18 août 2008

Suite de l'histoire

Ce blog est sensé recevoir un compte rendu exact de mes congés.

La fin de l’histoire de Jim, d’abord, vous l’avez bien mérité. Il est en arrêt pour la semaine et ce week-end, il est congés : son patron avait pris les dispositions nécessaires puisque Jim avait demandé ses deux jours pour aller avec moi, faire une virée dans la Sarthe. Bilan de l’accident : 8 jours sans salaire, l’hosto à payer, la réparation de la voiture à payer, l’amende à payer.

Ce midi, repas avec Jim et Tonnegrande chez Mouloud et Brahim au Saint-Louis à Choisy-le-Roi. Comme j’étais en voiture, je buvais du diabolo menthe à l’apéro. Pas Tonnegrande. Je vous laisse deviner la suite.

16 commentaires:

  1. c'est pas son pote qui paie la réparation de la bagnole ?!

    RépondreSupprimer
  2. Du diabolo menthe à l'apéro : je pouffe !!!

    RépondreSupprimer
  3. Gaël,

    Non... C'est lui qui conduisait.

    Didier Goux,

    Oui, mais j'ai encore mon permis.

    RépondreSupprimer
  4. J'espère qu'il n'a pas EN PLUS payé l'addition du repas !
    :-))

    RépondreSupprimer
  5. Toutes mes amitiés à Jim. Je sais que ça ne change rien, malheureusement, mais en lisant tes deux billets, j'ai envie de témoigner de mon soutien.

    J'espère sincèrement que la suite de "l'affaire" sera plus gaie. Sans compter qu'il a certainement perdu un pote au passage.

    RépondreSupprimer
  6. Je vais transmettre ! Mais tu te fais trop rare sur les blogs.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas,

    Je sais bien que je me fais (trop) rare. Mais entre la reprise, les travaux, les vacances et les déplacements pro de monsieur, je galère grave pour suivre et dès que je rate un peu, je rate beaucoup. Ce n'est pas comme pour les feux de l'amour !

    RépondreSupprimer
  8. Diane,

    Ca n'était pas un reproche, juste un regret !

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas,

    Je le regrette moi-même. J'espère retrouver un rythme de croisière dès la rentrée.

    RépondreSupprimer
  10. Diane,

    La famille et le boulot avant tout ! Faire le con avec des cybercopains ne doit pas être une priorité.

    RépondreSupprimer
  11. Je m'y suis remis aujourd'hui, j'espère n'avoir pas perdu en qualité, je devrais dire en idiotie, plutôt ^^

    Et tu es plus qu'un cybercopain, quand même !!!

    RépondreSupprimer
  12. Je m'y suis remis aujourd'hui, j'espère n'avoir pas perdu en qualité, je devrais dire en idiotie, plutôt ^^

    Et tu es plus qu'un cybercopain, quand même !!!

    RépondreSupprimer
  13. Diane,

    Je suis un copain normal ET un cybercopain.

    Un exemple : Gaël qui a laissé le premier commentaire ici est un copain d'enfance (de la sienne) que je connais depuis 24 ans. Le type avec qui je dis des bêtises sur les blogs est un cybercopain alors que la personne "Gaël" est un vrai copain.

    Tiens ! Un autre exemple : Didier Goux, parce qu'il a posé le deuxième commentaire... Je me chamaille et je rigole avec lui. Il n'empêche que je crois qu'on se préfère dans la vraie vie !

    J'en arrive au commentaire suivant, Poireau. 30 mois que l'on blog de concert. Je l'ai rencontré à deux occasions. Sur les blogs, nous sommes un peu plus que des cybercopains car on a été les moteurs réciproques de nos deux blogs pendant une longue période. Dans la vraie vie, bien qu'on ne se soit rencontré deux fois, on est des vrais potes !

    J'arrive encore à m'égarer... Toujours est-il que nos conneries quotidiennes sur nos claviers et nos écrans sont éphémères. Si un jour Gaël, Didier, Poireau, moi... ou toi arrêtons définitivement le blogage, j'ose espérer qu'il en reste autre chose !

    Donc ces conneries quotidiennes ne sont pas prioritaires par rapport à la vraie vie : la famille, la vraie vie... et les copains.

    RépondreSupprimer
  14. oh merde va falloir sortir des mouchoirs bientôt

    en tout cas n'espère pas me faire rencontrer Didier Goux dans la craie vie (la seule qui compte, je suis bien d'accord)

    RépondreSupprimer
  15. Gaël,

    Il ne s'agit pas de sortir des mouchoirs... Juste que Diane ne confonde pas le Nicolas de la vraie vie du Nicolas des blogs...

    Quant à Didier Goux, c'est bien parce qu'on ne pouvait pas se saquer mutuellement qu'on s'est dit : "tiens ! Ca serait sympa qu'on se rencontre."

    On a pris une belle cuite ce soir là. Et les fois suivantes aussi.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !