29 juillet 2010

La déchéance de @gularu

On connaît tous Gularu, ce jeune branleur blogueur, à peine plus gros que la b… heu non, rien.

On savait qu’il avait un horrible penchant pour sa concierge, pauvre petite vieille, Portugaise avec du poil sous les bras (je vais stigmatiser les Portugais…) trimant durement pour entretenir le hall de l’immeuble, mis à mal par toutes les perversités Gularubuesques.

Je viens d’apprendre qu’il entretient une passion pour les grosses noires à poil dans les bagnoles, allant jusqu’à m’envoyer des liens exactement à l’heure du déjeuner pour être absolument sûr que je le consulte pendant le repas avec mes collègues, à la cantine, attendant qu’ils finissent leur maigre pitance de noyés. Notre illustration, là à droite.

C’est lamentable.

Quand on est élevé par un vieux pervers, auteur d’ouvrages les plus scabreux qui sont à la littérature ce à quoi ressemble une bite après l’amour, il faut s’attendre à tout. Y compris à sombrer dans la plus extrême déchéance.

Alors j’ai pris mon plateau repas non sans ne pas oublier de mettre mon téléphone mobile fabriqué par une marque à la pomme dans la poche de mon élégante chemise achetée en 1992 au Carrefour de Saint Nom La Bretelle et je suis parti errer, dans les quartiers de la Défense, occupés par ces touristes insouciants n’imaginant même pas les soucis que peuvent avoir les bureaucrates nonchalants.

C’était décidé : j’allais faire une billet de blog en espérant qu’il soit repéré par la DDASS, que le petit soit retiré de la responsabilité de son vieux quitte à le signaler à une Halde Garderie.

C’est chose faite, je peux aller boire une bière peinard, le cœur léger, fier de ma mission accomplie, ma participation, en tant que blogueur politique bedonnant au sauvetage de la jeunesse décadente de ce pays où même les réactionnaires les plus poilus échouent dans les missions simples qui leur sont confiées.

13 commentaires:

  1. Dis donc, ça rutile dans le disgracieux, là.
    On dirait que les vacances s'imposent.

    RépondreSupprimer
  2. Tonnerre de Brest, une baleinière ! Avisons avec un aviso !!!
    (goûts particuliers ce Gularu, tu me diras, avec un nom pareil...)

    RépondreSupprimer
  3. On ne critique pas mon pseudo !

    Quand à cette photo, quand je l'ai vu j'ai pensé à nicolas, c'est pas ma faute à moi ! Je me suis dit qu'il ferait de beaux enfants ensemble :D

    RépondreSupprimer
  4. Pauvre Gularu, qu'est-ce qu'il prends!

    RépondreSupprimer
  5. La voiture, c'était quelle marque? Si elle a tenu le coup, c'est une bonne —voiture.

    RépondreSupprimer
  6. Le pauvre garçon a donc subi trop longtemps de mauvaises influence, je crains qu'il ne soit perdu…
    :-))

    [Mdr le matin, bel article ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  7. la par contre je ne me sens pas du tout concernée !

    RépondreSupprimer
  8. mais quelle horreur cette photo !

    RépondreSupprimer
  9. Bof ! je ne la trouve pas si grosse que ça, moi, cette dame...

    RépondreSupprimer
  10. Djibril sait que tu as la photo de sa troisième épouse?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !