27 mai 2013

Des bistros à Loudéac

Dans mon dernier billet, j'annonçais le cambriolage du 1880. Ce n'était pas l'ami MHPA. Il a fait le tour de la commune, hier, mais n'a pas trouvé le bistro ! Il en a trouvé quelques uns et le raconte sur son blog.

Par contre, il en a compté un en double : le Colibri est le nouveau nom du Sympathique.

Il donc trouvé : le Colibri, le Nelson, le bar de la Corderie, la Chope, l'Epoque et les Routiers. Jacques constate en commentaire qu'il a oublié : Le Pub Notre Dame, le Cornouaille, le Café de la Gare, le Bistrot.

Jacques a oublié : les Voyageurs, le France et le Cheval Blanc, mais, à la réflexion, j'ignore s'il y a un comptoir, tout comme au resto en face de l'hippodrome (le Marignan ?).

Il a oublié aussi Le Sabot. C'est mal. J’ignore si celui près de l’étang existe toujours.

Je me rappelle que quand j'avais une quinzaine d'années, voire un peu plus, il y en avait plus de quarante, soit beaucoup plus que les 17 énumérés ici.

Il y avait évidemment deux que j'ai beaucoup fréquentés : l'Atelier et la Grenouille. Il y a eu un éphémère bistro en face de chez nous, à l'ancien magasin Allo. Il y en avait un à Saint Bugan, en haut de la rue Chateaubriand. Je ne sais pas si le Cadélac existe encore.

Le Sidney a fermé récemment. Je l’ai un peu fréquenté mais mes potes allaient à son prédécesseur dont j’ai oublié le nom. Jacques s’en rappellera, il est resté copain avec l’ancien patron qui habite maintenant au Canada.

Je me rappelle d’un autre bistro, de mémoire la Croix Verte, en face de la Mairie (je crois qu’il y a une crêperie, à la place).

Je pense que j’en ai oublié une bonne quinzaine…

12 commentaires:

  1. C'est vrai, je bats ma coulpe, j'ai oublié le Sabot qui ne fait que bar tenu par Nadine et Michel mais il est surtout fréquenté par les footeux, ce qui n'est pas mon cas.
    Le Cadélac a fermé et n'a pas été repris, bon il fallait passer le rond point et souvent des petits hommes bleus stationnaient dans le coin.
    Le Sidney est démoli et avant il s'appelait Les Cigales, c'est un des anciens tauliers qui venait d'à côté d'Aix en Provence qui l'avait baptisé comme ça. Serge a laissé la place à Imam et Anne Marie, elle était de Saint Caradec et lui venait de Karachi, je précise tout de suite qu'il n'a rien à voir avec les attentats ni les financements occultes d'une certaine campagne présidentielle. Imam et Anne Marie sont partis à Montréal vers la fin 1981 (chut ne le répétez pas, Anne Marie ne voulait pas que la gauche de Mitterrand lui pique son pognon), ils ont pris un hôtel dans la rue Saint Denis à l'angle de Sherbrooke, c'était mon pied à terre lors de mes nombreux voyages chez nos cousins. Imam est décédé d'avoir trop fumé et un peu trop bu, Anne Marie a donc vendu le Castel Saint Denis, c'est comme ça qu'il s'appelait.
    Le bar de l'étang des Ponts es Bigots, je ne dis pas Aquarev volontairement, a fermé, à la fin il s'appelait le Citron Vert (tenu pas un mec un peu basané (je rigole) il est réunionnais), tout au début il s'appelait le Mini Bar. La municipalité l'a racheté dernièrement pour l'inclure dans le nouveau complexe de jeux et camping.
    Les autres lieux de débauche loudéacienne cités par Nicolas ont certes une Licence IV mais sont essentiellement des hôtels resto qui servent au bar que la clientèle qui déjeune ou qui dort.
    Mais pour 10000 habitants je ne trouve pas que ça fait beaucoup, la preuve c'est que certains étrangers à la commune se cassent le nez sur les portes lorsqu'ils viennent découvrir notre très belle cité.

    RépondreSupprimer
  2. Imam est mort ? Ah merde...

    Le Cheval Blanc (renommé... ?) a une terrasse, non ?

    Merci pour ta page culturelle.

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, c'est détaillé, bon sang une quarantaine de bar... comment tu veux, toi, j'aurais plus eu d'essence à force de tourner comme ça dans le bourg !
    10000 habitants Loudéac ? ha, quelqu'un m'avait dit dans les 5000, ben c'est bien, ça bouge, et surtout bravo pour les infrastructures, salle des congrès, salle des sports, etc et l'implication des gens (bénévoles, etc...) que j'ai trouvé super sympas et très ouverts.
    Ahhhbon, Le colibri ? Effectivement, (et toujours à force de tourner), j'a dû croire que c'était un "autre bar" sans me rendre compte que j'étais dans la rue en dessous.
    Mé pourquoi donc gardent-ils les deux noms ? Une pénurie de peintres en bâtiment ? Le we était arrivé et le type n'a pas eu le temps de finir ? tentative de doubler le chiffre d'affaire ? De remplir discrétos une chambre de compensation à la clearstream digne de Denis Robert ? un truc pour dissimuler du pognon genre Luxembourg, une lessiveuse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le sympathique est le nom de l'hôtel.

      Supprimer
    2. C'est un meublé maintenant qui loue au mois

      Supprimer
  4. et personne ne cite Le Vincennes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben il n'existe plus. C'est le 1880, maintenant !

      Tu connais ?

      Supprimer
    2. J'ai surtout connu l'ancien et son patron yannick

      Supprimer
    3. C'est le fils qui a repris. Le père est souvent fourré là.

      On se connait peut-être alors ! J'étais très client au cours des six ou sept dernières années du père ("très" est une façon de parler, je vais à Loudéac toutes les trois semaines).

      Supprimer
    4. Nicolas, j'ai rencontré Erwan en personne, hier. (avant madame ta mère, je crois)

      Supprimer
    5. J'espère que tu n'as pas dit à ma mère le nom de son blog.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !