27 juillet 2010

Une voiture pas au point...

J’ai oublié de vous raconter mon week-end en Bretagne, tant suis-je occuper à faire le con avec Justin Bieber.

Tout avait commencé par la traditionnelle location de voiture, une Golf, tout à fait ordinaire, 1,6l. TD. Pas assez pour faire le con dans les voies d’accélération mais on n’est pas là pour ça. En prenant la voiture, j’ai oublié de régler le rétroviseur droit et c’est au bout de quelques kilomètres que je me suis rendu compte que le machin était rabattu contre la vitre : il fallait donc que je m’arrête et j’ai choisi la première station service.

J’en ai profité pour acheter une bouteille d’eau, vous savez, ce liquide transparent que l’on boit parfois, notamment quand on conduit.

En sortant de la station, j’ignorais où j’avais garé ma voiture. Je ne savais plus la couleur, ni-même, presque la marque. Il a fallu que je fasse le tour du parking en cliquant sur la télécommande en essayant de repérer les voitures qui clignotaient…

Ce voyage commençait bien.

A la station suivante, j’ai décidé de manger un de ces sandwichs triangulaires qui ont fait la renommée de la restauration autoroutière. Je le mange. Je poursuis avec une tarte. Et un café. Je sors de la station. La suivante, suivez, hein ! Pas celle où j’ai acheté de l’eau.

J’avais noté avec précision l’emplacement de la voiture. Je clique sur la télécommande. La voiture clignote à ma plus grande joie mais dans le silence le plus total alors qu’elle aurait du faire « clong ». Je reclique. Pareil. Je vais pour ouvrir la porte grâce à ma main, mais je ne sais plus laquelle, j’en ai deux.

La porte ne s’ouvre pas.

Je reclique. Pareil. Clignotement, pas de « clong », porte impossible à ouvrir. Je recommence plusieurs fois. Rien à faire. J’essaie alors d’autres portières. Pareil.

« Me voila bien » me dis-je in petto en tempêtant d’autant plus fort que mes papiers étaient dans la voiture. J’avais donc sur moi, un jean trop grand, un caleçon, deux chaussettes, deux chaussures, un tee-shirt, ma bite, aucun couteau, un billet de 5 euros, les clés de chez moi, les clés d’une voiture qui ne s’ouvre pas et un iPhone.

En tout bien tout honneur, j’essaie de rentrer par derrière. Je repère en effet sur la télécommande un bouton d’ouverture du coffre. Je clique. Je saisis avec la puissance qui me caractérise la poignée du coffre. Il s’ouvre !

Je m’apprête alors à escalader la voiture pour retrouver la position du chauffeur quand une idée géniale me passe par la tête. Je tente d’ouvrir la portière côté conducteur : ça marchait. Ca faisait dorénavant bien « clong » quand j’appuyais sur le bouton idoine de la télécommande.

J’avais loué la seule voiture au monde dont il fallait ouvrir le coffre pour ouvrir les portières sur les stations services de l’A11 près de Chartres.  

Sinon, rien à dire de mon voyage.

Ah ! Si. Un copain nous a raconté comment il a perdu son perdu. Il était malade un matin et a enfilé un fond de Ricard sec pour lui passer les renvois par tous les bouts. C’est la campagne, je vous dis. Les bonnes vieilles méthodes.

Juste un fond. Avant de convoyer les mômes à l’école, il va jeter les ordures. Nous sommes à la campagne, ça nécessite de prendre la voiture pour aller au machin à 300 mètres. Au retour, il rentre dans son impasse. Une voiture de gendarmes passait à ce moment. Ils ont cru qu’il les fuyait. Ils le suivent. Il s’arrête chez lui. Les gendarmes s’arrêtent derrière lui. « Papier du véhicule ». « Ne bougez pas, je vais demander à ma femme. » « Ah vous habitez là. » « Oui ».

Le malentendu était levé.

Au moment de partir « ah ! Ben puisque nous sommes là, soufflez-là. »

0,25. Multiplié par deux. Il lui manquait déjà 6 points.

C’est ballot, hein !

13 commentaires:

  1. La prochaine fois tu demanderas à Eric qu'il te prépare des sandwichs bio : http://monmulhousebio.canalblog.com/archives/2010/07/27/18679239.html
    Comme tu n'auras pas à t'arrêter !

    RépondreSupprimer
  2. Ben moi nicolas je vais te raconter mes activités pendant la pause de midi, elles son très avouables je te rassure tout de suite ... je rentre chez moi et à pied de plus ! ma ménagerie m'attendait comme toujours et là j'ai du calmer leurs ardeurs. ardeur pipitesque pour Basile le chat qui peut-être en manque de caresses ou jugeant que sa litière était trop petite n'a trouvé rien de mieux que de se répandre sur la carrelage de la cuisine ; ardeur abboyesque pour Achille le chien qui au moindre murmure dans l'escalier pousse un cri perçant dont il a le secret. J'ai donc calmé mes ardeurs à moi anti sarkoziennes en les tançant (ça s'écrit comme ça ?) plus que de raison, voilà. (Si mon fils lisait ça il dirait que je l'ai bien cherché) ensuite je me suis occupée de mes fleurs assoiffées comme un nicolas qui arrive au Kremlin après une rude journée de labeur. Bien non ? Ceci dit ton début de WK n'est pas mal non plus

    RépondreSupprimer
  3. Meteogeek,

    Oui, j'ai vu son billet. Enfin, des croques froids, heu...

    Scourti,

    Il y a des jours comme ça...

    RépondreSupprimer
  4. La prochaine fois, à la place d'une charrette de pauvre, exigez une Mégane avec le "kit mains libres" et toute l'électronique embarquée : voiture qui se verrouille/déverrouille toute seule, rétroviseurs qui se rabattent et se déploient sans qu'on ne leur demande rien, etc.

    En revanche, le sandwich triangulaire n'est pas fourni, même en option. (Je me demande d'ailleurs comment vous faites pour avaler ces pures abominations.)

    RépondreSupprimer
  5. Didier,

    J'ai une Mégane la fois précédente. C'est effectivement très bien !

    Pour les sandwichs, certains modèles sont mangeables (notamment celui jambon fromage beurre salade) mais il faut éviter, justement, les modèles de luxe, type "poulet, thon, crudités"...

    RépondreSupprimer
  6. La prochaine fois, faites vous un bon petit bento !

    RépondreSupprimer
  7. détournement d'attention, pas réussi... ;-))

    RépondreSupprimer
  8. Donc, les allemandes se prennent par l'arrière, c'est bon à savoir…

    [Je sors par là ? :-) ]

    RépondreSupprimer
  9. Les sandwiches triangulaires piquent les commissures des lèvres, as-tu remarqué ? Je dois te dire la vérité : si j'en ai mangé cinq d'un coup il y a une ou deux semaines, sortant d'un charmant Franprix, je crois que c'était mon chant du cygne niveau triangulation... je ne les aime plus... sic transit triangularum mundi...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !