000 km.

    RépondreSupprimer
  4. Dis donc, risque-t'on de passer ainsi au crible de la moulinette qui dévoile à peu près tout, lorsque l'on se trouve être un de tes proches, ou est-ce simplement les casse-couilles que tu dézingues ?
    (t'inquiètes, il me semble quand même avoir deviné la réponse, cependant un léger doute persiste en moi...)

    RépondreSupprimer
  5. MHPA,

    Je vais répondre sérieusement à ton deuxième commentaire.

    Par deux questions :

    1. Il y a-t-il quelque chose dans le billet qui puisse permettre à mes lecteurs d'identifier la personne ? Même quelqu'un du Kremlin-Bicêtre, de mon quartier, fréquentant les mêmes bistros que nous, qui a vu le prénom de la personne dans un billet précédent ? Quelle est la probabilité qu'il fasse l'association ?

    On est perdus dans l'infini du web... Si le gugusse avait été un des blogueurs que j'héberge parfois, Poireau, Gaël, Louis, Romain, ... Il n'aurait pas eu ce type de billet. Les gens sont en décalage complet avec l'anonymat.

    Ce blog est visité par 150 personnes par jour pas 65 millions...

    Seuls cinq lecteurs de ce blog savent de qui il s'agit : Fiso, Djibril, Mathieu (le patron de la Comète), Patrice et Tonnégrande. Les cinq personnes connaissent la personne et ne seront donc pas surprises car ils connaissent la réponse à la deuxième question.

    2. Qu'est-ce que je dévoile dans ce billet ?

    Rien que ne sache les cinq personnes en question ou qui puissent intéresser les lecteurs : voila, le gugusse a peur des homos... En gros, tout ce que j'ai écrit ici, j'aurais pu l'inventer ça aurait été strictement pareil. J'ai "maintenu mes lecteurs en haleine" pendant une semaine avec mes histoires de coloc et de dents parce que je trouvais ça rigolo, cette espèce de feuilleton. Demain, on passera - ou pas - à autre chose.

    Cela dit, je ne dézingue pas...

    RépondreSupprimer
  6. J'avais bien deviné, mais pour ce type de gugusse, tu aurais pu dézinguer largement, vu qu'il ne méritait que ça.

    Deuxio, c'est vrai que tu tiens les lecteurs en haleine, et ça, ça s'appele un sacré talent narratif (doublé d'un grand talent d'observation, les deux étant certainement liés ... J'en réfère à un de tes récents billets, tu ne serais pas, finalement, un "blogueur littéraire" ?)

    Ai-je sucé convenablement pour un Dimanche, ou faut-il que je l'absorbasse une nouvelle fois ?

    RépondreSupprimer
  7. MHPA,

    Il faut toujours sucer.

    Cela dit, je l'aime bien. J'aurais pu le dézinguer bien plus (tiens ! je gueule toujours après les bonnes femmes qui engueulent leurs maris qui pissent toujours à côté. Je pisse toujours debout et mes chiottes sont toujours propres. J'ai découvert en une semaine ce que supportait ces braves femmes). Mais je l'aime bien !

    Si tu as un chien qui ne fait que des conneries, tu raconteras ses conneries mais ça ne t'empêche pas d'aimer le chien...

    Je résume : quand il reviendra à Paris, il me le fera savoir par SMS. Je lui demanderai s'il sait où loger... Trop bon, trop con...

    Pour ce qu

    RépondreSupprimer
  8. Tiens ! J'ai fait "envoyer".

    Pour ce qui concerne mes "talents" : bof ou pas. Ce qu'il me faut, c'est un sujet. Après, je brode.

    RépondreSupprimer
  9. En fait, le gel douche a été inventé pour éviter les accidents de savonnette.

    RépondreSupprimer
  10. arrêtez avec vos histoires de légumes

    RépondreSupprimer
  11. Le garçon est-il de ces gymnastes bulgares?

    RépondreSupprimer
  12. *** Hello Nico ! Il est souple en effet ton coloc (enfin ex-coloc à cette heure !) ;o)))) Je te souhaite un agréable lundi ! GROS BISOUS !!! :o) ***

    RépondreSupprimer
  13. euh… c'est au sujet du séjour prochain que je dois faire à Bicêtre, tu connais un hôtel dans le coin ? ;-)))

    RépondreSupprimer
  14. Tiens, je n'ai pas beaucoup répondu, ici. Merci à tous.

    Poireau,

    Non, rassure-toi !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !