14 septembre 2012

intrigantes libations cc @Hipparkhos @pierre_danet

Comme prévu, hier, nous avons cédé aux suppliques de Pierre qui tenait absolument à nous inviter à déjeuner. Je suis arrivé en premier. Hip m’a bientôt rejoint alors que j’attendais devant l’établissement qu’on ne saurait que recommander. J’ai oublié le nom mais il se situe 3 boulevard de la Madeleine, à Paris. Pierre est arrivé.

Au rez-de-chaussée, c’est un marchand de vin, le restaurant se trouve au premier étage. Les pauvres sont acceptés, bien sûr, mais comme ils n’ont aucun savoir vivre, ils rechignent à rentrer après avoir vu la carte. De fait, il est absolument honteux soit que je raconte ça ici, soit que je continue à tenir un blog qui se prétend à gauche. Mais pas la vraie, c’est mieux.

Nous fûmes accueillis par un verre de vin blanc offert par la maison.

En entrée,  nous avons eu droit à une salade de lentilles aux copeaux de foie gras avec une bouteille de vin blanc.

En plat, nous avons eu droit à un filet de bar avec une bouteille de vin blanc.

Après, nous avons eu droit à un magnifique plateau de fromage en finissant la deuxième bouteille de blanc et en commençant la première bouteille de rouge.

Ensuite, Hip a eu une crème brulée et moi un fondant au chocolat. Pierre n’a pas pris de dessert. Nous avons fini la bouteille de rouge. C’était un rouge suisse. Un gamay. Fabuleux et surprenant, la Suisse n’étant pas réputée pour faire du vin rouge.

Café.

Enfin (ou presque), l’aimable sommelier nous a proposé une « tournante de digestifs ». Il servait un digestif différent à chacun d’entre nous et nous devions faire tourner les verres pour deviner de quoi il s’agit. Nous n’avons pas trouvé.

Pour nous consoler, le même sommelier nous a offert un autre digestif, un machin un peu spécial et nous a inviter à deviner de quoi il s’agissait. Nous n’avons pas trouvé.

Le sommelier nous a resservi pour nous consoler à nouveau.

Je suis arrivé au bureau vers 15h30.

Allez savoir pourquoi, j’éprouvais une légère fatigue.

(je laisse mes camarades indiquer en commentaires les détails, notamment le nom des vins, j'ai oublié).

11 commentaires:

  1. *** Oui... je me demande bien pourquoi en arrivant au bureau tu ressentais une légère fatigue ! LOL :o) :o) :o) MERCI pour ce billet !!!!!! Gros bisous de Thaïlande jusqu'à chez toi ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  2. On reconnaît là les chefs, qui font la moitié du travail…

    Le premier blanc, servi au verre, était un viognier. Je ne me souviens hélas plus du nom.

    Le deuxième blanc était un "Bigotes" 2010, Bourgogne blanc du domaine de Chassorney, à Saint Romain.

    Le troisième blanc était un Chassagne-Montrachet de chez Philippe Pacalet.

    Le rouge était un Gamay de Vétroz, AOC Valais, de chez Fabienne Cottagnoud.

    Il y avait ensuite un Cognac Paul Giraud vieille réserve, un Calvados du pays d'Auge le Père Jules de chez Léon Desfrièches, et un Bas-Armagnac 1990 du Domaine de Lassaubatju.

    Et pour terminer un vin doux de Montilla Moriles, Don Pedro Ximenez Gran Reserva 1985.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop facile avec les photos (je n'ai pas Twitter au bureau et la 3G ne passe pas...).

      Supprimer
    2. On voit tout de suite qui est scientifique. Je retiens le Chassagne Montrachet par dessus tour, la bigote en apéritif et le Gamay Suisse pour surprendre.
      J'ai quand même failli ne pas m'en remettre de ce repas. Je revis, mes neurones se sont reconnectés.

      Supprimer
    3. Il faut que tu fasses un entrainement intensif.

      Supprimer
    4. Mon dernier check up était tout à fait correct, je ne tiens pas à le dégrader, mes enfants sont jeunes, j'ai encore des dettes, sniiiffff

      Supprimer
  3. les rouges de montagne sont sympas en effet, je me souviens d'un mondeuse lors des derniers vacances bien aimable en goût

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !