28 janvier 2011

Une dent contre le téléphone

Dans mon histoire de dents, hier soir, il y a une anecdote que je viens de me rappeler. Quand je suis rentré à la maison, juste après un petit tour à la Comète, moins d’une demi-heure après la fin de l’opération, mon téléphone a sonné.

J’ai réuni le conseil de famille et j’ai choisi de décrocher. C’était une petite dame qui faisait de la publicité pour… ah ! Merde, j’ai oublié.

Je lui réponds gentiment : « Ah, désolé, Madame, mais je n’ai vraiment pas le temps là. »

Elle : « Ah ! Mais je ne vous prendrais que deux ou trois minutes. »

Moi : « Mais putain de bordel de merde, je viens de me faire arracher deux dents, je ne pense qu’à me coucher et dormir un quart d’heure pour oublier la douleur et vous me cassez les burnes avec vos conneries, je vous ai dit que je n’avais pas le temps, bon dieu. ».

Elle : « Je vous rappelle un peu plus tard, alors. »

Clic.

5 commentaires:

  1. Tiens ? Hier à midi, je suis rentré chez moi. Et j'ai un appel "vous connaissez société machin mes couilles ?".

    Et là j'ai osé demander : "je peux savoir comment vous avez eu mon numéro de téléphone", et elle m'a raccroché au nez la conne... Pourtant j'avais pas mal aux dents...

    Bon weekend (je te souhaite vraiment !)

    RépondreSupprimer
  2. Zette,

    C'est pas drôle !

    FalconHill,

    C'est bizarre...

    Bon WE !

    RépondreSupprimer
  3. j'ai beau leur dire que Monsieur Martin, l'ancien détenteur de la ligne, est profondément décédé, ils rappellent quand même. Y compris si je les insulte ! Je vais tester le coup du dentiste !
    :-))

    RépondreSupprimer
  4. Je serais curieux d'avoir une idée du coût global de ces communications et de la rentabilité pour les boites...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !