29 septembre 2012

La gauche réac se construit aussi au comptoir avec des Turcs sans tête

Hier soir, j’étais invité avec deux autres chez un couple de copains blogueurs gauchistes. Vous en saurez plus à l’occasion puisque nous avons décidé de créer la gauche réac. Tu vas probablement trouver ça odieux car tu es progressiste mais tu n’as jamais réussi à m’expliquer comment on pouvait trouver le fait de rencontrer de plus en plus de femmes voilées est le progrès.

Mais ceci n’est pas mon blog politique. J’aurais du y lancer la gauche réac ce matin mais la tête dans le cul, je ne vois plus mon clavier. Ca sera pour demain. Ou pas. La gauche réac peut attendre. Et ne confondez pas la gauche réac avec la gauche populaire. On se fout de ce genre de connerie.

Toujours est-il que le copain qui nous a invités ayant picolé moins que la moyenne d’entre moi, il nous a ramené en voiture ce qui est fort sympathique. Pour lui faire gagner un peu de temps, je l’ai proposé de me déposer devant le métro de Bicêtre pour qu’il puisse profiter de notre rond point tout neuf pour faire demi-tour.

J’ignore quelle heure il était. Probablement aux alentours de minuit. Mais peu importe, j’étais encore là à 2h45… après avoir bu un nombre relativement modeste de bières ayant le ventre plein avec la charlotte aux fruits rouges dont j’ai mangé deux grosses parts alors qu’en principe je ne suis pas particulièrement fan, en plus du gâteaux à côté et des chouquettes.

Je tourne la tête vers la gauche : l’Aéro était encore ouverte. Je fais un signe à mes camarades restés dans la voiture et je m’engouffre dans ce sympathique bistro.

Le patron était saoul comme un Polonais ce qui est relativement habituel chez Karim. D’ailleurs, Tonnégrande m’avait envoyé un SMS en début de soirée pour me signaler cette ébriété.

Il y avait deux types au comptoir dont un que je connais bien, c’est un couturier du coin d’une soixantaine d’années qui passe sa vie à se biturer la gueule dans les bistros du quartier. Pénible mais gentil. Normalement, il est saoul dès 21 heures. Trois heures après, c’est impressionnant.

Il y avait un autre lascar d’une petite trentaine d’années. Quand ils sont partis, j’ai appris par hasard que c’était le père et le fils. Après avoir traversé la Nationale, le vieux s’est cassé la gueule. Karim était plié de rire et m’a dit : « viens voir, le fils aide le père à se relever ».

A propos de père, toute mon amitié à CC.

Bref, nous avons discuté. Pendant ce temps là, je tweetais, répondais aux commentaires de la soirée, … Et commençait à bâtir la trame de mon billet de lancement de la gauche réac. Je me souviens d’avoir conçu un truc très génial mais j’ai oublié totalement de quoi il s’agissait.

Nous avons discuté, disais-je, de nationalité, de sentiment d’appartenance à une nation. Je les croyais Kabyles, ils sont Turcs et j’aurais mieux fait de fermer ma gueule.

Finalement, j’ai laissé Karim un peu avant 3 heures alors qu’il insistait pour me payer une énième bière alors que je n’avais plus soif.

17 commentaires:

  1. j'aime beaucoup cette note, je sais pas pourquoi mais...me plait :)
    c'est vrai que la charlotte était bonne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Délicieuse ! Alors qu'en principe les fruits rouges ne sont pas trop mon truc, je me suis régalé.

      Supprimer
    2. Tu n'aimes pas le vin non plus ?

      Supprimer
    3. moi aussi j'ai la tête dans le c...

      Supprimer
  2. Gauche Réac ---> n'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  3. Il sent la gueule de bois ce billet non?

    RépondreSupprimer
  4. La gauche réac, ça n'a jamais vraiment existé ;-)
    http://comptoir.org/2015/05/06/vous-avez-dit-gauche-reac/

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !