03 juillet 2010

Retard de blogage

Minijupe69 s'inquiète de ne pas m'avoir vu dans Twitter, ce matin. Rien de bien grave : je suis toujours là. Tout a commencé jeudi soir. J'avais rendez-vous avec David avec qui j'étais en classe en 76-77 (ou l'année d'avant, peut-être) et que j'avais probablement perdu de vue depuis 1980, environ. 1984, surement : c'est l'année de mon bac et j'ai quitté le patelin.

Facebook a fait son job, nous nous sommes revus une fois il y a deux mois et comme il connaissait la Comète via les billets d'ici repris dans Facebook et était de passage à Paris, il a décidé de visiter cet établissement prestigieux.

Il n'est pas resté tard mais le Vieux Joël avait soif et Momo avait chaud. Du coup, on est rentrés après minuit.

Hier matin, je me suis donc réveillé « tard » et il fallait que je récupère ma voiture de location à Orly vers 11h : je n'ai pas eu le temps de bloguer.

Arrivé à Orly, la petite dame du guichet m'annonce qu'il n'y avait plus de voiture de la catégorie que je voulais (style C4, Golf, …) et elle me proposait une voiture de la catégorie au dessus pour le même prix. J'étais ravi, bien sûr. Elle me dit qu'il leur reste une Fiat 500. J'imaginais mal une Fiat 500 dans la catégorie au dessus de ce que je voulais. Elle m'apprend alors que c'est un cabriolet rouge, version de luxe, et tout et tout... Je dis « top là » bien que pas très enchanté de faire 500 km dans ce que je considère comme un pot de yaourt.

Je me pointe au parking où une petite dame très sympathique (la première l'était aussi d'ailleurs) me refile les clés et m'indique où se trouve la voiture. Ah ! Oui ! C'est effectivement très petit. Je rentre dedans malgré tout, sans utiliser de chausse-pied malgré ma carrure de sportif.

Je ne trouve pas la climatisation... Heu... Il faisait 35 degrés.

J'étais pressé : avec le toi ouvrant, ça me ferait de l'air pour la route.

Je vais pour démarrer et je débraye par réflexe. Aie ! Pas de pédale d'embrayage. Je regarde : la voiture avec une boite automatique. Catastrophe. Je n'en avais jamais conduite. Un jour normal dans un lieu normal, je me serais lancé, mais dans les autoroutes franciliennes un jour de départ en vacances : non.

Hop ! Retour à l'accueil du parking, la petite dame sympathique a très bien compris que je ne voulais pas conduire une automatique, mais, par contre, m'a juré qu'il y avait bien la clim. Ce qui était faut : j'ai étudié la notice.
Elle me trouve une Scénic grise ce qui m'allait très bien (au fait, le tableau de bord est très bien).

Mais du coup, je suis parti avec une bonne demi-heure de retard de Paris, en tombant dans les bouchons abominables  de midi à Paris et je suis arrivé à Loudéac à 17 heures 20 au lieu de 16 heures et quelques brouettes. Il était temps d'aller au bistro.

Pas le temps de bloguer. Le résultat est visible dans l'illustration à droite, là. Alors que j'ai déjà lu une partie. Voilà pourquoi je n'étais pas dans twitter, ce matin.


4 commentaires:

  1. Merci pour l'explication, j'en demandais pas tant !!!

    A la tienne ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Amusant qu'elle soit classée au rang supérieur la 500. Ca m'a l'air d'être une bonne voiture… dans sa catégorie !
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. Oui, dans sa catégorie...

    (elle était réellement très belle : cuir, bois, ...)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !