25 juin 2013

Petit relais

Dans les blogs, je reprends souvent les gens qui écrivent « bistro » avec un « t » à la fin. C’est uniquement pour chambrer, les deux orthographes sont admises. Les gens me demandent de quoi vient « bistrotier » et je leur demande pourquoi on écrit « bistroquet ». Cela n’a rien à voir mais est quand même de la plus haute importance : un bistro de Bicêtre s’appelle le « Petit relais ». Figurez-vous que le « s » final me dérange.

Un informateur anonyme me signale ceci : « Du verbe relayer. Le terme s’est écrit relai (XIIIe siècle) puis par altération relais (de relaisser). La réforme orthographique de 1990 a proposé de revenir à la graphie relai (sur le modèle de délai), mais celle-ci ne s'est pas imposée et relais reste plus courant. »

La culture progresse.

6 commentaires:

  1. Au sujet de "relai", il me semble (à vérifier) que les dictionnaires les plus récents ont intégré cette orthographe, effectivement revenue dans le sillage de la réforme.

    Ecrire "relai" me chiffonne; question d'habitude.

    Quant à l'origine du mot bistro, elle serait à chercher ici: http://www.lamerecatherine.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, c'est avec s que ça me chiffonne.

      Quant à la version "vite ! vite !", j'ai vu quelque part que c'était faux.

      Supprimer
    2. "Quant à la version "vite ! vite !", j'ai vu quelque part que c'était faux."

      D'où le conditionnel dans ma réplique...

      Supprimer
  2. Moi ce qui m'énerve ce sont les lettres capitales et majuscules non accentuées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais partie de ceux qui ont appris à taper à une époque où ça n'existait pas sur les machines !

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !